Des salopards...

Publié le 12 Mars 2007


Il n'y a pas d'autre mot pour qualifier les instituts de sondage.

Dans la lignée d'Arrêt sur Images sur les sondages, je vous propose de jeter un coup d'oeil à ceci.

Et Roland Cayrol a l'outrecuidance de parler de médias "fair-play".

Merci à Ash, des PF.

[Edit: Le visionnage de l'émission vaut le coup d'oeil, aprés Cayrol, un sondeur s'explique pour dire que finalement tout le monde se fiche pas mal de l'éthique, le problème, c'est la pression sociale anti-FN, qui justifie cette mise à l'écart. L'éthique n'est aucunement le problème, on s'en doutait.]

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Médias

Repost 0
Commenter cet article

cayrol adrien 06/09/2007 11:17

bonjour je suit oci un cayrol je voulé savoir çi on né parenté je suit du 68 mon pere et marcel cayrol

Toto 13/03/2007 18:33

Je reviens sur les sondages. Peut-être me suis-je mal exprimé... Il y a deux choses ici et nous ne parlons pas de la même. 1. Vous parlez de faire des stats sur une population dont la mesure d'un caractère est simple et fiable. Une fois le bulletin dans l'urne, il est soit pour X, pour Y, pour Z ou ... C'est le même problème qu'une chaîne de montage dans une usine où je chercherais à déterminer mon coefficient de rebus en prenant un échantillon représentatif. Les maths sur lesquels ce genre de calcul est basé sont robustes, nous sommes d'accord. 2. Je vous parle des sondages, au sens où les politiques et les journaux emploient le terme. Ici, le problème est vraiment différent. D'abord, le caractère à étudier n'est pas mesurable de manière objective (contrairment à une chaîne de montage où mon produit passe ou ne passe pas le contôle qualité). Ici, vous devez demander à un être humain pour qui il a l'intention de voter (premier biais comme l'avez souligné). Ensuite, le sondeur, sachant qu'il y a ce premier biais, va appliquer une correction "à la main" pour chercher à le minimiser. Ce faisant, le sondeur introduit un deuxième biais dans la mesure. Vous conviendrez que le deuxième cas n'a plus grand chose à voir avec le premier. Les sondages tels qu'ils sont faits et SURTOUT tels qu'ils sont présentés à la population sont une vulgaire arnaque. Peu de sondeurs ont l'honnêteté intellectuelle d'expliquer tous ces détails lors d'un journal télévisé. On vous donne uniquement un résultat péremptoire (à la limite de la propagande) tel que "X battrait Y 51-49" sans autre commentaire (à part la date du "sondage"). Qu diriez-vous si un sondeur sur une chaîne de montage "corrigeait" les chiffres "à la main" pour tenir compte des "erreurs de mesure" ? Vous diriez qu'il cherche simplement à présenter de bons chiffres à son employeur. Pour conclure, je ne remets pas en cause la validité du raisonnement statistique derrière la notion de sondage (j'ai fait pas mal de maths moi aussi). Je dis simplement que la méthode employée par les "instituts" pour prédire les votes et la présentation des résultats sont malhonnêtes car ils (les instituts) se drappent dans une légitimité mathématique qu'ils n'ont pas le droit de revendiquer, car leurs méthodes ressemblent plus à de la tambouille qu'à des maths.

Polydamas 13/03/2007 20:04

OK, trés bien, je ne l'avais pas compris ainsi....

steph 13/03/2007 01:21

bah, n'importe quelle entreprise peut refuser les clients qu'elle veut!! quelle question?
et puis moi jsuis assez d'acc avec les personnes sur le plateau : on entend toutes les semaines les représentants du FN dire que les sondages ne valent rien. Et puis ils voudraient en commander?? Quelle est cette logique??

Polydamas 13/03/2007 07:43

"bah, n'importe quelle entreprise peut refuser les clients qu'elle veut!!"Non, ça s'appelle de la discrimination. Or le FN n'est pas interdit, que je sache. En outre, un sondeur avoue juste aprés Cayrol, qu'ils s'en foutent pas mal de l'éthique, que c'est le consensus social qui les empêche de travailler pour lui."on entend toutes les semaines les représentants du FN dire que les sondages ne valent rien."Pas plus que les autres hommes politiques. Qui eux, peuvent en commander à loisir...

Ash 12/03/2007 20:35

Quel entreprise au monde est en mesure de refuser des clients ainsi ? Ca laisse songeur...

Toto 12/03/2007 20:30

De toute façon, les sondages sont une brillante arnaque.D'abord, ils sont fondés sur des statistiques, qui ne sont rien de plus qu'une forme intelligente de mensonge.Ensuite, les résultats bruts "sont corrigés" à la main pour prendre en compte des "erreurs".Enfin, si on y réfléchit honnêtement, les sondages sont inutiles pour la raison suivante:1. L'écart entre deux candidats est faible (dans la marge d'erreur du sondage lui-même qui est généralement plus ou moins 3 ou 4 points) et le résultat honnête à donner est plutôt "trop serré pour donner un résultat fiable". Par exemple, un sondage qui dit "X battrait Y 51-49" est une arnaque intellectuelle, car, si on met la marge d'erreur à plus ou moins 3 points, le résultat donne:X obtiendrait entre 48 et 54 et Y entre 46 et 52.Je ne vois pas comment on peut annoncer péremptoirement que X battrait Y...2. L'écart entre les candidats est énorme (par exemple le deuxième tour entre Chirac et Le Pen) et nous n'avons pas besoin des sondages du tout. Il suffit de discuter avec ses voisins ou collègues au travail pour connaître le résultat.La vérité est que les boîtes (qui se sont auto-proclamées "instituts") qui font des sondages font des fortunes en vendant du vent.

Polydamas 12/03/2007 22:09

Oui et non.Pour faire un peu de statistiques, je sais qu'on peut arriver à des résultats assez précis sur l'opinion, du moment que vous avez un panel à peu prés représentatif et que vous le suivez dans le temps (ça permet de voir les tendances qui se dégagent dans l'actualité).Là où ça devient trompeur, c'est lorsqu'il y a une discrimination, une peur d'avouer le vote le Pen. A ce niveau, le coefficient de correction est différent pour chaque institut. On en déduit donc des résultats qui peuvent fausser tous le sondage.Ainsi, quelqu'un qui vote le Pen pourrait dire qu'il va voter Bayrou, pour ne pas être taxé de lepénisme. Mais dans son for intérieur, il sait bien qu'au moment de mettre son bulletin dans l'urne, ce sera pour le Pen. Les sondages sur les premiers votes dépouillés donnent généralement trés bien la tendance du vote.En fait, les sondages peuvent être trés précis, lorsqu'il n'y a pas de biais. Or le Pen en représente un, et un majeur.