Publié le 3 Mars 2008

Le linceul de Turin déchaîne régulièrement les passions. Est-il le suaire qui aurait accueilli le corps du Christ, aprés sa mort ? Ou d'un faux magistral, réalisé par un faussaire de génie aux environs du XIVème siècle ?
undefined
Il ne s'agit pas de refaire toute la polémique, qui nécessiterait facilement un site entier, mais de rappeler brièvement quels sont les éléments qui plaident ou pas pour sa véracité. Le carbone 14 fait l'objet de toutes les attentions, pourtant, il ressort des multiples études réalisées sur le suaire que ce n'est pas le seul élément intéressant. Mais, comme à l'accoutumée avec nos médias favoris, seul cet élément fait la une.

Tout d'abord, on sait que le tissu de lin, composant le suaire, correspond aux techniques de tissage utilisées en Palestine aux environs du premier siècle. On remarquera notamment l'absence totale de de laine ou de coton, qui étaient les matières premières les plus utilisées en Europe, au Moyen Age.

On a trouvé sur le linceul des pollens de toutes provenances, qui correspondent à l'histoire connue des voyages du linceul. Mais il semblerait que la plus grande proportion des pollens prélevés proviennent du Moyen Orient et de la région de Jérusalem. Il s'agit des pollens de pistachier, dont le nom latin est "Pistacia palestina" et des pollens de tamarin. Or ces deux espèces ne se trouvent qu'en Palestine, et nulle part ailleurs.

L'image du suaire est formé par une légère brûlure du tissu sur 15 microns de profondeur. Image qui se comporte comme un négatif photographique. Pas mal pour une peinture médiévale. Les faussaires médiévistes ne se sont pas contentés de cela, puisque le suaire possède également des propriétés tri-dimensionnelles. Pour en connaitre davantage à ce sujet, reportez-vous à ce document.

Il n' y a pas de reproduction possible qui permettrait de réunir ces qualités sans des moyens modernes hautement sophistiqués. D'autant que l'impression semble avoir été réalisée à partir d'une projection perpendiculaire, puisque l'on ne décèle aucune trace d'un quelconque mouvement de pinceau, ou d'un produit biologique qui aurait pu former cette image. Une explication de ces particularité, serait que l'énergie qui aurait servi à l'impression vienne du modèle lui-même, c'est à dire du corps. Mais là, on commence à rentrer dans l'absurde idée d'une resurrection.

L'image est uniforme, c'est à dire qu'il s'agit même densité d'impression d'un côté comme de l'autre. Ce qui vient contredire l'idée qu'un cadavre aurait été allongé sur le tissu, puis retiré. En effet, on aurait constaté des traces de densité différente, suivant le côté sur lequel le corps aurait été posé.

Autre point, on relève des traces d'argile aux emplacements des pieds, mais aussi du nez et du front (ce qui correspond aux trois chutes que le Christ a fait lors de sa passion). Cet argile, l'aragonite, nous ramène là-encore à la région de Jérusalem (décidément les faits sont têtus). On peut évoquer également des pièces de monnaie: les leptons sur les yeux de la personne décédée. Ces pièces de monnaie correspondent à la période du premier siècle. Plus précisèment on sait qu'elles ont été frappées la 16ème année du règne de Tibère, c'est à dire, l'année 30 de notre ère. Nos faussaires médiévistes avaient donc des compétences poussées en chimie, biologie, géologie des sols et numismatie. Pas mal.

D'autres éléments viennent contredire l'idée d'un faux médiéval. Et notamment, le codex de Pray, qui est un ouvrage daté avec précision du XII ème siècle, contenant une miniature représentant le Saint Suaire. Suaire que l'on reconnait aux traces de chevrons sur l'inverse de la toile, aux marques de brûlure, à la forme du corps, qui représente à peu près correctement l'image du linceul. Au minimum ce texte contredit l'hypothèse d'un linceul daté du XIIIe, puisqu'il est lui-même daté du XIIe.

Sur le corps je me contenterai des remarques suivantes:
- les pouces n'apparaissent pas, signe de la rigidité cadavérique du corps
- l'individu a eu le coeur percé alors qu'il était mort (sa blessure ne s'étant pas cicatrisé), il a été roué de coups de fouet, correspondant à l'attirail connu des Romains de la région, il a porté un casque d'épines, il n'a pas eu les jambes brisées contrairement aux habitudes romaines (tout cela est conforme aux Evangiles)
- nulle trace de déchirure du tissu, ce qui aurait du être le cas, puisque si il y a un corps qui a été effectivement posé dessus, il n'est pas possible d'expliquer comment il a pu être retiré, sans que le sang séché n'arrache les fibres du tissu.
- la tête parait avoir été entourée d'un tissu, ce qui correspond là encore à un autre suaire, le sudarium d'Oviedo (daté lui du XIe), dont le groupe sanguin correspond à celui du suaire (les faussaires ont donc réalisés ces tissus dans les mêmes conditions, et avec le même groupe sanguin AB, le même que celui relevé lors des miracles dits "eucharistiques"*).
- l'individu a les poignets percés et non les mains, à l'inverse de ce qui était traditionnellement représenté au Moyen-Age
Tous ces éléments montrent que les faussaires médiévaux possédaient donc également des savoirs poussés en anatomie, en contradiction avec les connaissances les plus courantes de leur époque.

On peut penser également que s'il n'y avait pas d'enjeux aussi importants, cela ferait longtemps que le suaire serait daté du 1er siècle et qu'il aurait été identifié à Jesus. N'importe quelle momie égyptienne dispose de moins de preuves que le suaire.

undefined Les principaux arguments contre l'authenticité, sont les suivants:
- le carbone 14: je n'ai pas d'arguments sérieux à opposer à la validité de cette analyse, si ce n'est qu'il y a déjà eu des erreurs de datation avec des momies et d'autres objets anciens. (MàJ: les éléments de Raymond Rogers sur le mauvais choix d'échantillon soulèvent des points intéressants, et notamment le fait que le tissu choisi pour le prélevement était composé de lin et de coton à la différence du reste du suaire, ce qui tendrait à montrer qu'il ait été restauré à cet endroit au Moyen-Age). En outre, M. Christopher Ramsey, directeur de l'institut de radio-carbone d'Oxford, qui a réalisé la mesure, affirme que la datation peut être remise en cause parce que le suaire n'a pas cessé de voyager, et que donc sa composition chimique a évolué dans le temps. D'ailleurs le codex de Pray est l'argument le plus solide pour invalider ce travail.
- le suaire a été dénoncé comme faux, au XIVème siècle, par l'évêque de Troyes, Henri de Poitiers et qu'il a réussi à trouver l'artiste qui l'avait réalisé. Problème: pas de preuves, pas de datation et aucune précision sur cet artiste
- la présence de pigments médiévaux de couleur ocre. Ces éléments sont rabachés par Science & Vie et consorts. Mais l'on n'en a trouve que des quantités infinitésimales, et l'image n'en est pas composée. Ils peuvent avoir été parfaitement déposés là lors des multiples expositions médiévales.

En fait, l'hypothèse qui semble la plus crédible, hormis celle de l'authentification, est celle d'un faux du premier siècle de la région de Jerusalem. Mais nul n'est capable d'expliquer alors comment cette impression a pu être réalisée avec les moyens de l'époque. Beaucoup d'éléments prêchent en faveur de la véracité du suaire. Je me contenterai juste de citer cette phrase qui résume bien la situation...



Toute personne désirant soutenir la théorie que le Suaire de Turin est un faux doit, avant toute chose, pouvoir expliquer le caractère de négatif photographique
ET
expliquer comment le faussaire a pu produire cette image
ET
être en mesure de reproduire une image équivalente et ayant un caractère tridimensionnel
ET
être capable de retirer le corps du Suaire sans laisser de trace de cet enlèvement
ET
le tout, bien sûr, sur un tissu des premiers siècles, de bonne dimension, ne contenant pas de trace de laine.
ET
par souci du détail, n'omettons pas les monnaies, les pollens, la boue, l'exactitude médicale...


Pour conclure, je dirais que l'hypothèse d'un faux médiéval serait encore plus géniale que celle d'un dieu, vu le nombre de techniques modernes que le faussaire se devait de maitriser pour réaliser ce chef d'oeuvre. Un tel génie aurait réalisé le suaire, et personne n'aurait entendu parler des techniques révolutionnaires qu'il aurait utilisé ?

Mais bien sûr, c'est évident...



* Les miracles eucharistiques sont des miracles durant lesquelles les saintes espèces se sont effectivement transformées en chair et sang réel. Le cas le plus célèbre est celui de Lanciano. A noter qu'une comparaison de l'ADN du suaire avec l'ADN trouvé dans les miracles eucharistiques permettrait de savoir précisèment si la personne du suaire est bien le Christ. C'était la thèse du roman de Van Cauwelaert, Cloner le Christ.

 
EDIT du 24/12/2011 : Une étude scientifique, menée par des italiens, accrédite l'idée que seuls des flashs de lumière, et d'ultra-violets, pouvaient imprimer le tissu de cette façon. Flashs qui n'existaient évidemment pas au Moyen-Age. Le rapport en italien est ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Argumentaires

Repost 0

Publié le 1 Mars 2008

Ça y est, on sait. Pas besoin d'en rajouter. Ce que certains par le passé disaient ouvertement, immédiatement taxés du terme infamant de "complotiste", est donc vrai. La République est la fille, la création et l'oeuvre de la franc-maçonnerie.

Et c'est un des anciens grand-maitres du Grand Orient qui l'affirme (à la minute 14:00):



Mais ici, pas de laïcité, pas de séparation des pouvoirs entre les décideurs et les "fidèles" de cette philosophie, qu'on pourrait rapprocher d'une religion par bien des égards. Non, donc, bien au contraire, il y a une proximité, une véritable accointance, entre la république et la maçonnerie comme le prouvent quelques lois "maçonnes"  (IVG, Newirth), c'est à dire explicitement avancées et proposées par la franc-maçonnerie, et beaucoup d'autres lois qui ont été initiées par des franc-maçons, à commencer par les derniers qui en aient fait publiquement état, Xavier Bertrand ou même Brice Hortefeux.

Je trouvais que les complotistes y allaient un peu forts sur les franc-maçons, je vais commencer par croire qu'ils sont en-dessous de la vérité. Dès le début du second passage, on apprend que les franc-maçons souhaiteraient réduire l'importance du secret dans la franc-maçonnerie. Inutile de dire que j'ai un léger doute sur la sincérité de leurs arguments.

Autre point, les franc-maçons disent (minute 2:00) que leur influence en politique ne cesse de se réduire. J'avoue avoir quelques doutes sur la question. On sait que l'association des franc-maçons en politique (Assemblée Nationale, Sénat et Parlement européen inclus) représente plus de 300 personnes. Sur une population d'un millier de personnes, on ne peut pas vraiment parler d'une minorité...

De plus, cela ne nous dit rien sur la haute administration, le proverbe "les ministres passent, l'administration reste" étant toujours vérifié. Ainsi, on se souvient qu'un ancien préfet de police de paris avait été également grand maitre franc-maçon, sans parler des différentes affaires judiciaires impliquant des maçons, qui éclairent à chaque fois la composition de notre administration. Non seulement la franc-maçonnerie est l'Eglise de la république, mais elle est aussi probablement un véritable état dans l'état.

Enfin, tout au long de l'interview, et notamment dans le dernier extrait (minute 10:10), on nous confirme que les obédiences ont choisi désormais de concentrer leurs efforts sur le monde médiatique et social, et d'investir ces postes qui sont les nouveaux lieux de pouvoir.

Effectivement, à entendre ces médias, on s'en était douté, comme le constate Yves Daoudal:

 "En réalité il n’y a plus besoin qu’il y ait beaucoup d’adeptes des loges au   gouvernement, tant l’idéologie maçonnique est devenue l’idéologie officielle dans la politique et dans les médias.

Un jour, les plus naïfs découvriront que la « laïcité positive » de Sarkozy est aussi un concept maçonnique, malgré les grimaces de façade du Grand Orient. Parler « des » religions, les mettre toutes sur le même plan dans un même brouillard de « spiritualité », c’est parfaitement conforme à l’anti-dogmatisme maçonnique.

Et le melting pot des religions est, à notre époque, bien plus efficacement anticatholique que la vieille persécution laïciste
. Sur ce point, Sarkozy est en avance sur la franc-maçonnerie de grand-papa, encore engluée dans ses combats d’il y a un siècle."


Voilà, c'est ça notre république.

Il me prend comme des envies de monarchie, moi...

   

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 29 Février 2008

Avec Dom Gérard Calvet, le fondateur du Barroux, c'est une des grandes figures de la Tradition, qui disparait.

 

Le T.R.P. Abbé et la communauté
de Sainte-Madeleine du Barroux,
ont l’immense douleur de vous faire part
du décès de    
leur vénéré fondateur et premier Abbé,

 le T.R.P. Dom Gérard CALVET

      survenu le jeudi 28 février 2008.     


Né à Bordeaux le 18 novembre 1927,
il était entré au monastère de Madiran en 1950.
Après le transfert de la communauté, c’est à Tournay
qu’il avait prononcé ses premiers voeux le 4 février 1951
et qu’il avait été ordonné prêtre le 13 mai 1956.

Ayant fondé la communauté de Bédoin en 1970,
il avait entrepris ensuite la construction de l’abbaye du Barroux.
Après la reconnaissance canonique de celle-ci,
il en avait été nommé le premier Abbé par le Saint-Siège
et avait reçu la bénédiction abbatiale le 2 juillet 1989.
Il avait résigné la charge abbatiale en novembre 2003.
    

Requiescat in Pace.

    

Le T.R.P. Abbé et la communauté de Sainte-Madeleine,
la T.R .M. Abbesse et la communauté de Notre-Dame de l’Annonciation,
le Père Prieur et la communauté de Sainte-Marie de la Garde,
en union avec ses frères Jean et Hubert Calvet,
recommandent à vos prières l’âme de leur très aimé Père
et vous prient d’assister ou de vous unir d’intention
à la messe des funérailles qui sera chantée à l’Abbaye
le lundi 3 mars 2008 à 10h00.
    

      Abbaye Sainte-Madeleine — 84330 LE BARROUX
      T. : 04 90 62 56 31 — F. : 04 90 62 56 05 —  

www.barroux.org

 

Voir les commentaires

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Disparitions

Repost 0