Publié le 29 Juillet 2008

Blog en repos, j'ai un appartement à meubler...

Je vous laisse avec ce blog de photos sublimes.

undefined

undefined
Il faut voir notamment cette rubrique et celle-ci.

Très bonnes vacances à tous.


Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Entracte

Publié le 22 Juillet 2008

Via le Forum Catholique, je tombe sur ce texte d'Hélie de Saint Marc, au ton de testament, qui me rappelle furieusement le poème de Kipling.


« QUE DIRE A UN JEUNE DE 20 ANS »

Quand on a connu tout et le contraire de tout,
quand on a beaucoup vécu et qu’on est au soir de sa vie,
on est tenté de ne rien lui dire,
sachant qu’à chaque génération suffit sa peine,
sachant aussi que la recherche, le doute, les remises en cause
font partie de la noblesse de l’existence.

Pourtant, je ne veux pas me dérober,
et à ce jeune interlocuteur, je répondrai ceci,
en me souvenant de ce qu’écrivait un auteur contemporain :

«Il ne faut pas s’installer dans sa vérité
et vouloir l’asséner comme une certitude,
mais savoir l’offrir en tremblant comme un mystère».

A mon jeune interlocuteur,
je dirai donc que nous vivons une période difficile
où les bases de ce qu’on appelait la Morale
et qu’on appelle aujourd’hui l’Ethique,
sont remises constamment en cause,
en particulier dans les domaines du don de la vie,
de la manipulation de la vie,
de l’interruption de la vie.

Dans ces domaines,
de terribles questions nous attendent dans les décennies à venir.
Oui, nous vivons une période difficile
où l’individualisme systématique,
le profit à n’importe quel prix,
le matérialisme,
l’emportent sur les forces de l’esprit.

Oui, nous vivons une période difficile
où il est toujours question de droit et jamais de devoir
et où la responsabilité qui est l’once de tout destin,
tend à être occultée.

Mais je dirai à mon jeune interlocuteur que malgré tout cela,
il faut croire à la grandeur de l’aventure humaine.
Il faut savoir,
jusqu’au dernier jour,
jusqu’à la dernière heure,
rouler son propre rocher.
La vie est un combat
le métier d’homme est un rude métier.
Ceux qui vivent sont ceux qui se battent.

Il faut savoir
que rien n’est sûr,
que rien n’est facile,
que rien n’est donné,
que rien n’est gratuit.

Tout se conquiert, tout se mérite.
Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu.

Je dirai à mon jeune interlocuteur
que pour ma très modeste part,
je crois que la vie est un don de Dieu
et qu’il faut savoir découvrir au-delà de ce qui apparaît
comme l’absurdité du monde,
une signification à notre existence.

Je lui dirai
qu’il faut savoir trouver à travers les difficultés et les épreuves,
cette générosité,
cette noblesse,
cette miraculeuse et mystérieuse beauté éparse à travers le monde,
qu’il faut savoir découvrir ces étoiles,
qui nous guident où nous sommes plongés
au plus profond de la nuit
et le tremblement sacré des choses invisibles.

Je lui dirai
que tout homme est une exception,
qu’il a sa propre dignité
et qu’il faut savoir respecter cette dignité.

Je lui dirai
qu’envers et contre tous
il faut croire à son pays et en son avenir.

Enfin, je lui dirai
que de toutes les vertus,
la plus importante, parce qu’elle est la motrice de toutes les autres
et qu’elle est nécessaire à l’exercice des autres,
de toutes les vertus,
la plus importante me paraît être le courage, les courages,
et surtout celui dont on ne parle pas
et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse.

Et pratiquer ce courage, ces courages,
c’est peut-être cela

«L’Honneur de Vivre»
Hélie de Saint Marc


Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Littérature

Publié le 18 Juillet 2008

Camille m'ayant taggé honteusement, ainsi que Baroque et Fatigué, je me vois donc contraint et forcé de répondre à ce questionnaire indiscret.


1) Quel(s) souvenir(s) avez-vous de votre apprentissage de la lecture ?
Mon premier manuel de lecture, qui a servi ensuite à tous mes frangins et frangines.

2) Vos lectures préférées lorsque vous étiez enfant ?
Les 6 compagnons, Croc-Blanc, la Grande Evasion, les Jules Verne, le Bossu, la Comtesse de Ségur, le Petit Nicolas, les Trois Mousquetaires, Sherlock Holmes, Rouletabille, le Brigadier Gérard, le Professeur Challenger, j'étais un monstre de lecture étant gamin, je me suis calmé depuis, et c'est bien dommage.

3) Aimez-vous la lecture à haute voix ?

Ça dépend quoi, il y a quelques tirades qui en valent la peine.

4) Votre conte préféré ?
La mythologie grecque, les contes russes.

5) La meilleure adaptation d’un roman ou d’une pièce de théâtre ?
Les liaisons dangereuses (version de Stephen Frears, of course), le Souper, Cyrano de Bergerac, la Grande Evasion.

6) Apprenez-vous par coeur certains poèmes, répliques de théâtre, passages de roman ?
Ça m'est arrivé, notamment avec l'anthologie de la poésie française d'un ancien président, je ne le fais plus, certainement le stress de la vie professionnelle.

7) Avez-vous des livres ou des magazines dans vos toilettes ?
A part des revues économiques, non rien.

8 ) Avez-vous plusieurs lectures en chantier ? Combien ? Lesquelles ?
Beaucoup trop, il faudrait que j'arrête d'ailleurs.

9) Le poète que vous ne cesserez jamais de relire / de vous réciter ?
St Exupéry. Pas sûr qu'on puisse dire qu'il soit un poète, même si Citadelle en a les accents.
Oscar Wilde.
Rudyard Kipling pour Si.
Baudelaire, bien sûr.

10) Le livre que vous avez lu le plus rapidement ? Le plus lentement ?
Je crois que je n'arriverais jamais à lire plus rapidement que le Tour du Monde en 80 jours. J'ai du le finir une heure après que ma mère l'ait acheté, j'avais 10 ans, ma mère était folle. C'était bien la peine d'acheter des bouquins pour que je les termine quasiment aussi sec...

Sinon, ce sont les livres russes qui me prennent le plus de temps. Je garde un souvenir somniférique des Ames Mortes de Gogol. Lu trop jeune certainement.

11) Préférez-vous les éditions de poche aux originales ? Pourquoi ?
Pas d'avis sur la question.

12) Le(s) livre(s) que vous ne rangez jamais dans votre bibliothèque et qui traîne(nt) toujours ?
Mémoires d'Outre Tombe. J'arrive pas à le finir, celui-là.

 13) Quel est votre rapport physique à la lecture ? Debout ? Assis ? Couché ?
Assis.

14) Vos lectures sont-elles commentées crayon en main ?

Non. Sauf pour les bouquins financiers.

15) Offrez-vous des livres ?
Oui. Amazon is my friend.

16) La plus belle dédicace, que ce soit de l’auteur ou de la personne qui vous l’offrit ?

Pas de souvenir particulier. J'ai eu une dédicace un peu élaborée de Pennac, mais étant donné que ses bouquins ne m'ont pas vraiment marqué...

17) Quel est votre rapport sensuel au livre ? (Odeur, texture, etc.)
J'aime bien les livres de la collection Bouquins, ayant pas mal lu dans ces ouvrages. Chaque fois que j'en manipule un, ce sont tous les souvenirs de mon enfance qui remontent, c'est un peu ma madeleine de Proust. Leur souplesse autorise ses propriétaires à en faire n'importe quoi ou presque. C'est le gros pavé mais vous êtes pas obligé de le tenir avec autant de soin qu'un livre de la Pléiade. Avec ces derniers, on ose à  peine les toucher, on risquerait de les abimer. Pas de cela avec les Bouquins.

18 ) Quels sont les auteurs dont vous avez lu les oeuvres intégrales ?
Conan Doyle, Stevenson, Gaston Leroux, lu quelques Balzac. Faut que je m'attaque à Nimier, Faulkner, Fitzerald, Dominique de Roux, à Maistre, à Burke, à Barbey (il faut lire ses Diaboliques), à plein de monde.

19) Un livre qui vous a particulièrement fait rire ?
Belle du Seigneur, notamment le passage sur les fonctionnaires de la SDN.

 20) Un livre qui vous a particulièrement ému ?
Allez, je me lâche:
- La fin du Camp des Saints, de Jean Raspail.
- La Prisonnière, Albertine disparue, de Proust.
- D'entre les morts, de Boileau-Narcejac, j'ai pas lu de meilleur roman policier.
- Par le sang versé, la Guerre Cruelle, de Bonnecarrère.

21) Le Livre qui vous a terrifié ?
Les contes d'épouvante de Gaston Leroux. Oui, je sais, faut que je lise Lovecraft.

Dans un autre genre, l'Enfer de Mgr de Ségur, dispo ici, ou les Confessions d'un exorciste de Dom Amorth. Pas la peine que je dise pourquoi.

22) Le livre qui vous a fait pleurer ?

Le vicomte de Bragelonnne, la mort de Porthos était pour moi une tragédie étant gamin. Sans famille d'Hector Malot m'a également traumatisé.

23) L’avertissement / l’introduction qui vous a le plus marqué ?

Ça devait être un encart dans un bouquin d'Oriana Fallaci, expliquant tout le mal que pensait l'éditeur à propos du bouquin qu'il publiait...

24) Le titre le plus marquant, original, décalé, astucieux ?
Pas remarqué.

25) Décrivez votre bibliothèque.

Un gros boxon, entre les bouquins de finance, les bouquins militaires, les romans, les bouquins sur le libéralisme, il n'y a que moi qui puisse m'y retrouver.

26) Les livres dont vous vous êtes finalement débarrassé ?
Des bouquins de Sartre. Les Confessions de Rousseau.

27) L’endroit le plus insolite où vous lisez ?

Je ne suis pas original en la matière. Mais j'ai dû bouquiner sur la muraille de Chine ou dans la Cité Interdite, ça compte ?

28 ) Il ne vous reste que trois jours à vivre : que souhaitez-vous lire ou relire ?

T'en as de ces questions, je sais pas trop, la Bible. Je suis persuadé que je vais avoir l'esprit de l'escalier à cette question.

29) Votre livre d’art préféré ?

Aïe, compliqué. Entre un bouquin sur les impressionnistes, une oeuvre sur le Louvre, ou sur l'art au Vatican, mon coeur balance.

30) La bibliothèque idéale ?

Celle de Borges, mais la bibliothèque de B&F fera l'affaire. Mais j'aime bien également Internet, avec notamment tous les bouquins dispos gratuitement au format pdf sur le web. Il y a là de quoi faire quand on sait chercher.

31) L’incipit qui vous a le plus marqué ?

RAS

32 ) La clausule qui vous a le plus marqué ?
RAS, oui, je sais, je remarque rien, mais ça viendra certainement avec l'esprit de l'escalier.
 

Allez, je passe le bébé à Michel Janva, à Philippe Edmond, au Conservateur, à Pharamond, à Shizodoxe, à Vae Victis, à Tcherno, à Lykurgos, à JusMurmurandi, à RonnieHayek si il me lit, à Fromage +, à Hoplite, à Didyme, et last, but not least, au Stalker. Il y a quelques cyborgs de lecture, parmi ces noms...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Entracte