Rigolons à droite

Publié le 13 Février 2007



AMALGAME :
Mot permettant de démontrer qu’il n’y a strictement aucun rapport historique entre le PCF et le régime soviétique.

AYANT DROITS :
Définit l’ensemble des citoyens ayant des droits.
Dans la pratique, cette définition ne concerne qu’une minorité d’assistés qui coûtent très cher.
Les autres, ceux qui bossent ou font tourner leur entreprise, sont des « ayant devoirs ».

CRIME CONTRE L’HUMANITE :
Concerne les crimes de l’histoire humaine en général, ceux commis par des européens en particulier.
(NB : Ne concerne pas les 100 millions de morts du communisme qui sont juste un regrettable dommage collatéral sans rapport avec l’idéal marxiste.)

CONTROVERSE:
Toute déclaration d'un adversaire est par définition controversée, et donc discréditée ipso facto

DEFI:
Pour nier l'existence d'un vrai danger, on l'appelle un défi - et c'est évidemment une chance pour notre société.

DEVOIR DE MEMOIRE :
Concerne les crimes commis par la France dans une période située approximativement entre Vercingétorix et Chirac.

ENGAGE, ENGAGEMENT
Nécessairement révolutionnaire, ou au moins très, très à gauche ; jamais de droite ou traditionnel. Exemple : un artiste engagé.

INTEGRATION
Englobe les éléments fondamentaux permettant de mieux s’insérer dans la société française :
Carte d’identité, carte VITALE, carte d’adhésion à une association militante et citoyenne.

INTERDIT
A transgresser pour être vraiment libre. Tant pis si les jeunes n'ont plus aucun repère et ignorent totalement ce qu'on doit faire ou ne pas faire pour vivre en société sans en être rejeté.

INITIATIVE
Démarche citoyenne accessoirement coûteuse et concrètement inutile.

JEUNES
Se dit de l’ensemble des personnes âgées de 1 à 29 ans résidant dans les quartiers dits sensibles, la plupart pauvres et affamés, abandonnés par l’Etat, rejetés par la société, victimes de discriminations, et par conséquent tenus non-responsables des éventuelles dégradations qu’elles seraient amenées à commettre dans un état de légitime colère.

JOURNEE D’ACTION
Terme paradoxal.
C’est une journée de grève, donc d’inactivité… donc la journée d’action est une journée d’inaction.

LAÏCITE
Droit pour chacun de revendiquer sa différence, et obligation pour les chrétiens de fermer leur gueule.

LIBERALISME
Système économique injuste, qui n’offre une bonne qualité de vie qu’à ceux qui travaillent.

MILITANT
Un militant socialiste ou communiste est effectivement un militant.
Un militant UMP est un fils à Papa.
Un militant de la droite nationale ne peut être qu’un skin head.

PATRONAT
Etrange confrérie d’individus asociaux qui bossent plus de 35 heures par semaine.

PETITE DELINQUANCE
Viols, agressions physiques, attaques de trains, incendies de bus, tentatives d’assassinat, trafics de drogue… bref, rien de bien méchant.

QUARTIERS SENSIBLES
Zones défavorisées pour les quelles il est scandaleux que l’Etat français n’ait investi que quelques milliards d’euros.

RESISTANCE CIVIQUE (ou Front Républicain) :
Acte de bravoure récompensé par moult médailles et citations à l’ordre du mérite.
En réalité, il s’agit banalement de crier avec la meute : « Le Pen facho, le F-haine ne passera pas ».

SANS PAPIERS
Personne en attente de régularisation.
Concrètement : Clandestin pour qui la loi républicaine ne s’applique pas.

STIGMATISATION
Défaut récurrent chez l’homme de droite, qui consiste à toujours montrer du doigt les vraies causes des vrais problèmes.

TABOU
A briser.


Et mes préférées chez Gai Luron:

Anti-racisme : Refus de l’ethnocentrisme occidental qui prend soin de rappeler que l’Occident ne serait rien sans l’apport de l’Orient, que Thomas d’Aquin serait un pet sans Averroès, que la Renaissance serait insignifiante sans le Picatrix, que les Arabes auraient inventé le 0 (pauvres Indiens…) et que la France d’aujourd’hui serait perdue sans l’apport du couscous. 

L’anti-racisme sera le communisme du 21ème siècle. (Alain Finkielkraut) 

Ce pays : Désignation méprisante et dégoûtée de la France par ceux-là même qui prétendent la gouverner et l’aimer. 

Ce pays est devenu une forteresse sécuritaire. (Eliette Abécassis) 

Dans ce pays, la réforme n’est pas possible. (Christophe Lambert) 

Citoyen : adjectif flou mais hautement moral aux yeux de la République, qualifiant indifféremment l’aide à un aveugle afin qu’il traverse la rue, la coupure d’un robinet pour ne pas gaspiller l’eau, ou la sainte délation publique d’un acte jugé discriminatoire.   

Une grande marche citoyenne sera organisée pour dire non au racisme

 Dangereux : Mot d’origine socialiste désignant tout projet ou toute personne de droite. 

Sarkozy est dangereux. (Jack Lang) 

 Delanoë (Bertrand) : Création ex nihilo des socialistes, fasciné par les trous de trottoirs, promoteur du néant comme politique culturelle, il y retournera sans laisser de descendance après lui. 

Bertrand Delanoë a contribué au rayonnement culturel de Paris grâce à Paris Plage, la Nuit Blanche et la Tour Eiffel scintillante. (moi) 

Engagé : adjectif désignant tout artiste affichant ouvertement et ostensiblement son grand cœur de gauche. L’artiste dont le cœur bat à droite ne peut être dit « engagé » : il est tout simplement de droite (Serge Lama), ou fasciste (Sardou). 

Guy Bedos est un artiste engagé

Faire le jeu du Front National : taire une réalité ou la nier sous prétexte qu’elle risque de faire progresser un parti qui exploite à son profit ladite réalité. De cette négation résulte ironiquement une percée effective du parti en question. 

L’insécurité fait le jeu du Front National. (Noël Mamère) 

Immigration : on est priés de n’en pas parler ou de la qualifier inconditionnellement de « chance pour la France ».

L’immigration qui est, naturellement, une chance pour la France …(Nicolas Sarkozy)

Inacceptable : Situation actuelle dénoncée par un homme politique en place depuis 20 ans. 

La situation de l’éducation est aujourd’hui inacceptable. (Luc Ferry) 

Intégration : Violence inacceptable et fasciste faite aux immigrés leur demandant de renoncer à la polygamie ou à l’excision, ce qui ne saurait être qu’une démonstration colonialiste d’imposition de normes ethnocentrées. 

Je n’aime pas le mot d’intégration. (Malek Boutih) 

 Islam (soumission) : religion de paix, d’amour, de liberté, de tolérance, compatible avec la République (que le Prophète bénisse la République). Le monde irait mal sans l’Islam (Grand est l’Islam, Grand est son Prophète). Certes l’Islam brûla les livres d’Averroès l’Espagnol, le persécuta, certes l’Islam mit en prison Avicenne le Perse dont il put s’échapper par la ruse, mais l’Islam est tolérant. A ne pas confondre avec l’Islamisme, qui est un peu moins tolérant que l’Islam (Gloire à l’Islam) L’Islam est glorieusement représenté par des dirigeants politiques de haute valeur, comme Omar Bongo, Saddam Hussein ou Amahdinejad, des intellectuels rassurants comme Tarik Ramadan ou Farakan, ou des chefs spirituels de haute tenue, comme Ben Laden ou Mollah Omar. Tolérant et œcuménique, l’Islam aime à rappeler qu’Abraham était déjà musulman ou que le Christ ne fait que préfigurer Mohammed (Grand soit le Prophète). Tout vient de l’Islam, tout mène à l’Islam. Comment ne pas y croire ??? 

Oui l’Islam me fait peur, je l’avoue. (Claude Imbert) 

Jammel (Debouze) : Icône de l’intégration réussie, frère d’un taulard, se plaint que la presse le considère comme un Arabe qui a réussi, après qu’il eut glissé dans ses sketchs de nombreux éloges de Zidane au seul motif qu’il était censé être arabe. 

Ouaoh ! Jammel, il est trop fort ! (une amie) 

Justice sociale : Mot d’origine aubryesque désignant la création de disparités abyssales et de blocages de salaires grâce à l’introduction de lois à visées égalitaristes où, sous couvert d’harmoniser les salaires, on harmonise la pauvreté. 

L’impératif de notre politique est celui de la justice sociale. (Martine Aubry) 

 Libéralisme (ou néo-libéralisme) : pensée économique scandaleuse fondée sur l’idée non moins scandaleuse que l’initiative privée doit être récompensée, la propriété privée garantie, et l’Etat considéré comme un dernier recours. Né sous l’impulsion de Ricardo et Smith, il est néanmoins responsable, dit-on, de la pauvreté et de l’exploitation sous l’Ancien Régime, de la situation déplorable des dictatures socialistes d’Afrique noire, ou de la précarité de tous les résidents de pays « riches ». Le libéralisme possède ainsi la propriété rare de produire des ravages là où il ne s’exerce pas, ou, plus fort encore, là où il n’existait pas. 

Le libéralisme serait aussi grave que le communisme (Chirac) 

Le Pen (Jean-Marie) : cf. Monstre absolu.   

Monstre absolu : cf. Le Pen. 

Nazisme : étalon et référence absolus de la pensée contemporaine, laquelle pensée jure vouloir en finir avec lui. 

No Pasaran : Résistance noble au fascisme espagnol que des jeunes en mal de sensations fortes utilisent à toute occasion de luttes engagées et conservatrices. 

No Raffaran. (slogan de jeunes manifestant contre la réforme Fillon de l’éducation nationale) 

 Pouvoir médiatique : Jeu de dupes où de jeunes journalistes de gauche de l’AFP, tout juste sortis de l’EDJ, fournissent des dépêches à des présentateurs de droite. Les premiers sont contraints de voir leur pensée lue par des social-traitres, tandis que les seconds se trouvent acculés à lire des textes auxquels ils ne croient pas. 

Le pouvoir médiatique s’est mobilisé en faveur du TCE (Jean-Luc Mélenchon) 

Précarité : Situation jugée injuste et in-ad-mis-sible d’intermittents et d’étudiants en lettres qui, tout en revendiquant leur révolte et leur subversion sociales, supplient l’Etat de les subventionner. 

Ce gouvernement institue la précarité comme seule politique. (Julie) 

 Quartier sensible : Quartier qualifié de « sensible » en raison de la sollicitation des sens de tous les instants, sollicitation due aux bruits et aux odeurs des résidents. 

Si vous ajoutez à cela le bruit et les odeurs. (Jacques Chirac) 

Quelques jeunes : Une bande de 5 ou 6 voyous qui ont tenu tête à une vingtaine de policiers, paralysés par la crainte de la bavure. 

Quelques jeunes ont mis le feu à une jeune femme pour s’amuser

 Se réapproprier l’espace public : Oxymore énigmatique très en vogue dans les municipalités socialistes, supposant que le « citoyen » s’est trouvé exproprié d’un espace public, que pourtant il ne pouvait posséder en propre par nature. Désigne plus concrètement la possibilité pour le citoyen de conquérir des lieux qui lui étaient jadis énigmatiquement interdits : ainsi, le « roulant » nanti de rollers pourra-t-il allègrement slalomer entre deux bus, ou l’insomniaque pourra-t-il visiter un musée à 4 heures du matin. On notera que la voiture, elle, devra se désapproprier l’espace qui lui était jadis dévolu, tout comme l’on priera le ménage aux revenus moyens de quitter Paris, afin de se réapproprier la banlieue… 

Il s’agit pour les citoyennes de l’est parisien de se réapproprier l’espace public grâce au nom que la municipalité donnera à la passerelle. (Clémentine Autain) 

Riche : Ne désigne en aucun cas un état objectif d’aisance matérielle mais sous-entend une accusation morale et grave à l’encontre de quiconque ne ressent pas de hargne sociale à l’égard de son voisin, ce qui est signe d’opulence bourgeoise bien mal venue dans « ce pays ». 

Je n’aime pas les riches. (François Hollande) 

Urgence sociale : Drame de la fuite des capitaux à l’étranger en raison de la surfiscalité française, lesquels ne peuvent plus financer l’hôtel aux clandestins de Cachan. Il est urgent de venir en aide à ces « riches » qui s’enfuient.  

Le parti communiste est présent pour répondre à l’urgence sociale. (Marie-Georges Buffet)

 



                                     

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Humour

Repost 0
Commenter cet article

Arthur 24/03/2011 16:13



Tous des comiques!


Merci!



Marcoroz 21/03/2011 14:40



Excellent !



Le Proton Jovial 23/02/2007 17:01

Très bien vu ! A rire, à défaut d'en pleurer.Concernant l'expression "ce pays", je sais que les Anglais l'emploient courament ("this country"). Ceci explique peut-être cela.

phiconvers 18/02/2007 19:46

Merci, j'ai bien ri...

Madame de *** 15/02/2007 17:12

Très bien vu et très drôle ; tristement drôle pour dire le vrai. Je conteste juste le devoir de mémoire dont vous situez la fin à Giscard. Si l'on veut être précis, je pense que la France (ou ce qu'il en reste...) est également responsable du génocide rwandais et, qu'en conséquence, il convient d'aller au delà du septennat de Giscard. Je pense qu'une conférence citoyenne pourrait se pencher sur cette question et fixer un lieu de mémoire ainsi qu'une journée nationale de repentance non ? Révérence Monsieur !

Polydamas 15/02/2007 20:00

C'est vrai, je change la chose, immédiatement, je vais mettre jusqu'à Chirac, on lui trouvera bien quelque chose en Côte d'Ivoire... ;-)