Articles avec #humour tag

Publié le 19 Février 2009

undefined

Oui, effectivement, quand j'ai vu cette affiche, ça m'a fait marrer. Je sais, c'est pas bien, mais en même temps, c'est normal lorsque l'on tend des perches aussi grosses.

Pour rappel, voici ce que Bruno Frappat, éditorialiste chez La Croix, publie sur son blog: "Et si Rome disait, sans plus tarder: il y a maldonne, Rome s'est trompé? "

Je ne vois pas vraiment en quoi les propos de M. Frappat diffèrent en quoi que ce soit de ce qu'on peut trouver dans le Monde, et tous les autres journaux hostiles.

PS: Vous saviez qui était Pietro de Paoli, qui intervient sur le blog de la Croix ? Moi-même, j'ai trouvé qu'ils faisaient très fort.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 27 Janvier 2009

Je me permets de publier ce texte, très peu empreint de charité chrétienne, je le reconnais bien volontiers. On le doit à Justin Petipeu, du Forum Catholique.


L'heure est grave !

Lorsqu'on se promène sur les forums et sites du progressisme militant et autrefois triomphant, on ne peut que se dire que l'affrontement est proche ! C'est un appel général à la résistance, on veut s'insurger, il est dit et écrit partout qu'on ne se laissera pas faire...On insulte le pape, on vilipende même les évêques de France, coupables de ne pas s'opposer frontalement et d'être trop mous face à l'abominable Vatican.

On est prêt au combat ! Les fauteuils roulants ont été révisés et graissés de la belle manière, les déambulateurs étincellent dans ce qui sera sûrement le soleil d'Austerlitz, on a fait des stocks impressionnants de couche-culottes, toutes les piles des sonotones ont été changées et une partie du lectorat de "la Vie" a enlevé les bouchons des béquilles. Ça va saigner, l'on vous dit !

Ici, l'un assure qu'il ne remettra plus les pieds à l'église...puis se ravise lorsqu'on lui fait remarquer qu'il n'y a jamais été. Là, c'est un comité paroissial tout entier qui veut organiser des représailles : il propose d'anticiper la messe anticipée du samedi soir au vendredi soir..."ca leur fera les pieds", qu'ils disent ! Ah ben nan, zut ! le vendredi, c'est le jour de la belotte chez Fanfan...Tant pis, on trouvera autre chose. On fait appel à Jean XXIII, à Mgr Romero -"euuuuh, j'crois qu'ils sont morts, ceux-là, Roger" - . Qu'importe ! Il reste l'abbé Pierre -"non plus !"-. Bref, on est trahi de partout. C'est le complot fasciste qui a son siège au Vatican ! Et tous les beaux espoirs que nous avons eus dans les années 60 pour bâtir un monde de paix et de fraternité ?

On va pas se laisser bouffer comme ça, quand même !

Dans la paroisse, la seule association encore existante, le Mouvement Chrétien des retraités, est réunie au grand complet. Ils sont tous là. Tous les huit.

René est arrivé le dernier ; il sentait fort l'anisette. Il a traversé la pièce sans dire un mot, a ouvert le placard et sur la dernière étagère, il a saisi le portrait tout poussiéreux de Mao et l'a mis sur le bureau. Devant les regards désapprobateurs des autres, il a juste gueulé : "Ben quoi ? Y a pas de raison, merde !" Puis il est parti. Dans un coin, Simone a les larmes aux yeux et maugrée, la rage aux commissures des lèvres.."Si encore on avait nos prêtres-ouvriers, on pourrait s'battre !" Jules a une idée : "On n'a qu'à lancer un mot d'ordre au niveau national ! Plus personne à la messe le dimanche !"

Derrière, Nicole persifle : "Riche idée, la moyenne d'âge des pratiquants va être divisée par deux ! Ca leur ferait trop plaisir !" Mince, Jules n'y avait pas pensé...Quel niais, alors !

Ah voilà le père Michel qui arrive ! ça c'est un curé ! Dommage qu'il soit à la retraite. Il a été de tous les combats, le père Michel ! Et dès qu'il s'agit de faire Eglise ensemble, on peut compter sur lui. Pas comme son remplaçant, un blanc-bec en col romain qui n'écoute même pas les Anciens ( Faut dire qu'il dessert 27 clochers, alors forcément, il a autre chose à faire...). Jules reprend l'initiative : "dites, Père Michel, et si on faisait un séminaire sauvage, comme ce Lefebvre-là ?" Le père Michel a le regard perdu dans le vague puis finalement, il articule mollement au-dessus de son col roulé : "Ah oui ? et qui on mettrait dedans ?". Décidément, c'est pas sa journée, à Jules...
Joséphine ne dit rien ; elle a sa tête des mauvais jours et quelques souvenirs du temps où elle partait en traction avant avec les FFI. Elle n'ose pas le dire mais elle le pense si fort. "De toute façon, avec un pape boche, faut pas s'étonner".

Alphonse, dans le doute, avait pris du viagra avant de venir (on ne sait jamais, pour tenir le coup à cause des émotions) mais à la tête du père Michel, il sent que c'est foutu. Il brandira une autre fois l'étendard de la révolte. C'est le père Michel qui conclut : "Demain, je téléphonerai à Jacques". Mais oui ! Mais c'est bien sûr ! Jacques Gaillot ! Au moins, lui, il saura quoi faire ! Le problème, c'est qu'il n'est pas facilement joignable ; aux dernières nouvelles, il est dans un squatt du côté de Bobigny.

On se sépare. La nuit est froide et humide et le père Michel ne se fait pas d'illusions. Jacques ne viendra pas ; il n'y a pas un seul sans-papier au Mouvement chrétien des retraités ! Dommage...

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 26 Novembre 2008

La chute des marchés donne des idées aux caricaturistes.


Les meilleures que j'ai trouvées:


undefined


Ils sont clairement desespérés. Comme les banquiers et les industriels automobiles !


undefined

- Je pense qu'on touche le fond, le fond....le fond...

- En 1929, ils sautaient en-dehors de l'immeuble !




undefined


SOS SOS A L'AIDE.. OH MON DIEU


undefined


undefined


Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 20 Septembre 2008

undefined

Vu sur les Indégivrables...

undefined

Et pour ceux qui veulent rire de tout ce bazar, c'est par là.


Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 10 Mai 2008

Ça faisait longtemps que l'on n'avait pas rigolé sur ce blog. Je rattrape mon retard.









Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 28 Janvier 2008

A ceux qui ne l'auraient pas encore parcouru...

- Bon, les gars, on déconne, on déconne, mais on s'éloigne des vrais problèmes. Qui veut un calva ? J'ai du 80 ans d'âge que je fais venir directement de la ferme. Une rareté.

- Qui a pris les cigares ? Jean-Eudes, faites pas le rat, renvoyez les havanes par ici.

- Messieurs ! Quand vous aurez fini de vous torcher, on en reviendra au sujet du jour. Où est Roger ?

- Aux toilettes, monsieur le président, il a du mal à digérer la purée de céleri.

- Bon, puisque notre directeur financier est malade, je vais moi-même rentrer dans le sujet. Peuf... Peuf... (il allume un cigare). Messieurs, comme je le disais, l'heure est grave. Merci pour le calva, Pierre-Henri. Les calculs faits par ma stagiaire cette nuit montrent que nous avons perdu entre 5 et 9 milliards par la faute de ces gros ploucs d'amerloques.

- Font chier, ces yankees. On ne peut plus faire confiance à personne !

- Silence, Charles-Edouard ! Il est trop tard pour nous lancer dans une analyse de risques approfondie. La question du jour est : qui va porter le chapeau ?

Silence général. Tout le monde se regarde bizarrement.

- Non, ne vous inquiétez pas, on n'en est pas encore à foutre des cadres dirigeants à la porte. Le plan social, on le fera sur les guichetiers, faut pas que déconner. Non, mais sérieusement, faut trouver un clampin à faire dégager rapido. De préférence, un qu'aucun d'entre nous ne connaît, histoire de dire qu'on n'était pas au courant.

- Oui, monsieur le président, mais qui ?

- Je sais pas moi, je suis pas là pout tout faire, non plus. Y a personne que vous voulez virer ? Un trou de balle, un minus, mais avec une bonne gueule de psychopathe, qu'on pourrait montrer à la télé en disant "tout est de sa faute" ?

- Oui, comme les anciens hébreux chargeaient un bouc de leurs péchés avant de l'envoyer dans le désert...

- Charles-Hubert, vous nous les pétez menu avec vos histoires de cureton. C'est pas parce que vous avez passé 15 ans chez les jèzes qu'il faut la ramener à chaque codir. La dernière fois, c'était Saint-Paul à Damas pour illustrer le moment où Bernanke a compris qu'il était dans la merde, et la prochaine fois, vous nous faites quoi ? Sodome et Gomorrhe ? Le Déluge ? Allez, on y va, on me donne un nom.

- Mais, président, on ne les connaît pas, les noms des collaborateurs. On leur parle à peine, et encore, seulement pour les engueuler.

- Bon, OK, je vois, c'est encore moi qui vais tout faire. Pierre-Matthieu, passez-moi votre portable. Le trombi de la boîte, il est où ?

- Ici, monsieur le président.

- Putain, ces tronches de tarés qu'ils ont ! Eh, aux RH, vous avez jamais pensé à donner des consignes, genre "éviter d'embaucher des demeurés" ? Bon, on va pas s'en sortir, je clique au hasard... Tiens, celui-là, Bernard Hurningh, vos en dites quoi ?

- Il est conseiller clientèle à Dôle, monsieur, personne ne croira jamais qu'on a perdu 5 milliards à cause de lui.

- Même en magouillant avec la Suisse ?

- C'est plus ce que c'était, monsieur, la Suisse. Le secret bancaire n'est même plus garanti, ils seraient foutus de nous prouver qu'on raconte des craques.

- Mouais, va falloir taper dans le lourd. Celui-là, Marc Brice, à votre avis ?

- Directeur financier d'une sous-filiale spécialisée dans le prêt agricole, monsieur. C'est la bourse qui craque, pas le marché du purin.

- Faites le malin, Jean-Edouard, foutez-vous de ma gueule. Bon, celui-là, il a une vraie tronche de vainqueur. C'est mon dernier mot, vous vous sortez les doigts du cul et vous me le mouillez à mort. Jean-Gui, en tant qu'ancien membre du cabinet de l'Elysée sous Mitterrand, les barbouzeries, ça vous connaît, non ?

- Oui, on peut magouiller un peu le système informatique, histoire de faire croire qu'il nous a truandés. Faites voir le nom ?

- Kerviel, Jérôme Kerviel. Encore un de ces petits merdeux qui croient qu'ils vont devenir riches parce qu'ils passent des ordres de bourse toute la journée sur leur écran. On dirait des hamsters sous acides, ces branleurs. Allez, celui-là paiera pour les autres.

- Mais, monsieur, 5 milliards sur le dos de ce trou de balle, personne n'y croira jamais !

- Je vous signale, mon petit Charles-Edouard, 80% des français se sont déplacés il y a un peu plus de six mois pour départager une dinde hystérique, et un velléitaire complexé par sa taille, alors vous savez, le sens critique de ces glandus... Bon, on y va. Plan média, bidonnage informatique, communiqué de presse, plan social en backup, je veux tout ça sur mon bureau demain matin. Et vous me supprimerez le coupon de cette année, ça fera les pieds à ces connards d'actionnaires. Quelqu'un reveut du champ', on va se saouler la gueule pour fêter ça...


Vu d'abord chez les PF, mais il semble que l'auteur soit ce blogueur. Seule erreur factuelle, la Société Générale maintient son dividende.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 22 Janvier 2008

C'est que ça se passe. Il s'appelle Ti Amo.


undefined undefined undefined  undefined  undefined undefined undefined 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 8 Décembre 2007

Détendons-nous un peu...




Pour ce que je connais de certains Américains, ça ne me parait pas si hallucinant que cela...

   

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 29 Octobre 2007


Boys On Wheels - New Wheels on the Block

Ils sont suédois, en fauteuil roulant et peuvent à peine s'exprimer. Mais ça ne les empêche pas de chanter.
Au final, ça donne un petit bijou d'autodérision.

Le site du chanteur.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0

Publié le 31 Août 2007

Via le Forum Catholique, et trouvé initialement sur un forum Boursorama....



J’aimerais revoir mon PRU 13:01 17/08/07

J’ai choisi récemment d’investir dans Natixis
Je comprends maintenant pourquoi elle rime avec psoriasis
Vous me direz que ça marchait aussi avec Elvis
Mais vu le cours, je n’avais pas envie de déhancher mon pelvis.

Acheter une bancaire en pleine crise immobilière
Autant s’inviter à un banquet funéraire !
Quand les taux montent, la facture s’accroît
Et c’est évidemment l’emprunteur qui se noie

Son logement en garantie, alors il faut vendre
Bienvenue sous les ponts, c’est toujours mieux que de se pendre.
Ces crédits hypothécaires sont décidément bien précaires.
Surtout quand plus personne ne veut être un pigeon dans l’affaire.

Plus de remboursement, plus de garantie.
Qui c’est qui déguste ? C’est la société de crédit.
Elle dépose le bilan, laissant derrière elle ses créances.
Qu’elle avait bien pris soin de maquiller par avance.

Revendues, modifiées, prêtes pour les marchés financiers.
« Titrisées » qu’ils disaient ! Plutôt un rideau de fumée.
Elles se cachaient dans les sicav monétaires dynamiques
Autant dire pour les possesseurs comme un vent de panique.

Mon argent, ma cassette, rendez moi ma cassette !
Oui, mais plus de liquidité pour rembourser cette dette
Car de banque à banque on se regarde en chien de faïence.
Et plus personne ne veut rentrer dans cette danse.

Jean-Claude était coincé, mais que faire sans tricher ?
Baisser les taux, pour sauver les créances
C’était prendre le risque que l’inflation se relance
Alors ce sont les liquidités qu’il a décidé de lâcher.

Tout s’enchaîne, l’euro baisse et monte le yen
C’est sur l’Asie que se ruent les hyènes
Après les bancaires et les immobilières
Voici les industrielles que l’on brade à pas cher

Se faire une petite ligne en plein krack
Autant se poudrer le nez, comme un addict maniaque
Une chose est sûre de Paris à Mannheim
Nous serons nombreux à nous souvenir du subprime.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost0