Publié le 15 Février 2011

Ces instants de vérité partagée sont plus rares avec les hommes, qui ont plus de mal à se livrer. Quand ils surviennent toutefois, ils sont bouleversants. Il y a quelques jours, un homme d’affaires que je rencontrais pour la première fois m’a raconté une anecdote, qu’il a vécue de près.

Un groupe de ses amis avaient obtenu le privilège d’assister à la messe matinale avec Jean-Paul II. Attendant leur taxi pour s’y rendre, dans la jolie lumière caressante du matin romain, un clochard puant, un vieux SDF, s’approche d’eux. Après avoir échangé quelques paroles, ils lui disent qu’ils sont pressés car le pape les attend. « Alors demandez-lui de prier pour moi, car avant d’en être arrivé là, j’étais prêtre… » Troublés par cette révélation inattendue, les amis  promettent. Après la messe, le pape s’approche d’eux, ils se présentent et n’oublient pas leur promesse : ils recommandent le SDF à la prière du Saint-Père. Celui-ci les regarde et leur dit : « Allez le chercher. » Les amis sont interloqués… « Quoi, maintenant ? » Le pape se fait insistant. « Allez le chercher. Tout de suite. »

Les voilà repartis dans les rues de Rome. La chance leur sourit et ils retrouvent le pauvre homme, assis sur son trottoir. Ils le convainquent de les suivre. Arrivé au Vatican, le pape prend le vieil homme par le bras et l’entraîne un peu plus loin. Les amis regardent la scène, intrigués. Et voilà que Jean-Paul II s’agenouille devant le clochard… et se confesse à lui ! Celui-ci était entré en mendiant, il est sorti en prêtre, restauré dans ses fonctions par le geste plein d’humilité du pape.

Assis à cette table, dans ce restaurant pour déjeuners d’affaires, l’homme qui me raconte cela se met à pleurer.

J’en pleure encore.

 

L'auteur de ce billet, que vous pourrez retrouver sur ce blog, est Thierry Bizot, dont on pourra écouter la surprenante conversion ci-dessous.

 

 


Thierry Bizot : "Catholique anonyme"

 

 

Il a raconté son histoire dans son livre "Catholique Anonyme" qui évoque essentiellement son parcours dans la catéchèse. Or cet ouvrage a été repris par sa propre épouse dans le film "Qui a envie d'être aimé" sorti dans les salles la semaine dernière, et que j'ai vu. J'avoue avoir été touché par la délicatesse de ce film, qui essaye de montrer en quoi une conversion peut changer toute la vie, en devenant le sel de l'existence, sans que l'on sente pour autant la très sainte Trinité à l'oeuvre. Et c'est là toute la justesse de ce film, qui parlera peut-être davantage à des non-croyants qu'à des croyants qui n'y retrouveront pas leur vécu ou leur lecture du livre, car il montre comment progressivement, par petites touches, la personne finit par changer profondément sans pour autant, à aucun moment, se transformer radicalement. Car Dieu n'est pas seulement dans la belle liturgie tridentine, mais aussi et surtout dans les petits gestes de la vie quotidienne.

 

"A Nazareth, il n’y a pas d’extase, pas de grands élans mystiques, mais la simplicité de la vie avec Dieu. Etre saint ce n’est pas faire de grandes choses, mais faire avec amour toutes choses grandes ou petites, ramasser une épingle par amour, ça peut sauver le monde." disait Ste Thérèse de l'Enfant Jesus

 

Tout simplement.


 


QUI A ENVIE D'ÊTRE AIMÉ : BANDE-ANNONCE HD

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion