Publié le 26 Décembre 2007

Tous les blogueurs ont leur dada, leur sujets fétiches, sur lesquels ils aiment s'attarder. Personnellement, au regard de ma formation, et de mon goût, je suis effectivement assez attiré par la réflexion autour du système économique, mais aussi autour des valeurs pro-vie. Et malgré ma vigoureuse appétence pour le rit tridentin, que je suis évidemment capable de défendre mordicus, je traite peu de théologie ou de sujets liturgiques dans ces pages.

Pour plusieurs raisons:
- tout d'abord, je partais du principe, que je sais aujourd'hui fallacieux, que la grande majorité de mes lecteurs connaissent déjà le catholicisme et ses principaux fondements.
- je n'ai pas le niveau pour répondre à des professionnels de la philosophie ou de la théologie (et je sais qu'il y en a qui fréquentent ces pages). A ce titre, mes explications restent de l'ordre de la vulgarisation, donc nécessairement insatisfaisantes pour ceux-ci, mais également, pour les tradis pur sucre, qui pourraient considérer, à juste titre, que j'édulcore les problèmes.
- j'ai été formé durant toute ma jeunesse à la liturgie, aux dogmes, aux principales disciplines permettant de connaitre de manière approfondie le catholicisme. C'est aussi pour cela que j'ai donc peu envie d'y revenir, j'y éprouve peu de curiosité. Ce sont loin d'être des sujets nouveaux sur lesquels j'ai envie de m'étendre.
- last but not least, votre serviteur est un flemmard.

Mais devant la demande pressante de certains de mes camarades blogueurs, je vais faire l'effort d'y consacrer un peu de mon temps et donc, d'aborder quelques billets sur le catholicisme et sa doctrine. C'est le nouvel an, l'heure des bonnes résolutions, on va donc s'efforcer, durant cette année, de traduire en langage clair les disputes intellectuelles des catholiques.

Pour cela j'ai déjà quelques sujets en tête. Axés plus ou moins autour du modernisme (on ne se refait pas). Si vous souhaitez que j'aborde d'autres sujets, le point de vue des catholiques sur tel ou tel domaine, pourquoi telle ou telle bizarrerie, n'hésitez pas à me le faire savoir, en commentaire de ce billet, ou par mail, et je tâcherai d'y répondre de la manière la plus solide possible.

Pour le moment, je suis en train de préparer quelques petites choses, en vrac, sur :
- le Saint Suaire
- le problème de la communion dans la main
- un petit historique du modernisme
- la hiérarchie des textes, des différents conciles, et autres sources de la foi dans la doctrine

Si vous vous êtes toujours posé des questions sur l'Eglise catholique, n'hésitez pas, prenez la parole, et je m'efforcerais, dans la mesure de mes faibles moyens, de vous répondre. Etant entendu que je ne prétends pas aller au fond des choses à la manière d'un théologien professionnel, je ne suis rien d'autre qu'un catholique parmi tant d'autres, peut-être un peu mieux en position de vulgariser, de populariser l'enseignement de l'Eglise. Mais je ne remplace aucunement l'avis éclairé des prêtres et autres hommes d'Eglise dont la disponibilité est sans faille.

Ne me voyant pas commenter le catéchisme de Trente, alinéa après alinéa, je fais confiance à mes lecteurs pour me proposer des sujets qui iront au-delà des sempiternelles polémiques que nous connaissons tous.

N'hésitez pas, les commentaires vous sont ouverts.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion

Publié le 24 Décembre 2007

undefined        

                                                                    Naissance du Christ
, 1500 Sandro Botticelli

 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Ab Imo Pectore

Publié le 21 Décembre 2007

Je trouve ce poème  d'Alfred de Musset particulièrement juste.
Rolla IV

Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire
Voltige-t-il encor sur tes os décharnés ?
Ton siècle était, dit-on, trop jeune pour te lire;
Le nôtre doit te plaire, et tes hommes sont nés.
Il est tombé sur nous, cet édifice immense
Que de tes larges mains tu sapais nuit et jour.
La Mort devait t'attendre avec impatience,
Pendant quatre-vingts ans que tu lui fis ta cour;
Vous devez vous aimer d'un infernal amour.
Ne quittes-tu jamais la couche nuptiale
Où vous vous embrassez dans les vert du tombeau,
Pour t'en aller tout seul promener ton front pâle!
Dans un cloitre désert ou dans un vieux château?!
Que te disent alors tous ces grands corps sans vie,
Ces murs silencieux, ces autels désolés,
Que pour l'éternité ton souffle a dépeuplés ?
Que te disent les croix? que te dit le Messie?

Oh ! saigne-t-il encor, quand, pour le déclouer,
Sur son arbre tremblant, comme une fleur flétrie,
Ton spectre dans la nuit revient le secouer?
Crois-tu ta mission dignement accomplie,
Et comme l'Éternel, à la création,
Trouves-tu que c'est bien, et que ton oeuvre est bon?
Au festin de mon hôte alors je te convie.
Tu n'as qu'à te lever;-quelqu'un soupe ce soir
Chez qui le Commandeur peut frapper et s'asseoir.

Entends-tu soupirer ces enfants qui s'embrassent?
On dirait dans l'étreinte où leurs bras nus s'enlacent,
Par une double vie un seul corps animé
Des sanglots inouis, des plaintes oppressées,
Ouvrent en frissonnant leurs lèvres insensées
En les baisant au front le Plaisir s'est pâmé.
Ils sont jeunes et beaux, et, rien qu'à les entendre,
Comme un pavillon d'or le ciel devrait descendre:
Regarde!-ils n'aiment pas, ils n'ont jamais aimé

Où les ont-ils appris, ces mots si pleins de charmes,
Que la volupté seule, au milieu de ses larmes,
A le droit de répandre et de balbutier ?
Ô femme! étrange objet de joie et de supplice!
Mystérieux autel où, dans le sacrifice,
On entend tour à tour blasphémer et prier!
Dis-moi, dans quel écho, dans quel air vivent-elles,
Ces paroles sans nom, et pourtant éternelles,
Qui ne sont qu'un délire, et depuis cinq mille ans
Se suspendent encore aux lèvres des amants ?

Ô profanation! point d'amour, et deux anges !
Deux coeurs purs comme l'or, que les saintes phalanges
Porteraient à leur père en voyant leur beauté!
Point d'amour! et des pleurs! et la nuit qui murmure,
Et le vent qui frémit, et toute la nature
Qui pâlit de plaisir, qui boit la volupté!
Et des parfums fumants, et des flacons à terre,
Et des baisers sans nombre, et peut-être, Ô misère !
Un malheureux de plus qui maudira le jour...
Point d'amour! et partout le spectre de l'amour !

Cloîtres silencieux, voûtes des monastères,
C'est vous, sombres caveaux, vous qui savez aimer
Ce sont vos froides nefs, vos pavés et vos pierres
Que jamais lèvre en feu n'a baisés sans pâmer.
Oh! venez donc rouvrir vos profondes entrailles
A ces deux enfants-là qui cherchent le plaisir
Sur un lit qui n'est bon qu'à dormir ou mourir;
Frappez-leur donc le coeur sur vos saintes murailles.
Que la haire sanglante y fasse entrer ses clous.
Trempez-leur donc le front dans les eaux baptismales,
Dites-leur donc un peu ce qu'avec leurs genoux
Il leur faudrait user de pierres sépulcrales
Avant de soupçonner qu'on aime comme vous!

Oui, c'est un vaste amour qu'au fond de vos calices
Vous buviez à plein coeur, moines mystérieux
La tête du Sauveur errait sur vos cilices
Lorsque le doux sommeil avait fermé vos yeux,
Et, quand l'orgue chantait aux rayons de l'aurore,
Dans vos vitraux dorés vous la cherchiez encore,
Vous aimiez ardemment !Oh ! vous étiez heureux !

Vois-tu, vieil Arouet? cet homme plein de vie,
Qui de baisers ardents couvre ce sein si beau,
Sera couché demain dans un étroit tombeau.
Jetterais-tu sur lui quelques regards d'envie?
Sois tranquille, il t'a lu. Rien ne peut lui donner
Ni consolation ni lueur d'espérance.
Si l'incrédulité devient une science,
On parlera de Jacque, et, sans la profaner,
Dans ta tombe, ce soir, tu pourrais l'emmener.

Penses-tu cependant que si quelque croyance,
Si le plus léger hi le retenait encor,
Il viendrait sur ce lit prostituer sa mort !
Sa mort!-Ah! laisse-lui la plus faible pensée
Qu'elle n'est qu'un passage à quelque lieu d'horreur,
Au plus affreux, qu'importe? Il n'en aura pas peur;
Il relèvera la jeune fiancée, il la regardera dans l'espace élancée,
Porter au Dieu vivant la clef d'or de son coeur !

Voilà pourtant ton oeuvre, Arouet, voilà l'homme
Tel que tu l'as voulu.-C'est dans ce siècle-ci,
C'est d'hier seulement qu'on peut mourir ainsi,
Quand Brutus s'écria sur les débris de Rome:
"Vertu, tu n'es qu'un nom! " il ne blasphéma pas.
Il avait tout perdu, sa gloire et sa patrie,
Son beau rêve adoré, sa liberté chérie,
Sa Portia, son Cassius, son sang et ses soldats;
Il ne voulait plus croire aux choses de la terre.
Mais, quand il se vit seul, assis sur une pierre,
En songeant à la mort, il regarda les cieux.
Il n'avait rien perdu dans cet espace immense;
Son coeur y respirait un air plein d'espérance;
Il lui restait encor son épée et ses dieux.


Et que nous reste-t-il, à nous, les déicides?
Pour qui travailliez-vous, démolisseurs stupides,
Lorsque vous disséquiez le Christ sur son autel?
Que vouliez-vous semer sur sa céleste tombe,
Quand vous jetiez au vent la sanglante colombe
Qui tombe en tournoyant dans l'abîme éternel?
Vous vouliez pétrir l'homme à votre fantaisie;
Vous vouliez faire un monde.-Eh bien, vous l'avez fait.
Votre monde est superbe, et votre homme est parfait!
Les monts sont nivelés, la plaine est éclaircie;
Vous avez sagement taillé l'arbre de vie;
Tout est bien balayé sur vos chemins de-fer,
Tout est grand, tout est beau, mais on meurt dans votre air.
Vous y faites vibrer de sublimes paroles;
Elles flottent au loin dans des vents empestés,
Elles ont ébranlé de terribles idoles;
Mais les oiseaux du ciel en sont épouvantés.
L'hypocrisie est morte; on ne croit plus aux prêtres;
Mais la vertu se meurt, on ne croit plus à Dieu.
Le noble n'est plus fier du sang de ses ancêtres;
Mais il le prostitue au fond d'un mauvais lieu.
On ne mutile plus la pensée et la scène,
On a mis au plein vent l'intelligence humaine
Mais le peuple voudra des combats de taureau.
Quand on est pauvre et fier, quand on est riche et triste,
On est plus assez fou pour se faire trappiste
Mais on fait comme Escousse on allume un réchaud.

Alfred de Musset
  
Merci à mon frère...
 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Littérature