Ça chauffe en Normandie

Publié le 3 Janvier 2010

Pour faire simple, l'évêque d'Evreux, Mgr Nourrichard, a décidé la révocation de l'abbé Michel, curé de Thiberville, révocation qu'il annoncait aujourd'hui même, dans la paroisse concernée. Seul souci, et de taille, la population locale est très attachée à son curé, qui célèbre une de ses messes tous les dimanches selon la forme extraordinaire du rite romain depuis 25 ans et refuse de le voir partir.

Le récit de la matinée est donné par un témoin, peu impartial, il est vrai. Vu sur le FC. Une situation qui me rappelle furieusement celle de Port-Marly en 1986. Le point de vue de France 3 est là.


Tout le monde avait aujourd’hui les yeux fixés sur ce cas exemplaire d’une communauté paroissiale paysanne locale qui veut appliquer les décisions du pape et que l’évêque veut faire mourir. Le spectacle a dépassé ce que l'on pouvait imaginer : une communauté unanime qui crie (physiquement) sa colère contre sa condamnation à mort par le "pasteur", évêque du lieu.

Mgr Nourrichard, évêque d’Évreux, l’un des prélats les plus progressistes de France, est donc arrivé ce matin à Thiberville à 9h 30, avec son vicaire-général, curé de Bernay, le P. Vivien, pour annoncer la révocation du curé trop papiste à son goût. Il s’est engouffré dans l’église et s'est d'abord terré dans la sacristie. Tous les paroissiens locaux de l'abbé Michel étaient là. L’église était archicomble, nef, chœur, chaire même, une partie des paroissiens n’ayant d'ailleurs pas pu entrer. Au premier rang, étaient présents le maire et conseiller général avec tout le conseil municipal, dans le chœur la confrérie des charitons en grande tenue.

L'abbé Michel sort alors de la sacristie pour les derniers préparatifs de la messe de l'évêque : il est accueilli par une ovation interminable, comme lorsque le Pape entre dans Saint-Pierre de Rome. Puis entre l’évêque d’Évreux. Il est tellement troublé par l’ambiance houleuse qu’il explique, par un lapsus malheureux qu’il est venu à Thiverville célébrer « la Toussaint ». Hilarité générale. Ensuite, lorsqu'il veut annoncer la révocation injuste de l’abbé Michel la pieuse jacquerie, semblable à celles qu'ont subies certains prêtres constitutionnels de la Révolution s'est amplifiée au maximum (on a vu une paroissienne jeter des cierges du haut de la chaire). En quelque sorte, une "préparation liturgique pénitentielle" improvisée.

L'évêque continue alors la messe. Les parents se lèvent et vont chercher leurs enfants servants de messe. Les élus locaux se lèvent et sortent. L'évêque, qui ne sait plus où il en est, apostrophe l'assistance, intimant à ceux qui ne sont pas d'accord l'ordre de sortir. Ce que tout le monde fait, sauf 21 personnes, dont 3 seulement de Thiberville.

Dans et hors de l’église, l’évêque d’Évreux a pu mesurer la colère du Peuple de Dieu, chacun, les plus vieux n'étant pas les moins engagés, s’approchant de lui pour lui dire ses quatre vérités et lui conseillant de réviser son catéchisme. A quoi il oppose un mépris total pour ces bouseux normands qui n’ont décidément rien compris au Concile.

L’abbé Michel a alors annoncé qu’il allait célébrer une messe à Bournainville-Favrolles, à 11H 15. Les élus et les paroissiens l’ont suivi en si grande foule que l’église n’a pas pu contenir tout le monde. Messe « réforme de la réforme » face à Dieu. L’évêque en état de rage froide a poursuivi sa victime, mais n'a pu pénétrer dans la nef. Pendant ce temps, l’abbé Michel annonçait qu’il restait curé du lieu, ce qu’une décision romaine ne manquera certainement pas de confirmer dès qu’un recours sera porté contre le décret de l’évêque.

Dernier acte de la pièce du jour, ce soir, à 17h, à Thiberville, où l’abbé Michel célèbrera, comme tous les dimanches, une messe de forme extraordinaire. L’évêque, qui ne désarme pas, a annoncé qu’il serait là…
Le tout devant la télévision et les journalistes locaux. Des journalistes parisiens présents, que l'on ne peut taxer de traditionalisme, étaient particulièrement stupéfaits et concluaient que l'évêque qui s'était montré totalement incapable de gérer une situation qu'il avait provoquée, devait logiquement démissionner.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion

Repost0
Commenter cet article

Bzavier 21/02/2010 22:37


Juste une notule intéressante: la réaction rafraichissante et instructive du Père Daniel-Ange à l'époque du Motu Proprio:
http://j.mp/dxQ6C6 


MT 10/01/2010 20:10


Certainement cher Poly...Il n'empêche: quand j'aurai pris le pouvoir, ce petit homme devra être pendu sur la place publique avec tous les collabos!

Happy new year by the way...je sens que ça va être rock and roll


MT 10/01/2010 14:01


On dirait bien que le gros mollusque progressiste tienne plus à sa fonction qu'à ses opinions...

http://normandie.france3.fr/info/haute-normandie/Thiberville-:-l-évêque-tente-d-apaiser-le-climat-60112171.html 


Polydamas 10/01/2010 18:29


Mollo dans le ton, Mgr est évêque, il ne faut pas l'oublier.


xza7961 06/01/2010 15:18


vidéos de la messe de dimanche dernier en présence de l'évêque:

http://www.youtube.com/watch?v=3iEnJXA3gI4&feature=related

http://www.youtube.com/watch?v=p3tJfTifUWA&feature=related



Il Sorpasso 06/01/2010 13:03


Belle histoire, je vous l'emprunte. Et meilleurs voeux en passant.

IS