Publié le 30 Juillet 2007

Mon billet sur la blogosphère conservatrice a eu son quart d'heure de gloire dans celle-ci, qui a repris, ou tout du moins, discuté l'idée de ce portail, pour la modifier et l'enrichir. Le débat est donc en cours, et chacun est libre d'y apporter sa contribution.

Le Grand Charles a ajouté son point de vue, et l'a ensuite confirmé. Fromage + en a fait l'objet de son coming -out. Artemus et Isabelle ont fait passer le message, sans oublier le Salon Beige, qui était aussi de la partie.

Même ILYS s'est positionné, plutôt négativement. On peut les comprendre, le projet d'une Conservatopédia, via Happy Fruits, n'ayant probablement pas rencontré le succès qu'ils espéraient.

Cependant, à voir le succès obtenu par ce thème en terme de fréquentation, il semblerait que ces billets, et les réactions, montrent une envie, une volonté certaine d'organiser les choses, de ne pas se contenter de la blogosphère usuelle.

Reste à savoir quoi faire de cette envie, de l'utiliser à bon escient, et de parvenir à monter un projet.

C'est pour cela qu'il faut en discuter, que nous avons besoin de vos avis sur la question, même négatifs, c'est pour cela que si vous avez des idées, vous pouvez vous signaler, que si vous souhaitez participer également....

Ainsi les personnes qui seraient intéressées par ce projet, parmi nos lecteurs, sont invitées à le faire savoir sur cette adresse mail, comme nous y invite Fromage +, que je remercie au passage, ou à se signaler en commentaire, ici ou dans les blogs précédemment cités. On se chargera de relayer...

Pour conclure cet appel, c'est Davila qui me parait le mieux approprié: "Si le réactionnaire n’a aucun pouvoir à notre époque, sa condition l’oblige à témoigner de son écoeurement."

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Médias

Publié le 28 Juillet 2007

Parmi les auteurs conservateurs, dignes de figurer parmi les maitres de la Contre Révolution, il en est un que l'on oublie régulièrement. Ses livres, recueil de phrases courtes et ramassées, sont des oeuvres que chaque conservateur se doit de posséder, que ce soit ses Scolies (les Horreurs de la Démocratie), ses Notes ou son Réactionnaire authentique.

Cet auteur catholique et réactionnaire, c'est Nicolas Gomez Davila (1913-1994).

Si vous ne le connaissez pas, je vous recommanderai de prendre le temps de parcourir cet article, qui présente et analyse son oeuvre. Je vous laisse ensuite de juger de la justesse de ses phrases, qui pointent particulièrement bien les défauts de notre société corrompue.

Florilège non exhaustif:

Même la vérité la plus discrète apparaît aux modernes comme une intolérable impertinence.

Aux yeux d'un démocrate, qui ne s'avilit pas est suspect.

Le révolutionnaire ne découvre “l’esprit authentique de la révolution” que devant le tribunal révolutionnaire qui le condamne.

L’intellectuel irrite l’homme cultivé comme l’adolescent irrite l’adulte, non par l’audace de ses idées mais par la banalité de ses présomptions.

Peut-être qu’après tout, la meilleure justification des aristocraties est notre évident besoin de spécialistes de l’art de vivre.

Il n’y a pas de plus grande noblesse que de se refuser à ce que le cœur désire et que la raison repousse.

Dieu est l’être pour qui le plus humble et le plus commun des hommes est une personne. Dieu est l’être qui ne pense pas avec des idées générales.

Une doctrine sévère et une pratique aimable, voilà non la formule de l’hypocrisie, mais le secret de toute civilisation ancienne, riche, mûre.

La liberté à laquelle aspire l’homme moderne n’est pas celle de l’homme libre, mais celle de l’esclave un jour de fête.

Avoir raison, selon le démocrate, signifie hurler avec les loups.

Celui qui réclame l’égalité des chances finit par exiger que l’on pénalise celui qui est doué.

Si l’on aspire seulement à doter d’un nombre croissant de biens un nombre croissant d’êtres, sans se soucier de la qualité des êtres ni de celle des biens, alors le capitalisme est la solution parfaite.

Dans les époques aristocratiques, ce qui a de la valeur n’a pas de prix. Dans les époques démocratiques, ce qui n’a pas de prix n’a pas de valeur.

Et enfin, ces citations qui devraient réchauffer le coeur de tous les conservateurs:


L'individu obéissant à une vocation authentique est réactionnaire. Quelles que soient les opinions qu'il nourrit. Est démocrate celui qui attend du monde la définition de ses objectifs.

Le pur réactionnaire n’est pas un nostalgique qui rêve de passés abolis, mais le traqueur des ombres sacrées sur les collines éternelles.

Le réactionnaire n’argumente pas contre le monde moderne dans l’espoir de le vaincre, mais pour que les droits de l’âme ne se prescrivent jamais.

Si le réactionnaire n’a aucun pouvoir à notre époque, sa condition l’oblige à témoigner de son écoeurement.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Littérature

Publié le 24 Juillet 2007

Si vous n'avez pas la patience de la parcourir dans son intégralité, je vous recommande de cliquer au hasard sur la bande, vous y constaterez la beauté, la solennité, le respect du divin qui caractérise ce rit.

Une belle messe tridentine, c'est ça.



Sinon, dans la plupart des messes, l'épitre et l'évangile sont dit en français, sauf durant les messes solennelles, ce qui est le cas ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion