Publié le 30 Avril 2008

Cher Gaël Cogné,

Tu permets que je te tutoies ? Après tout, puisque tu nous observes sur nos sites, on est presque familier, non ?

Dans Libération d'aujourd'hui, tu me fais l'insigne honneur de me citer parmi les membres de la "réacosphère", à propos de cette campagne d'E-deo contre les matelas Matelsom. Campagne que je n'ai relayée d'aucune sorte sur mon blog, tu peux vérifier, même si évidemment, je suis plus que lassé de toute cette iconographie homosexuelle inondant tout notre quotidien.

C'est pour cela que ton titre "Les réacs du web, antigays primaires", c'est du non-sens total. Je me fous que les homos fassent ce qu'ils veulent dans leur back-rooms. Chez eux, ils ont toutes les pratiques qu'ils souhaitent. Pas de problèmes avec ça.

Par contre, j'en ai assez que le seul modèle qui vaille aujourd'hui ne soit plus la cellule familiale, définitivement ringardisée, mais la famille dite "recomposée",  j'en ai assez que les mentalités soient sensiblement orientées par les homos qui font et défont les modes, qui disent ce qu'il faut penser ou pas, en bref, j'en ai marre de cette société où la seule valeur qui soit est la médiocrité. Tu peux comprendre, ça ?

Allez, je te cite:

Les thèmes de prédilection de la réacosphère ? La lutte contre l’avortement, l’euthanasie, la «cathophobie», la défense de la doctrine saine de l’Eglise.

Doctrine SOCIALE de l'Eglise, espèce d'inculte ! On vous l'a jamais appris à Libé ? C'est la base, pourtant.

Tu cites un "observateur du web", Guilhem Fouetillou:

«Ils savent comment on diffuse, comment on pénètre de nouveaux milieux. On retrouve des stratégies qu’emploient les sectes, avec des approches par capillarité. D’un point de vue d’observateur, on peut dire qu’ils sont très bons»

Je ne savais pas que Rezo.net, que Backchich, que Rue89, que les blogs de Libé utilisaient des stratégies similaires à celle des sectes. Je sais, ça va te faire certainement mal de l'avouer, mais nous ne faisons qu'imiter et répliquer (à notre modeste échelle, bien sûr) tout ce qu'on observe à gauche, on met en place les outils parallèles aux outils d'influence de la gauche pour ne pas vous laisser tout le web politique. D'autant qu'au début, il n'y a rien de tout cela, juste l'envie de discuter comme au café du commerce, de balancer quelques arguments avec des gens partageant le même gout pour la polémique et le débat.

Je veux bien être comparé à une secte, perso je m'en fous pas mal d'être étiqueté, mes écrits et mes traces un peu partout sur le web parlent pour moi, mais alors, s'il te plait, n'oublie pas tes petits copains dans le tableau général.

Enfin, l'intello de service du CNRS, subventionné par le contribuable, qui nous débite ses conneries habituelles:

«Ils s’inscrivent en réaction à un mouvement de changement. Ils estiment qu’avant toutes les évolutions, c’était mieux. Tout était parfait. Les réactionnaires se réfèrent souvent à un âge d’or qui serait juste avant la Révolution française. Ils remettent en cause la modernisation, jouent une certaine victimisation et cherchent à obliger les pouvoirs publics à réagir. C’est efficace dans une démocratie d’opinion.»

T'oublies un truc mon coco, non, je ne suis pas hostile à toute les évolutions. Juste à quelques-unes d'entre elles. Les pires, les plus destructrices de l'ordre social. Quand tu te retrouveras dans un lit, incapable de t'exprimer, avec des héritiers autour, avides de partager le gateau de ton patrimoine, on verra si tu considèreras toujours que l'euthanasie est un droit. T'oublies aussi que le seul moyen d'obtenir quoique ce soit en politique, c'est de gueuler, encore et toujours. Je vais pas te donner des leçons à ce sujet, tu le connais mieux que moi.

Voilà, je vais m'arrêter là, parce qu'on pourrait ergoter longtemps sur le journal qui te paye. En outre, vu que tu as fait ton interview de Thibaud (le webmaster d'E-deo) la semaine dernière, tu avais tout le temps pour te documenter davantage, voir qu'il y a des différences politiques, que la "réacosphère" n'est pas aussi uniforme que tu le dis, peut inclure plus de sites, qu'elle aborde d'autre thèmes que ceux qui t'obsèdent.

En gros, t'aurais pu faire ton travail de journaliste...
Cordialement,

PS: Et pourtant le Grand Charles, il t'avait bien facilité la tâche...

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Actualité

Repost0

Publié le 27 Avril 2008

L'accouchement de la soeur d'un bon ami s'est très mal déroulé. Elle est actuellement entre la vie et la mort, et son enfant est également dans un état critique.

Merci de dire quelques prières à leur intention, que vous soyez traditionnalistes, conciliaires, pauliniens, charismatiques, intégristes, non-pratiquant (dans ce type de moment, on s'en fiche un peu).

En union de prières.

Edit : Voici un message que j'ai reçu hier de la famille, elle va mieux.

Grâce à Dieu et donc à toutes vos prières Améle a été extubée hier, elle a donc quitté l'état d'inconscience dans lequel elle avait été maintenue jusque là…
Aujourd'hui, elle est encore très affaiblie mais elle va de mieux en mieux… Si cette tendance se confirme, elle pourra quitter le service de réanimation dans 24-48h.
Nous sommes vraiment soulagé de cette évolution !
 
Victoire (le bébé), de son côté, a eu des convulsions dans la nuit de samedi à dimanche, elle est donc intubée (sous assistance respiratoire) et les pédiatres ont diagnostiqué un œdème cérébral qui semble se résorber…
Toute la famille est profondément touchée par votre soutien fraternel et vos prières !
Chacun se sent vraiment porté par la communion des saints !
 
Nous vous tiendrons au courant de la suite.
A bientôt et encore merci pour vos prières (si efficaces !)

Cela ne doit pas nous empêcher de continuer à prier pour qu'elles s'en sortent.

Edit 2: Il semblerait qu'elle soit sortie du coma, et qu'elle aille désormais beaucoup mieux. Merci à tous pour vos prières.
 




Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Ab Imo Pectore

Repost0

Publié le 24 Avril 2008

Pas si naïves que cela, vous vous en doutez.

- Pourquoi, dans les églises modernistes, le tabernacle est-il toujours relégué sur le côté ? Si vraiment, c'était l'endroit le plus important d'une église, puisqu'il accueille les Stes Espèces, pourquoi n'est-il pas en plein centre, à la seule place qui lui est due ? Pourquoi est-on obligé de le chercher du regard ?

- Pourquoi, dans le rit moderne, le canon est-il réduit à la portion congrue ? Pourquoi ce passage primordial, de préparation à la consécration, moment le plus important de la messe, ne dure-t-il pas plus de quelques minutes, montre en main ?

- Pourquoi les fidèles ne s'agenouillent-ils généralement plus, dans une messe moderniste ? C'est pourtant leur dieu qui est présent sur l'autel.

- Pourquoi le dernier Evangile ou les prières au bas de l'autel ont-il été passés à la trappe, dans le nouveau missel romain ? (Le dernier Evangile, pour ceux que ça intéresse, c'est ça)

- Pourquoi, la formule  "Père bénis ce pain fruit du travail des hommes et des femmes" a-t-elle été incluse dans certains offices ? Je ne savais pas que la notion "les hommes", pris dans son sens le plus complet, excluait les femmes. Pourquoi diable ce besoin de satisfaire les féministes ? L'Eglise se sent vraiment coupable de professer ce qu'elle pense ?

- Pourquoi les annonces sont-elle désormais dites juste après la communion, en suivant l'acte de grace ? Pourquoi les avoir changées de place, avant le sermon, ça me paraissait impeccable, désormais, ce n'est pas la manière la plus propice pour se recueillir après la communion.

- Pourquoi les prêtres modernistes refusent-ils de mettre une soutane dans la rue, et se contentent d'un pin's discret pour marquer leur condition ? Ont-ils honte de ce qu'ils représentent ?

"L'adoption du nouvel Ordo Missae n'est certainement pas laissée à la libre décision des prêtres ou des fidèles... Le nouvel Ordo a été promulgué pour prendre la place de l'ancien"

-  Pourquoi certains modernistes ne comprennent-ils pas que cette phrase du pape Paul VI en Mai 1976 va totalement à l'encontre du Motu Proprio du 7 Juillet 2007, qu'il arrive donc que deux papes se contredisent ?

- Pourquoi oublie-t-on aujourd'hui systèmatiquement la qualification de "saint" devant les grands personnages de l'Eglise Catholique ? Pourtant la canonisation, ce n'est pas rien, ça mérite  même d'être mentionné, sisi, je vous jure.

- Pourquoi l'enfer n'est-il quasiment plus du tout évoqué, théologiquement parlant ? Parce que ça ne fait pas assez open-mind ?

Comment ça, j'aime la provoc ? :-)
Voici donc résumés les quelques griefs et incohérences que les tradis pourraient reprocher à la nouvelle mouture de la messe. Certains me demandaient ce qui posait problème aux tradis, j'espère qu'ils comprennent mieux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion

Repost0

Publié le 21 Avril 2008

Voilà, pendant qu'il y a des catholiques à la rue, des anglicans peuvent, sans problème, célébrer leur office dans la cathédrale d'Amiens.

Décidément, l'épiscopat n'aura pas fini de nous étonner, avec sa particulière conception de l'oecuménisme...
Ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion

Repost0

Publié le 20 Avril 2008

C'est l'une des choses qui me heurtent le plus dans le nouveau ordo missae.

Mgr Ranjith disait, il y a quelques mois, "la communion dans la main fait perdre la Foi en la Présence Réelle". C'est peut-être un peu rapide, dit ainsi, mais ce n'est pas forcèment faux. Car la communion dans la main est importante  comme le sont toutes les autres formes de respect due à la présence réelle, comme les génuflexions ou les signes de croix. Parce que la forme conditionne le respect que l'on aura ensuite pour le fond.

Si l'on n'adopte pas les signes de respect auxquels Dieu a droit, c'est l'idée de Dieu elle-même qui tend à s'amoindrir, à se réduire, se rapprochant ainsi de la conception protestante de l'Eucharistie, qu'on sait être rien de plus qu'un symbole. Or, la communion dans la main vient justement raffermir et confirmer ce sentiment qu'il s'agit d'un élément comme un autre.

Il ne faut pas oublier non plus que si les prêtres ont les mains consacrées, c'est justement pour pouvoir toucher les Saintes Espèces, et les objets liturgiques consacrés. Un enfant de choeur, théoriquement, n'a pas le droit de toucher un ciboire ou un calice en mains propres, pour cela, il doit porter des gants blancs (j'avoue que je ne l'ai jamais vu faire dans une paroisse moderniste). On comprend donc que si, seul le prêtre a le droit de consacrer l'hostie, et de pouvoir y toucher, ce n'est pas pour que tout le monde puisse la recvoir dans ses mains, lors de la communion.

Ce geste n'est rien d'autre qu'une concession faite à l'esprit du temps. Sous prétexte de revenir aux origines, il a été décidé de tolérer la communion aux Stes Espèces dans la main, après Vatican II (le concile n'y est pour rien dans cette mesure). A cet égard il faut lire l'instruction Memoriale Domini de Mai 1969 qui chante les louanges de la communion dans la bouche:

De plus, cette façon de faire, qui doit déjà être considérée comme traditionnelle, assure plus efficacement que la Sainte Communion soit distribuée avec le respect, le décorum et la dignité qui lui conviennent ; que soit écarté tout danger de profanation des espèces eucharistiques, dans lesquelles, « d'une façon unique, totalement et intégralement le Christ, Dieu et homme, se trouve présent substantiellement et sous un mode permanent » [9] ; et qu'enfin soit attentivement respecté le soin que l'Église a toujours recommande à l'égard des fragments de Pain consacré : « Ce que tu as laissé tomber, considère que c'est comme une partie de tes membres qui vient à te manquer »
Et en-dessous, malgré un ferme rappel, c'est le revirement:
Aussi, le Saint-Siège exhorte-t-il vivement les évêques, les prêtres et les fidèles à respecter attentivement la loi toujours en vigueur (la communion dans la bouche) et qui se trouve confirmée de nouveau, en prenant en considération tant le jugement émis par la majorité de l'épiscopat catholique que la forme utilisée actuellement dans la sainte liturgie, et enfin le bien commun de l'Église.

Mais là où s'est déjà introduit un usage différent - celui de déposer la Sainte Communion dans la main - le Saint-Siège, afin d'aider les Conférences épiscopales à accomplir leur tâche pastorale, devenue souvent plus difficile dans les circonstances actuelles, confie à ces mêmes Conférences la charge et le devoir de peser avec soin les circonstances particulières qui pourraient exister, à condition cependant d'écarter tout risque de manque de respect ou d'opinions fausses qui pourraient s'insinuer dans les esprits au sujet de la Très Sainte Eucharistie, et d'éviter soigneusement tous autres inconvénients.


Première réflexion, on se demande bien en quoi les circonstances actuelles, plus difficiles qu'auparavant, justifierait un changement de règle. Quoi ? Notre époque est-elle si spéciale qu'elle mériterait un renversement des règles ?

En outre, sans faire mon grincheux, nous avons ici une stratégie typiquement moderniste, qui est un petit bijou de double langage. On honore et on respecte l'ancienne façon de faire, mais on autorise et on tolère la nouvelle mode pour, bien évidemment, quelques petites exceptions locales. Cette tolérance obtenue, les exceptions se transforment vite en règle générale quasiment unanimement respectée, l'ancienne règle devenant, elle, l'exception.

Un bijou, vous dis-je.

A cela vient s'ajouter également les couplets sur la soi-disante origine historique, justificatif facile permettant de clouer le bec à toute personne un peu trop attaché au rit tridentin. Origine selon laquelle les premiers chrétiens communiaient dans la main. Outre que ce fait ne repose sur rien d'autre que des présomptions, il semble établi, d'après quelques écrits des papes des premiers siècles, que la communion dans la bouche  était déjà mise en oeuvre. Au IVe siècle. Un texte de St Cyrille viendrait confirmer l'opinion des partisans de la communion dans la main, texte dont l'authenticité est contestée. Mais il est bizarre que les partisans de la communion dans la main utilisent St Cyrille, mais dans le même temps, n'aient que faire de tous les écrits des papes et des saints qui, depuis cette époque, ont dit exactement le contraire.

Bien évidemment, je passe sur les excès qu'on a pu constater, ici et ailleurs, certaines bonnes âmes se permettant de mettre l'hostie dans leur sac, et vient à perdre chez les fidèles la croyance de la présence divine dans les Saintes Espèces. Cependant, par rapport au pire qu'on a pu connaitre, il me semble que les choses ont globalement changé, les prêtres faisant désormais plus attention par le passé.

Et en effet, ce texte de Mgr Ranjith est très clair:

« Je crois que le temps est venu d’évaluer cette pratique et de la revoir, et si nécessaire, de l’abandonner. »

« Maintenant, plus que jamais, il est nécessaire d’aider les fidèles à renouveler une foi vive en la présence du Christ dans les espèces eucharistiques, dans le but de renforcer la vie même de l’Eglise et de la défendre au milieu des dangereuses distorsions de la foi. »


Alors, comment faut-il recevoir la communion ? Mgr Ranjith y répond:

«l’Eucharistie, pain transsubstantié dans le corps du Christ et vin transsubstantié dans le sang du Christ, Dieu au milieu de nous, doit être reçu avec crainte révérencielle et dans une attitude d’humble adoration ».

Et, dans la bouche, c'est encore mieux.

Pour ceux qui souhaiteraient approfondir le problème, notamment sur la controverse historique, je leur recommanderai de parcourir cette page et celle-ci.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion

Repost0

Publié le 19 Avril 2008

Le cardinal ne fait pas dans la dentelle:

"je serais un ministre irresponsable du Mystère du Corps et du Sang du Christ, si aujourd'hui je n’informais pas publiquement [...] que dans cette Église locale de Mostar-Duvno, il existe ici quelque chose qui ressemble à un schisme. Un certain nombre de prêtres, qui ont été expulsés de l'ordre franciscain OFM par le généralat de l'ordre, du fait de leur désobéissance au Saint-Père, ont conservé par la force pendant des années des églises paroissiales et des cures ainsi que des propriétés d’Église. Ils n’ont pas seulement exercé illégalement dans ces paroisses, mais ils ont également administré des sacrements sacrilèges, et d’autres invalides [...].

Medjugorje est une paroisse catholique [...]. Personne, exceptées les autorités officielles de l’Église, n’est alors autorisée à attribuer le titre formel de “sanctuaire” à ce lieu. Sur la base des investigations de l’Église réalisée sur les événements de Medjugorje, il ne peut pas être déterminé que ces événements impliquent des apparitions ou des révélations surnaturelles. Ceci signifie que jusqu'à maintenant, l'Église n’a pas accepté, ni comme surnaturelle ni comme mariale, une quelconque de ces apparitions. [...] Les fidèles catholiques sont non seulement exempts de toute obligation de croire en l’authenticité des “apparitions” mais ils doivent également savoir que les pèlerinages d'Église ne sont pas permis [...] si ces pèlerinages présupposent l'authenticité des “apparitions” ou si en les entreprenant, ils tentent de certifier ces “apparitions”.

En tant qu'évêque du lieu, je maintiens que concernant les événements de Medjugorje [...] l'Église n'a pas confirmé une seule “apparition” comme étant authentiquement celle de la Madone. [...] Par conséquent j'invite sérieusement ceux qui se prétendent être des “voyants”, aussi bien que les personnes derrière les “messages”, à faire montre d’une obéissance ecclésiale et à cesser ces manifestations publiques et la diffusion des messages dans cette paroisse. De cette façon ils montreront leur nécessaire adhésion à l'Église, en ne faisant pas primer des “apparitions” privées ou des paroles privées sur la position officielle de l'Église. Notre foi est une affaire sérieuse et responsable."


Via le Salon Beige.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion

Repost0

Publié le 18 Avril 2008

Hallucinant:

Une étudiante en art de l’université Yale, Aliza Shvarts, a conçu une « installation », comme on dit maintenant, composée d’un cube pendu au plafond où, sur deux côtés, défile une bande vidéo, avec au centre une peinture réalisée avec... le sang de ses avortements. La vidéo donne en boucle des images des dits avortements. Elle a également mélangé du sang (de même provenance) avec de la vaseline, et a placé cette substance entre deux feuilles de plastique qui enveloppent le cube.

Ce qui nous rappelle ceci.
Il y a des moments où le silence s'impose.

Via François de Souche.

PS: L'université de Yale a démenti que ces faits aient pu se produire ainsi. Mais Aliza Shvarts entretient le flou sur ce qu'il s'est réellement passé, et a confirmé toute l'histoire. Mais rien que le fait d'imaginer une chose pareille est proprement aberrante.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Pro-vie

Repost0

Publié le 16 Avril 2008

Pour le Dr Aubry, «c’est quand les douleurs ne sont pas traitées que surviennent la très grande majorité     des demandes d’euthanasie. Quand vous enlevez la douleur, la demande d’euthanasie disparaît «Quand les gens disent "je veux mourir", il faut l’entendre, estime Bernadette Lacroix.

Entre le moment où ils demandent l’euthanasie et celui où ils meurent, il se passe plein de choses. Souvent l’écoute du désir de mort dans sa légitimité peut déboucher sur une volonté de vie.»

Très bon article de Libé sur les soins palliatifs à lire. Via le Salon Beige.

Et puis tant qu'à faire d'y être, je pense qu'il faut lire ces témoignages, le premier sur l'univers du porno. *

Mais l’esprit maison veut qu’on ne juge pas les goûts et les couleurs. Ça aussi d’ailleurs c’est tendance.
(...)
De par ma fonction, j’ai accès à ces films, mais aussi aux photos des tournages, aux making of. Les acteurs, hommes et femmes épanouies, se transforment sur ces images en fantômes, le regard fixe, vide. Des hommes et des femmes aux visages creux, abrutis de fatigue, qui font leur boulot. Des femmes qui pleurent, épuisées, humiliées, blessées dans leur âme et dans leur chair.
(...)
Car on a beau dire, même si le cul nous est vendu comme une libération, un épanouissement, une manière d’être détachée de tout jugement social, une révolte, ces êtres que je vois sur mon écran, sont des êtres brisés.
Je me dis que le maquillage outrancier des hardeuses, est le masque du désespoir.


Les autres sur le drame de l'avortement:

"Ne croyez pas que cette existence parallèle soit pénible. J'ai comme les autres des moments heureux. Des moments joyeux qui ont toute l'apparence du bonheur. A me regarder on pourrait m'envier. Je ris, j'ai les joues roses, je bronze, je m'enivre, je jouis, j'invente, mais ça ne sert à rien, puisque je suis morte."

"Du désert où je suis, je vous conjure d'écouter ma voix (...) enfantez dans n'importe quelle situation, à n'importe quel moment, vous trouverez la force de tout affronter.

C'est ici.


Puis je tue mon enfant le lendemain matin.

C’est sur mon front qu’est écrit REGRET avec l’album de Blonde Redhead en fond sonore, tout le temps, tout bas, dans une pièce sombre. Après coup, j’ai compté sur M. Ex pour m’aider à tenir le coup, parce que faut pas croire : on ne réagit pas toutes de la même manière après un avortement. Chose promise, chose due donc.

Mais quand M. Ex m’a dit “qu’il aurait accepté ce petit bout de lui une fois sur terre, qu’il pense à tout ce que ça aurait pu lui apporter de génial d’être papa” : j’ai eu le cerveau qui a fait des bonds, je suis devenue amère, exécrable, je haïssais, tout et n’importe quoi, n’importe qui. Surtout lui en fait. Voir à chaque fois M. Ex faisait ressortir toute l’insécurité que je pouvais avoir en moi.

 Alors je laisse M. Ex tranquille, je m’entoure, je revis et puis j’oublie. Je ne parle plus d’un ex-bébé, ou d’un ex-enfant, mais d’un ex-foetus pour me déculpabiliser.

C'est .

Et puis, parce qu'il faut également lire le point de vue opposé, voici la réaction d'une femme qui évoque son enfant comme un cancer, un alien...

Mais, dans mon ventre, je sentais cet alien, ce corps étranger qui me bouffait de l’intérieur.

Il est intéressant de voir, qu'à l'instar de la haine la plus primale, on nie au foetus sa dignité d'être humain.



* A ceux qui souhaiteraient découvrir la face cachée du porno, il faut lire ce vieux billet de Koz (mais toujours d'actualité), ainsi que ce texte d'Isabelle Sorrente. Attention, ces articles sont très rudes et très choquants, je déconseille fortement leur lecture aux personnes sensibles.


Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost0

Publié le 14 Avril 2008

Via le Grand Charles...

Je crois que ce serait à mourir de rire, si ce n'était pas aussi tragique. La naïveté et l'angélisme des droits de l'hommistes n'ont vraiment aucune limite. Se balader seule, en auto-stop et en robe de mariée, dans les pays les plus chauds de la planète, il fallait quand même être sacrément intoxiquée pour l'imaginer. L'art contemporain ne recule décidément devant aucune absurdité...


Turquie: partie promouvoir la paix, elle est retrouvée morte, violée

Elle avait 33 ans. Artiste conceptuelle milanaise, elle s'était embarquée dans un projet insensé qui a tourné au drame: Giuseppina Pasqualino di Marineo a été retrouvée morte en Turquie, violée et assassinée. La police a arrêté son meurtrier présumé, un Turc qui l'avait prise en autostop dans la ville industrielle de Gebze, à une heure de route d'Istanbul.

La jeune femme, plus connue sous le nom de Pippa Bacca, était partie avec une amie, toutes deux vêtues d'une robe de mariée, pour traverser les zones de conflit des Balkans et du Proche-Orient, afin de démontrer les valeurs communes de la Méditerranée, et de donner un signe de "confiance entre êtres humains". Elles devaient se rendre en autostop de Milan à Jérusalem, en passant par les pays de l'ex-Yougoslavie, la Turquie, le Liban, la Syrie, la Palestine et Israël.

Pour ce projet intitulé "Brides on Tour", elles devaient porter la même robe blanche du début à la fin, et celle-ci, avec toutes les tâches de ce long périple, devait figurer au coeur d'une exposition à leur retour en Italie, avec toute la documentation filmée et écrite de ce voyage symbolique. Pippa Bacca portait effectivement cette robe lorsque son corps a été retrouvé vendredi près de Gebze, étranglée.

Les deux jeunes femmes s'étaient séparées à Istanbul et Silvia Moro devait la retrouver au Liban. Mais Pippa Bacca a cessé de donner tout signe de vie il y a une dizaine de jours, suscitant des appels angoissés ("Pippa Bacca dove sei?" "Pippa Bacca, où es tu?") de ses amis sur le blog du projet, en italien, en anglais et en turc. En vain. "L'attente se termine en tragédie", indique le blog samedi, soulignant que le but de Pippa Bacca avait été de porter un "message de paix et de solidarité", mais se terminait d'une manière "aussi terrible qu'absurde".

Sa famille et ses amis ont décidé d'organiser malgré tout l'exposition autour de cette robe de mariée maculée. Mais le symbole sera différent, celui de la défiance entre êtres humains. Et peut-être aussi des limites de l'art face à l'horreur humaine.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost0

Publié le 13 Avril 2008

A ceux qui parcourent de temps à autre le domaine des Pères Fondateurs, que ce soit les blogs ou les forums, l'adresse a été modifiée. Ce n'est plus www.peres-fondateurs.com/forum mais http://www.peresfondateurs.com/forum

A part le trait d'union, les adresses des différents sites, billets ou messages n'ont pas été changées.

Par contre, le forum n'est plus disponible pour les personnes non inscrites. Si vous souhaitez donc retrouver les âpres débats entre libéraux-conservateurs, ainsi que la mine d'articles ou d'argumentaires qui y sont présents sur tous les sujets ou presque, il faudra que vous preniez le temps de vous inscrire.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Ab Imo Pectore

Repost0