Emeutes à Paris

Publié le 28 Mars 2007


Emeutes de la Gare du Nord

Et on n'oubliera pas ce témoignage rafraîchissant:

Yasmina ne comprend pas. En fait, elle est indignée. Les jeunes qu'elle a vus mardi soir défier les policiers gare du Nord sont comme elle. Principalement issus de l'immigration et habitant en cité. Yasmina est une jeune femme de 23 ans originaire de Livry-Gargan, en Seine-Saint-Denis. Elle travaille près de la gare du Nord comme assureur. Mardi, comme tous les jours, elle allait
reprendre son RER B pour rentrer.

"Il était environ 18 heures, des policiers étaient en train d'établir un périmètre de sécurité. L'un d'entre eux nous a informés qu'un contrôle avait mal tourné, qu'un homme s'était rebellé et des jeunes avaient pris sa défense, raconte Yasmina. Il y a eu des jets de pierre, ils ont élargi le périmètre de sécurité... Les CRS essayaient de bloquer les émeutiers qui formaient des petits groupes". La jeune femme dit avoir vu des mineurs, beaucoup de mineurs. Et des filles. "Ils avaient des sacs avec eux, ils devaient rentrer de cours. Ils ont rapidement mis leurs capuches ou des fringues autour de la tête pour se cacher. Les insultes fusaient, principalement à base de 'Sarko, on t'encule'. Et puis, ils n'ont pas voulu se laisser encercler alors ils ont balancé ce qu'ils trouvaient : un panneau de signalisation, notamment."

Yasmina a été révoltée de voir des voyageurs prendre la défense des émeutiers. "Il y avait notamment un homme d'une cinquantaine d'années qui engueulait les policiers leur reprochant leur violence, je ne sais pas s'il se rend compte de la situation. Les jeunes étaient comme des enragés. J'ai assisté à une interpellation, le mec se débattait, c'était violent. Il aurait fallu que les policiers restent là sans rien faire ?"

"C'est révoltant de voir qu'une poignée de jeunes fassent la loi dans un pays comme le nôtre. Quand on utilise les transports urbains on achète un ticket, il est normal que les agents faisant leur travail demandent les titres de transports aux usagers."

Et à ceux qui "cautionnent", j'ai envie de dire : "demandez vous à quoi ressemblerait votre vie et votre France si les forces de l'ordre n'étaient pas là ?"

Outrée, Yasmina est outrée. "Je ne comprends pas qu'on continue à défendre ces jeunes, leur trouvant des prétextes bidons du style 'Ils sont black, beurs et étrangers, ils sont rejetés et opprimés." Je vis dans les mêmes conditions qu'eux, explique la jeune femme. J'ai grandi et vis toujours dans une cité. Je suis d'origine algérienne, j'ai quatre frères et soeurs mais ma mère nous a élevés seule. Seule car mon père est décédé. J'ai eu un cursus normal : un bac, la fac, une école".

Ces jeunes, elle les connaît bien. Pour avoir été animatrice dans un centre de loisir, pour avoir fait du bénévolat dans une maison de quartier. "Depuis qu'ils sont petits, c'est dans leur tête que la police est l'ennemi numéro 1". Yasmina dit avoir pu en "sauver" quelques uns mais que d'autres sont "irrécupérables". "Ces jeunes sont loin d'être cons ou désorganisés, ils ont compris qu'en France on peut vivre sur le dos des autres et en toute impunité, dit-elle sans ménagement. Quand j'étais petite, les miens disaient toujours : 'si tu vas au commissariat, tu n'es plus mon fils, tu n'est plus ma fille".

Alors que font les parents de ces jeunes dans l'histoire ?"

Merci au BAF et au forum des PF.


   

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Actualité

Repost 0
Commenter cet article

Julius G. 01/04/2007 10:01

Le témoignage que tu as mis me semble important. Je pense qu'on en connaît tous des gens comme çà, qui en ont chié et travaillent du pour pouvoir vivre décemment et pas dans l'assistanat. J'ai un très bon pote franco-algérien comme çà, qui hurle fréquemment contre les attardés des cités. Ou encore cet entrepreneur franco-marocain du batiment qui me dit que les gens de sa cité veulent pas travailler, et qu'il envisage de s'installer en Italie devant les complications administratives.
Ces gens là doivent en faire 2 fois plus, et ils ont largement leur place chez  nous. Mais c'est pas eux qui intéressent les politiques et les associations qui les traitent en oncle tom.
Cela prouve que le pb n 'est pas d'ordre racial mais que la césure en France passe par les valeurs, avec les islamo-progressistes d'un côté et nous de l'autre

Polydamas 01/04/2007 13:09

Tout à fait, c'est exactement cela....

Le Proton Jovial 29/03/2007 19:19

O surprise, la novlangue est au rendez-vous : les "jeunes" et leur "colère".Les commentaires bisounours comme ceux d'amelichan m'agacent. Ce genre de gens largement d'origine étrangère nous coûte déjà très cher, je ne me sens pas du tout "solidaire" d'eux.Je propose une cotisation volontaire pour les "politiques de la ville " et autres "associations de quartier", ainsi les gens compréhensifs pourront joindre l'acte à la parole.

Paul-Emic 29/03/2007 15:46

... nés en France mais ayant pour une grande partie d'entre eux la double nationalité, il faut déjà les mettre en demeure de choisir (seul le FN propose la suppression de la double nationalité). Pour certains comme les marocains, le choix est fait d'avance, la nationalité marocaine ne se perd pas . Et puis couper le robinet d'entrée va sérieusement modifier la donne, comment assimiler une population qui déjà augmente énormément par l'augmentation naturelle et qui de plus se voit alimentée par un flux régulier estimé aujourd'hui à 350 000 personnes l'an, c'est à dire environ 5 pour 1000 comparable à un second taux de naissance

amelichan 29/03/2007 10:25

cette affaire est assez sidérante en effet, et montre de plus en plus la perte de repères et le non respect de l'autorité chez les jeunes aujourd'hui....
sarkozy a bien foiré sur ce point : il a accentué encore plus ce rejet de l'autorité policière.

quant au mec du dessus...faut il encore répéter que ces jeunes la ne sont pas des immigrés mais des jeunes nés en FRANCE ! toute la complexité du truc est là.....

fermer le frontières ne résoudra pas CE probleme....

il n'y qu'un moyen de résorber les tensions...la croissance, la baisse du chomage etc...malheureusement qd je vois la campagne qui est obsedée par l'abstrait....drapeaux, hymne et autres symboles, sans rien proposer de concert pour réformer ce foutu pays, je me dis que c'est mal barré...

Polydamas 29/03/2007 20:18

Je te rejoins sur la dernière phrase, en effet.... ;-)Et tu sais trés bien que c'est justement en leur montrant une patrie dont ils peuvent être fiers qu'ils s'intégreront, pas en crachant à longueur de temps sur la France.Sur le rejet de l'autorité policière, c'est à la fois vrai et faux car pour une fois, ils ont aussi vu quelqu'un en face, ce qui n'était pas arrivé depuis longtemps, habitué qu'ils sont à ce que tout le monde cède devant eux...

EcranBleu 29/03/2007 00:51

C'est trop bon ! Mort de rire !"Imaginez ce qui va se passer si M. Sarkozy passe !". Ben, je sais pas trop, je manque d'imagination.Franchement, on se marre de plus en plus en voyant le merdier qui se lève en France. Je me souviens encore des remarques lorsque j'ai quitté la France pour aller faire ma vie en Californie : "Tu n'as pas peur des tremblements de terre et des coupures de courant ?"Les années qui viennent vont être très chaudes pour la France. Cela fait maintenant 30 ans que les différents gouvernements ont importé des immigrés sans jamais se demander s'il serait possible de les intégrer à la société française. Le but était de grossir pour grossir.Aujourd'hui, on voit le résultat : Une société coupée en deux (voire plus) et une situation intenable qui n'attend plus qu'une étincelle pour exploser en guerre civile.Comme d'habitude, les media et les politicards vont nier le problème, promettre de distribuer de l'argent pour essayer de calmer les djeuns et vont vite oublier que l'explosion est proche.

Polydamas 29/03/2007 20:19

Rien à ajouter, je partage le même diagnosic...