Articles avec #societe tag

Publié le 17 Mai 2009



De toute ma vie je jure de jamais n’avoir rencontré milieu plus fermé. Qu’on le veuille ou non, qu’on trouve cela « phobe » ou non, ces gens relèvent de la psychiatrie à tous les étages. Dans toute cette paranoïa, on ressent un profond mal-être, pour le coup bien représentatif de notre société postmoderne, qu’il faut définitivement rencontrer, raconter, écrire, pour annihiler.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 17 Avril 2009

Rien à ajouter.


Le plus drôle, c'est la tête des journalistes, dont le célèbre Eric Mettout, qui s'est fait allumer par tout ce que le web a pu compter de cathos convaincus, de se voir doublé sur leur gauche par ce réac, ce conservateur. Qui ne comprennent absolument pas qu'on puisse être à la fois libéral sur le plan économique ou technique, d'une part, et conservateur sur le plan moral, d'autre part.

Le progrès technique impose de modifier les règles du jeu, de les cadrer au fur et à mesure de leurs évolutions. Par contre, l'homme reste tel qu'il a toujours été au travers de l'histoire, les valeurs morales le concernant ne changent pas selon les temps et la civilisation, elles demeurent les mêmes partout, et doivent donc être défendues en conséquence.

Il n'y a pas de contradiction.

PS: Si on veut chipoter, il y aurait peut-être à dire sur ses propos concernant les polémiques récentes, mais on ne va pas bouder notre plaisir.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 15 Avril 2009

Les journalistes s'expriment à coeur ouvert sur les difficultés qu'ils ont rencontrées pour monter un documentaire en banlieue.

Ça vient du coeur. On a beau faire dans le bisounours, la réalité les rattrape.



Banlieues, Sarcelles et fiasco

J'aime beaucoup les phrases suivantes, à l'issue du montage:
- "c'est sûr, pour un journaliste français, c'est plus difficile de travailler à Sarcelles qu'à Islamabad".
- "sur cent gars, on en trouve au moins 3 ou 4 intégrés".
- "ce qui est important, c'est de changer l'imaginaire"

Donc, ce que l'on apprend, par la bouche même de journalistes issus de ces banlieues:
- les banlieues sont des territoires hostiles, où la civilité à l'égard de ceux qui ne sont pas du coin n'a plus cours. On le savait, c'est assumé et dit qu'à la fin d'une émission, après avoir accumulé les faits.
- le mythe du banlieusard qui réussit, c'est une fable, puisque l'on est obligé, pour communiquer positivement, de trouver les 3 ou 4% d'individus à peu près normaux qui s'en sont sortis. On ne décrit pas une réalité, quelle qu'elle puisse être, avec ses 3 ou 4% d'individus qui en représentent l'exception.
- ce qu'il importe surtout, c'est de désinformer, c'est à dire de continuer à modifier la réalité, d'obliger les journalistes à ne pas rapporter ce qu'ils voient et ce qu'ils constatent. Puisque le plus important n'est évidemment pas la situation pré-révolutionnaire de banlieue, mais le sentiment raciste qui pourrait s'immiscer dans la société française. Bien évidemment.

Via ILYS.


Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0