Publié le 30 Novembre 2006

Les réactions aux propos de Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, qui soutient ce communiqué, ne se sont pas fait attendre. Ainsi Didier Sicard, président du Comité National d'Ethique, n'hésite pas à affirmer dans un entretien au Monde, la chose suivante:

L'intervention de l'Eglise catholique me paraît, dans ce domaine, à la fois malencontreuse et extraordinairement malvenue. Elle a bien évidemment le droit de porter un jugement. Pour autant, elle n'a pas vocation à l'imposer dans l'espace public, ce qu'elle fait aujourd'hui.

Cependant, il reconnait plus loin:

Nous observons pour l'heure un développement excessif du diagnostic et notamment de la pratique du diagnostic préimplantatoire. Il n'est pas bon, selon moi, que les scientifiques affirment ou laissent penser que les embryons humains ne sont que des simples producteurs de cellules souches. Mais il n'est pas bon non plus que l'Eglise catholique s'insère dans cette manifestation.

Et la fin de l'interview vaut son pesant de cacahuètes:

Elle (L'Eglise) a pleinement le droit, tout à fait respectable, de considérer l'embryon humain comme sacré. Mais elle n'a pas le droit d'en faire une manifestation publique qui rappelle de mauvais souvenirs.

Lesquels ?

Je pense aux pires moments de la lutte contre l'interruption volontaire de grossesse ; c'est-à-dire cette forme inacceptable d'expression coercitive sur des personnes. Il nous reste à ouvrir rapidement, sur toutes ces questions, un débat serein en sachant bien que ni l'Eglise ni la science n'ont le monopole du coeur.


Mais dites tout de suite que les catholiques sont des fasciiiiiiistes, ça sera plus simple et plus proche de votre pensée, cher Monsieur, pourquoi s'encombrer avec des litotes? Pour Didier Sicard, le fait d'émettre des réserves équivaut à "imposer son point de vue". Pas sûr que je parle le même langage que ce monsieur.

J'ai du mal à imaginer quels peuvent être les moyens de "l'expression coercitive". Je n'ai pas encore vu de commandos de curés, dépéchés dans tous les foyers pour sommer les bonnes gens de ne pas donner d'argent pour le Téléthon. Pas de menaces d'enfer pour tous les donneurs, pas de menaces d'excommunication, mais où diable peut cette coercition peut-elle se cacher?

Par ailleurs, la présidente de l'AFM a déclaré que ces débats ne "sont absolument pas d'actualité". Argument imparable, s'il en est, les évêques ne peuvent pas parler, ce n'est pas d'actualité. J'avoue, je ne sais pas quoi répondre à autant de bêtises enchainées à la suite. La colonisation, l'Inquisition, les Croisades, ne sont pas d'actualité et pourtant ces sujets sont traités tous les quatre matins.

Il est intéressant de voir que ces bonnes âmes aimeraient éliminer l'Eglise du débat public. Je ne sais comment les catholiques doivent le prendre.

Ils ne DOIVENT pas donner leur avis.

Point final.

On est en démocratie, mais les cathos n'ont pas le droit de s'exprimer. L'Eglise n'aurait donc plus le droit de commenter les initiatives publiques, et d'orienter les demandes de ses ouailles sur tel ou tel sujet de société. A voir la pauvreté des arguments utilisés par l'AFM, on soupconne qu'il craigne de ne pas briser le record de fonds récoltés pour la recherche, battu chaque année.

Dramatique, en effet.
 

PS: A noter que le comportement de nos évêques est trés encourageant. J'ai suffisamment de choses à leur reprocher pour qu'il m'apparaisse important, lorsqu'ils vont dans le bon sens, de saluer leur attitude exemplaire. En espérant qu'ils ne vacillent pas et fassent front.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Publié le 29 Novembre 2006



A verser au dossier du drame du PSG, le témoignage de ce spectateur supporter de Tel-Aviv, qui donne une autre version de celle des média.

Je ne sais pas le crédit qu'il faut apporter à ce témoignage.


Ce match était le plus grand déferlement de haine anti-juive qu’il m’ait été donné de voir en direct live. Je le redis parce que vous devez écarquiller vos yeux en ce moment : ce match était le plus grand déferlement de haine anti-juive qu’il m’ait été donné de voir en direct live.

On entend crier “Palestine“, “Ils sont où vos drapeaux maintenant ?” ou “Allez les juifs, vous faites moins les malins maintenant !“. Les types sont derrière moi. Une écharpe du PSG autour du visage ou du cou, ils cherchent l’altercation. Les embrouilles, la castagne comme on dit. Sauf que la castagne, ça peut être pour ma gueule vu qu’ils sont juste sur mes talons.

Vous êtes où les juifs hein ?” continuent-ils à brailler. C’est un groupe de jeunes arabes qui s’approchent d’une fille, probablement juive, qui téléphone et qui lui balancent une claque dans la figure. “Ils sont où vos drapeaux hein ?“, je les entends dans mon oreille, je rentre la tête dans mon blouson, je m’écarte sans courir et me dirige vers le métro. Sur toute la route, pas un policier. PAS UN.

 

L’autre moitié de notre groupe avait avancé séparément. Un père avec ses deux enfants (18 et 20 ans), et ses deux gendres. A quelques mètres de la police, à la porte de Saint-Cloud, Anthony (20 ans) se fait happer par un groupe de 4 jeunes. Ce ne sont pas des fachos, des skin heads, des lepénistes, non. Ce sont des fans moyens du PSG, arabes, haineux et déchaînés. Anthony se prend des coups au visage et dans le ventre. La famille le récupère tant bien que mal et se précipite vers la police, immobile, inactive. Ils sont attérés.

 


La bête est revenue, chantait l’ami Pierre Perret. En pensant étroitement aux fachos et leur tête pensante à l’oeil de verre. Mais l’hydre a plusieurs têtes, et ce soir-là, c’était un visage horrible que j’ai reconnu, celui de la haine sans concession d’acteurs du paysage français que nous cotoyons quotidiennement. Ceux que les médias appellent les jeunes ou les racailles, qui entretiennent et vouent une haine inconditionnelle à ceux que les médias pointent délicatement sous le terme “d’Israélites”.

 

Il est possible qu'il faille rapprocher ce match de ce qui s'était passé lors du match France Algérie. Loin de moi l'idée de disculper les skinheads qui ont participé à ces affrontements. Mais je me demande si on ne focalise peut-être pas un peu trop sur eux.

Je ne dis pas qu'ils ne sont responsables de rien, mais plutôt que les responsables sont beaucoup plus divers que ce que les média ont choisi au prime abord.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Actualité

Publié le 28 Novembre 2006

Sienne

Vous l'aviez deviné, c'est une photo de Sienne.
Via Grandes Poches.

Cliquez sur l'image pour le lien FlickR

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Entracte