Articles avec #pro-vie tag

Publié le 8 Février 2010

- Les pro-choice méritent bien mal leur nom. En témoigne cet excellent billet de Koz qui traite de quelques faits survenus dernièrement. Il suffit qu'un site un peu moins pro-avortement que les autres parvienne à se faire une petite place sur le net, pour qu'on entende ces soi-disants prochoix gueuler au scandale tels des animaux qu'on emmène à l'abattoir. Il suffit qu'un Zemmour dise tout haut que l'IVG ne soit pas la panacée sur RTL pour que le planning familial (organisation privée subventionnée par des fonds publics) demande rien de moins qu'un droit de réponse, et la suppression de la chronique de l'empêcheur de penser en rond. Il suffit qu'une marche réunisse plusieurs milliers de personnes pour le respect de la vie, pour que ce soit le black-out total de la part de tous les médias, alors que le moindre rassemblement de 10 gauchistes fait l'objet d'une brève.

Et tout cela, au nom de la liberté de penser. Surtout la liberté de penser comme ils nous l'indiquent. Et il paraitrait que l'IVG c'est notre choix, notre liberté ? Tu parles...

- Aux USA aussi, ils ont eu la polémique, au moment du Superbowl diffusé hier, à propos de cette pub, que les promorts ont voulu faire interdire. Focus on Family, une association pro-life, a réuni suffisamment d'argent pour se payer cette pub :



Et là encore, demande d'interdiction de la part du planning local. Heureusement CBS n'a pas obtempéré, et a maintenu le spot. Toujours aussi prompt à recevoir la contradiction, le planning...

- Tiens, au fait, les pro-morts, vous êtes au courant de ceci ? Non, parce qu'on se gargarise de la lutte contre la grippe A, on ne veut pas d'OGM, mais ça ne fait strictement rien à personne que les vaccins soient produits à partir des restes de foetus issus d'avortements ? Pour rappel, voici une petite liste non exhaustive de vaccins de ce type :

http://img38.imageshack.us/img38/5134/vaccins.jpg


En fait, quand on voit autant d'acharnement de la part des pro-choice à démonter, à contrecarrer toutes les initiatives, ou semblants d'initiative posés par les pro-life, on se dit qu'il y a clairement un problème quelque part, qu'ils ne sont pas sereins. L'énergie avec laquelle ils luttent contre les prolife, sur chaque pouce de terrain, indique qu'ils savent bien que l'IVG n'est pas anodin, qu'il est destructeur. Sinon, chacune de nos initiatives rencontrerait une indifférence polie

- Bon, sinon, sur les autres thèmes de l'actu, j'ai vu que je faisais partie du rapport du MRAP. J'y suis bien entouré, en famille, on se demande comment ils ont fait leur choix, vu que certains membres tout à fait éminents de la réacosphère n'en font pas partie. Ça ne mérite pas plus d'attention que ça, les gauchistes passent leur temps à faire des fiches sur leurs adversaires, s'ils n'ont que ça à faire de leur journées, je les plains. Comme réaction, on notera celle d'Hank, toujours aussi finement ciselée ou celle du Pélicastre.

Merci à ILYS pour le logo :

http://guerrecivileetyaourtallege3.hautetfort.com/media/02/02/1918794485.png

Enfin, si d'aventure, vous aviez quelques prières de côté, merci de penser à moi cette semaine, j'avoue en avoir bien besoin. Rien de particulièrement grave, mais c'est important.


PS: Pour finir, je ne résiste pas au plaisir de diffuser ce clip provie, qui a été refusé par NBC et CNN, la personne citée n'étant pas vraiment un prolife...

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Pro-vie

Repost 0

Publié le 15 Janvier 2010

Comme chaque année, une marche pour la vie est organisée, à Paris, place de la République, 14h30. Cette année, on aura remarqué les efforts des évêques de France, qui soutiennent la marche pour 25 d'entre eux. Qu'ils en soient remerciés.
http://lesalonbeige.blogs.com/images/enmarchepourlavie2.png Par ailleurs, on a constaté une forte mobilisation sur des sites diocésains et catholiques, dans Famille Chrétienne, notamment. C'est suffisamment inhabituel pour être salué, et remercié comme il se doit. Espérons que l'on en verra l'impact dans la rue.

Enfin, si certains pensent s'ennuyer, il parait que d'aucuns souhaiteraient rendre visite à la Marche armés d'une hache. Nous ne pouvons qu'encourager ces derniers à venir, nul doute qu'ils seront bien reçus, ce ne sont pas les jeunes qui vont manquer pour les accueillir...

A dimanche !


Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Pro-vie

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2009

Il arrive que le Monde publie d'excellents articles comme celui-ci. Je n'arrête pas de le dire et de le répéter, l'euthanasie, c'est vraiment une obsession de bien-portant, et les demandes des malades, des appels au secours. Via Philippe Edmond.

Euthanasie : le dernier qui se lasse...
par Claire Fourcade LEMONDE.FR | 26.11.09 | 11h49

Extraits de dialogues entre patients et médecins...

Madame C. :
Docteur, je n'en peux plus ! Faites quelque chose ! Je veux me suicider.
- Qu'attendez-vous de moi ?
- Docteur, je ne veux pas mourir !

Monsieur V. :
Au moment du diagnostic de sa maladie, il a déclaré vouloir être euthanasié quand son état se dégraderait. Quelques temps après il a quitté son pays, la Hollande, où la pratique de l'euthanasie est légale, pour venir s'installer en France, pays où la loi l'interdit.

Madame S. :

Son mari s'est installé dans le bureau. Il nous parle de sa femme. Sa femme depuis 46 ans. Sa femme qui meurt deux étages au-dessus.
Il ne peut pas le supporter.
Elle est calme, elle ne souffre pas, elle dure.
Il nous semble, à nous soignants, qu'elle prend pour mourir le temps qui lui est nécessaire.
Pour lui chaque instant de ce silence est une violence, une absurdité, un non-sens.
Ce n'est plus sa femme, elle n'est plus là, il faut qu'elle meure.
C'est pourtant son temps à elle. Et c'est la loi.
La loi sur laquelle nous nous appuyons pour faire rempart à cette marée de souffrance.
- Ce qu'elle aurait aimé, c'est de revoir son petit chien...
- Pourquoi ne le lui amenez-vous pas ?
- C'est que, si elle ouvrait les yeux et qu'elle le voyait, elle serait si contente qu'elle pourrait en mourir. Alors je ne préfère pas...

Madame R. :
Certains de ses fils se demandent quel sens donner à cette attente d'une mort certaine. Ils pensent que, peut-être, elle n'aurait pas voulu cela. Ne faudrait-il pas abréger ses souffrances ? Ils s'inquiètent aussi pour la santé de son mari qui veille sur elle jour et nuit depuis si longtemps.
D'une voix claire celui-ci a pris la parole : "Votre mère nous a traités comme des rois pendant 40 ans, nous la traiterons comme une reine le temps qu'il faudra."

Midazolam : C'est un médicament bien particulier. Un médicament qui permet souvent d'apaiser en quelques minutes les plus grandes détresses physiques ou psychologiques. Parfois, mais pas toujours, au prix de la vigilance de nos patients. Un médicament dont nous veillons à ne pas abuser mais dont nous n'hésitons jamais à faire usage quand le confort de nos patients nous semble l'imposer.
Un médicament qui me permet de promettre à mes patients de ne pas les abandonner sans avoir ensuite envie de me sauver en courant.
"Laisser mourir n'est pas laisser crever".

Madame T. :
Elle voudrait qu'on euthanasie sa mère. C'est que, voyez-vous, elle a travaillé dans une clinique vétérinaire et même les chiens on ne les laisse pas mourir comme ça.
Tout doucement j'essaie de lui faire entendre qu'on ne peut traiter un être humain comme un chien.
- Mais docteur, me répond-elle, les chiens sont des êtres humains comme les autres !
- ????????????

Monsieur S. :
Il est mort ce matin à la clinique.
Sa fille et son gendre nous avaient demandé l'euthanasie pour lui. La discussion avait été houleuse. Nous savions que nous n'avions pu être entendus. Parfois nous avons cette impression douloureuse de parler dans le vide, de réciter des mots creux qui ne font pas sens pour ceux qui les reçoivent et que nous essayons d'aider.
Mais Monsieur S., rentré chez lui pour le week-end, a fait un arrêt cardiaque : ils l'ont réanimé et ont appelé le Samu.

Madame A. :

Après des années d'épreuve, certains de ses enfants pensent que son coeur est brisé. Que le maladie a tout dévasté et qu'il ne reste plus que la mort.
Ils pensent qu'ici c'est l'enfer et qu'au ciel elle serait mieux.
Elle ne parle pas mais elle communique.
Parfois son mari lui dit: "Ne me crie pas dessus !" et c'est vrai qu'elle peut crier avec les yeux.
Je la regarde intensément. Je l'écoute avec mes yeux pour être sûre de bien comprendre.
Et dans ses yeux qui brillent, je vois son coeur. Il est intact. J'ai la conviction que dans son enfer il y a de petits morceaux de ciel et qu'elle y tient.

"Quand c'est trop de souffrance, des soignants, de la famille et du patient, le dernier qui se lasse, c'est le patient", a dit le Dr. Jean Léonetti.
Depuis dix ans, nous avons pris en charge plus de 3000 patients. 3000 histoires singulières, différentes. 3000 fois nous avons essayé d'écouter, d'entendre, d'adapter notre réponse.
En soins palliatifs nous ne faisons pas de prêt-à-porter. Seulement du sur-mesure, de la haute couture.
Jamais, à ce jour, je ne me suis trouvée en situation de me dire que la seule façon de respecter mon patient était de transgresser la loi pour le faire mourir. Peut-être, un jour, une situation particulière me conduira-t-elle à prendre cette décision.  Je veux que cela reste une transgression.


Claire Fourcade est médecin coordinateur de l'équipe de soins palliatifs de la clinique "Les Genêts" à Narbonne.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Pro-vie

Repost 0