Sarkal ou Royozi?

Publié le 3 Décembre 2006

J'avoue, l'exercice est facile, et ne reflète pas les véritables oppositions de fond entre les deux stars des présidentielles. Néanmoins, à voir la frappante similitude entre ces discours, Bayrou a du soucis à se faire.....

Lui : "remettre la société française en mouvement"
Elle : "remettre la société en mouvement"

Lui : "faire de la France le pays où tout peut devenir possible"
Elle : "avec vous, tout est possible"

Lui : "s'ouvrir à des idées nouvelles"
Elle : "n'ayons pas peur des idées neuves"

Lui : "Je n'appartiens a aucun clan, je ne suis pas un ideologue"
Elle : "On ne doit pas être sclérosés et enfermés dans des réferents idéologiques"

Lui : "Des valeurs essentielles semblent s'estomper: celle du respect [...], celle du travail."
Elle : "Je veux construire avec vous la Republique du respect [...]. Il faut rehabiliter la valeur du tra­vail."

Lui : "Pourquoi interdire aux Francais d'essayer ce qui a réussi ailleurs ?"
Elle : "On dirige bien un pays si l'on est capable aussi de regarder ce qui marche a l'extérieur. Et de l'essayer."

Lui : "Il n'est de fermeté possible que si elle est juste"
Elle : "Il faut être ferme et juste"

Lui : "Certaines families peuvent s'emanciper de la carte scolaire en faisant le choix du privé, en s'installant dans des quartiers huppés [...]. Il faut donner le libre choix par les parents de l'etablissement scolaire de leur enfant."
Elle : "Je ne voix pas pourquoi une forme de libre choix qui est bon pour certains ne serait pas bon pour toutes les familles"

Lui : "La réforme des 35 heures doit reposer sur un principe, le libre choix, en permettant à ceux qui le veulent de travailler plus pour gagner davantage"
Elle : "Il y a des salariés qui ont envie de travailler plus, et cette liberté-là doit leur être donnée"

Et je ne peux m'empêcher de citer le Pen: "Sarkozy est un faux homme de droite qui veut toujours faire plaisir à la gauche, et Mme Royal est une fausse femme de gauche qui se prend pour un sergent des Marines américains"."

Via le Point et le Salon Beige.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Politique

Repost 0
Commenter cet article

Ameli-chan 05/12/2006 11:05

il n'y a aucune stratégie envers l'udf ou le Fn....seulement un refus de la proportionnelle qui limite l'emergeance du pluralisme.il faut arreter avec la soi disante exclusion du FN....on parle deux fois plus de jean marie que de bayrou !!! l'exclusion est valables pour tous les petits partis, pas uniquement pour le FN.la différence, c'est que les verts, PC ou UDF s'allient avec l'UMP ou le PS, il y a donc des députés de ces partis à l'assemblée.Le FN personne n'en veut....et ca ne m'étonne pas.

Polydamas 05/12/2006 11:24

Et pourtant, la gauche n'hésite pas à s'allier avec les communistes qui sont beaucoup plus dangereux que le FN. Il y en a marre de cette culpabilisation de la gauche pour qui il n'est pas possible de faire alliance avec le FN.Que cela n'étonne pas est une chose, mais que l'on ne vienne pas dire apres que notre démocratie est exemplaire.A voir le mépris que l'on a pour les électeurs du FN, je ne trouve pas que cela soit un modèle de société....

genfi 04/12/2006 20:05

Si les programmes sont les mêmes, ça nous permettra de choisir à la tête du client, pour une fois ça sera plus facile...

Plus sérieusement je pense que les deux candidats se retrouvent sur certains points, c'est normal. Ils vivent dans la même société et font donc presque les mêmes constats.

Cordialement,

Polydamas 04/12/2006 20:10

En effet, il est clair que les thématiques sont identiques partant des mêmes constats, je ne dis pas le contraire.Et bienvenue sur ce blog.

Ameli-chan 04/12/2006 11:55

faut pas confondre idées, personnes et techniques politiciennes.Ségo et sarko ont des valeurs fondamentalement opposées, mais ils appliquent cependant la même technique de séduction politique. Ca s'appelle la démagogie avec un grand D :)Quant à Bayrou, il n'a pas de souci à se faire...Il est déjà crédité parait il de plus de 10% d'intention de vote....et je pense (98% de chances) faire partie de ceux qui monteront le compteur pour en finir avec la politique idéologique droite-gauche, mais pour une politique pragmatique, concrete, modérée et moderne.Si ca ne marche pas en 2007, ca marchera peut etre en 2012...La voie du juste milieu est toujours la meilleure, et la plus difficile à atteindre...un certain Bouddha pensait déjà comme cela ! :)

Polydamas 04/12/2006 12:17

Franchement, Bayrou me paraît être plus un second couteau qu'autre chose. Il se bat pour un ministère, pas pour la présidentielle.Je suis à peu prés sûr que si l'UMP adoptait la même stratégie envers l'UDF qu'envers le FN, il n'y aurait pas beaucoup de députés UDF à l'assemblée.

koz 04/12/2006 11:09

Oui, l exercice est facile et il ne faut pas s arrêter à de simples formules. Il faut regarder comment l un et l'autre veulent remettre la société en mouvement.S'attacher au fond et non à la forme. Sinon on finit par voter Le Pen ;-)(j'ai commencé à m'intéresser à ce que le FN appelle "programme" sur son site et en fin de compte, je me rassure : je ne suis pas mysogine. Le discours de Le Pen aussi est creux, dès lors que l'on enlève les calembours et autres "je le dis depuis 30 ans"...)

Polydamas 04/12/2006 12:16

Pour le Pen, on peut avoir du fond et voter pour lui... ;-)Il y a quelques mesures qui me paraissent nécessaires dans le programme du FN, qui sur d'autres points, est completement à la ramasse, c'est vrai, que même Sarkozy n'osera pas mettre en place. Par ailleurs, je n'oublie pas également que la droite a toujours été prisonnière idéologiquement de la gauche, en ne pouvant pas assumer délibérément son positionnement. Je crains que cela ne perdure avec Sarkozy, même si ça a commencé doucement à changer, on peut s'afficher de droite sans risquer le lynchage... ;-)

Marcel Patoulatchi 04/12/2006 09:30

Nicolas Sarkozy à fait avancer bon nombre de débats (responsabilité des juges, racailles, etc) et semble relativement constant dans ses positions ; même si le volet de la mise en application laisse à désirer.

Peut-être que Le Pen a raison quand il dit que Nicolas Sarkozy veut parfois faire plaisir à la gauche. Peut-être que Nicolas Sarkozy est, avec François Bayrou, un des rares à avoir compris que la France n'a pas besoin de subir une politique de droite puis une politique de gauche, mais plutôt une politique intelligente qui se fonde sur l'intérêt commun et non la couleur politique supposée des mesures.
Dire que Nicolas Sarkozy ferait tout pour faire plaisir à la gauche, c'est tout de même oublier sa politique des flux migratoires (rien à voir avec le laisser-faire de la gauche), sa politique vis-à-vis de la police (lui, il rend hommage et soutien les fonctionnaires, rien à voir avec l'attitude de la gauche de Ségolène Royal) etc. Sur énormément de point, il défend une posture qu'on n'aurait pas attendu de lui. C'est plutôt une qualité.

Le Pen de son côté est moins surprenant. Aujourd'hui il se bat aux cotés des islamistes et comme hier n'a pas d'autre discours que celui de la victimisation...

Polydamas 04/12/2006 12:26

C'est vrai que Sarko a au moins le mérite de faire avancer les débats, à défaut de résoudre les problèmes...  ;-)Et en effet, son calcul est aussi de mordre à gauche, en oubliant peut-être, parfois, ses électeurs de droite. Je ne vois pas en quoi l'abolition de la double peine, pour donner un exemple, est une mesure qu'il fallait prendre. Je pencherai beaucoup plus qu'il a décidé de prendre la gauche de vitesse, et de ne pas leur laisser ce terrain, sur lesquels ceux-ci faisaient pression depuis des années.Sur la police, par rapport à Vaillant, il n'y a pas de comparaison possible, c'est certain. C'est bien d'être pragmatique mais si c'est pour faire une politique de gauche sous pretexte que l'on ne peut pas faire autrement, j'avoue que ça a du mal à passer. Sinon, sur les islamistes, vous allez certainement un peu vite en besogne, quoique vous ayez raison sur la victimisation. Que le Pen drague les banlieues, certes, de là à se battre aux côtés des islamistes, il y a une marge.