Ironie du sort

Publié le 14 Avril 2008

Via le Grand Charles...

Je crois que ce serait à mourir de rire, si ce n'était pas aussi tragique. La naïveté et l'angélisme des droits de l'hommistes n'ont vraiment aucune limite. Se balader seule, en auto-stop et en robe de mariée, dans les pays les plus chauds de la planète, il fallait quand même être sacrément intoxiquée pour l'imaginer. L'art contemporain ne recule décidément devant aucune absurdité...


Turquie: partie promouvoir la paix, elle est retrouvée morte, violée

Elle avait 33 ans. Artiste conceptuelle milanaise, elle s'était embarquée dans un projet insensé qui a tourné au drame: Giuseppina Pasqualino di Marineo a été retrouvée morte en Turquie, violée et assassinée. La police a arrêté son meurtrier présumé, un Turc qui l'avait prise en autostop dans la ville industrielle de Gebze, à une heure de route d'Istanbul.

La jeune femme, plus connue sous le nom de Pippa Bacca, était partie avec une amie, toutes deux vêtues d'une robe de mariée, pour traverser les zones de conflit des Balkans et du Proche-Orient, afin de démontrer les valeurs communes de la Méditerranée, et de donner un signe de "confiance entre êtres humains". Elles devaient se rendre en autostop de Milan à Jérusalem, en passant par les pays de l'ex-Yougoslavie, la Turquie, le Liban, la Syrie, la Palestine et Israël.

Pour ce projet intitulé "Brides on Tour", elles devaient porter la même robe blanche du début à la fin, et celle-ci, avec toutes les tâches de ce long périple, devait figurer au coeur d'une exposition à leur retour en Italie, avec toute la documentation filmée et écrite de ce voyage symbolique. Pippa Bacca portait effectivement cette robe lorsque son corps a été retrouvé vendredi près de Gebze, étranglée.

Les deux jeunes femmes s'étaient séparées à Istanbul et Silvia Moro devait la retrouver au Liban. Mais Pippa Bacca a cessé de donner tout signe de vie il y a une dizaine de jours, suscitant des appels angoissés ("Pippa Bacca dove sei?" "Pippa Bacca, où es tu?") de ses amis sur le blog du projet, en italien, en anglais et en turc. En vain. "L'attente se termine en tragédie", indique le blog samedi, soulignant que le but de Pippa Bacca avait été de porter un "message de paix et de solidarité", mais se terminait d'une manière "aussi terrible qu'absurde".

Sa famille et ses amis ont décidé d'organiser malgré tout l'exposition autour de cette robe de mariée maculée. Mais le symbole sera différent, celui de la défiance entre êtres humains. Et peut-être aussi des limites de l'art face à l'horreur humaine.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0
Commenter cet article

Bashô 17/04/2008 14:28

Tu sais, je me dis parfois que ces gens, qui sont le plus souvent athées de fait, aiment à s'aveugler pour ne pas désespérer.

Bashô 17/04/2008 10:08

Ah oui, le maintien de l'exposition! Mais ça c'est tout à fait différent! Cela étant dit, on peut comprendre la décision de la famille et des amis: elle se pensait artiste, peut-être l'était-elle vraiment. Peut-être que cette exposition est une manière pour ses proches de garder d'elle le souvenir comme artiste. Je connais des gens qui n'ont pas le talent voulu mais s'obstinent car ils ne rêvent qu'à ça.

Polydamas 17/04/2008 14:08


Vous ne trouvez pas que c'est une belle preuve d'aveuglement ? En fait, on a toujours la même vision de l'art, des droits de l'homme qui doivent primer, etc, mais il n'y a aucune remise en cause,
pas de remise en question personnelle sur les raisons d'un tel drame.


Bashô 17/04/2008 09:39

Peut-être que je vois le mal partout mais je ne peux pas m'empêcher de me dire que certains commenteurs disent au fond que "c'est bien fait pour elle." Un minimum de décence ne serait pas de trop chez certains.Ce projet était ridicule, plus que grotesque mais j'avoue une certaine tendresse pour cette femme. Elle rêvait trop mais elle rêvait quand même. C'est mieux que le cynisme...

Polydamas 17/04/2008 09:51


Mouais il y a tout de même une démarche qui est plus que contestable dans le maintien de l'exposition envers et contre tout. L'art plus important que la vie et la mort.


Robert Marchenoir 15/04/2008 23:41

Remarquez la conclusion de Rue 89:"Sa famille et ses amis ont décidé d'organiser malgré tout l'exposition autour de cette robe de mariée maculée. Mais le symbole sera différent, celui de la défiance entre êtres humains. Et peut-être aussi des limites de l'art face à l'horreur humaine."Comme ça, tout n'est pas perdu. On peut continuer à faire reluire sa bonne conscience, donner des leçons d'humanisme à ceux qui ont l'incongruité de ne pas se croire chez les Bisounours, et prétendre encore faire de l' "art", par-dessus le marché, sur le cadavre d'une femme assassinée.Personne, parmi cette famille et ces amis, ne s'est apparemment avisé que maintenir une telle exposition était d'une indécence rare.Autrement dit, ils n'ont rien compris, rien appris. On aurait pu espérer que cette issue tragique leur aurait, au moins, dessillé les yeux sur la naïveté, l'absurdité, la stupidité, la monstruosité de cette démarche pseudo-artistique.Même pas. Ces gens sont tellement victimes des fables qu'ils se racontent que même le mur du réel, percuté à grand fracas, ne suffit pas à les réveiller.

Polydamas 16/04/2008 08:41


Bien vu, c'est l'idéologie qui prend le pas sur la réalité, renversement complet de toute rationnalité.


la soeur de Bianca 15/04/2008 08:40

Au moins, dans ces circonstances tragiques n'a-t-elle porté tort qu'à elle même. Tant de ses semblables produisent de véritables catastrophes. Mais il est toujours renversant de découvrir autant de naïveté et de stupidité chez des personnes soi disant adultes. Elle aura vraiment payé très cher son manque de jugement. Paix à son âme.