Lex orandi, lex credendi ...

Publié le 23 Octobre 2006


A l'heure où le pape semble prôner une libéralisation de la messe en latin, il importe, en tant que catholique, de connaître précisément les différences qui existent entre les deux rits. C'est la tâche que ce billet va tenter, modestement, de remplir. Si je suis obscur ou trop incomplet, je vous enjoins à vous reporter aux pages indiquées en liens pour de plus amples précisions.

Tout d'abord il faut savoir de quoi l'on parle. La messe en latin, telle qu'on la qualifie à tort, est le Vieil Ordo Missae (VOM) tel qu'il a été promulgué en 1962. La nouvelle messe est le Nouvel Ordo Missae (NOM), promulgué par Paul VI en 1969, à la suite du concile Vatican II. Pour la commodité de ce billet il m'est apparu plus simple pour souligner la qualité du VOM, de le comparer au NOM. On peut m'accuser d'être à la fois juge et partie, ce qui est vrai puisque  depuis que je suis né, je ne me rends quasiment qu'à la messe en latin. Mais les arguments que j'ai à proposer valent la peine d'être examiné.

***

Lorsqu'on regarde dans le détail, il n'y a rien de bien condamnable dans le NOM original, c'est à dire la version latine issue du concile. Mais on trouve, à chaque partie de la messe, des retraits et des imprécisions, ou même des ajouts au mystère de la messe, par rapport au VOM. Un seul retrait en soi n'a pas grande valeur et n'est pas d'une foncière gravité. Mais lorsqu'on l'analyse comme partie intégrante d'une nouvelle façon de dire la messe, on peut se poser des questions sur l'innocence de ces petites touches.

On peut classer toutes ces modifications dans plusieurs registres:
- la définition de la messe. Celle-ci devient, avec le NOM, un rassemblement de fidèles autour de l'Eucharistie, alors que la messe n'a jamais été rien d'autre que le renouvellement du sacrifice du Christ sous des formes non sanglantes.
- la relation de l'Eglise avec le Christ: les mentions des saints et des défunts ont été considérablement amputées.  
- le rôle du prêtre qui est clairement minimisé, il n'est plus le ministre in persona Christi, il devient le président de l'assemblée des fidèles quand il n'est pas un frère comme un autre.
- le rôle des fidèles est également modifié, ils sont considérés comme des acteurs, ce qui est inexact, ils ne font que participer par leur prière.
- la désacralisation de la messe est évidente, alors que le rit doit conserver son mystère. L'être humain est fasciné par la beauté et le sacré, non pas par la vulgarisation.

Les exemples abondent pour étayer chacun de ces éléments. Le nombre de génuflexions du prêtre a été considérablement réduit, les fidèles ont le droit de distribuer la communion (mais alors à quoi diable cela sert-il que les prêtres aient les mains consacrées?), à la mode protestante, ce qui contribue à des excès que chacun a pu observer, les marques de respect envers les Saintes Espèces sont denaturées, la messe ne se fait plus dos au peuple, les vêtements liturgiques ne sont plus aussi nombreux, l'imprécision des termes aussi vagues que "pain de vie", et j'en passe.

***
Concernant la définition de la messe, il faut hiérarchiser les éléments. Malgré toute l'importance de l'Eucharistie, elle n'est pas le centre de la messe. Le moment le plus important est la consécration, et non l'Eucharistie comme certains pourraient le croire. On le comprend bien en envisageant le cas d'une messe sans eucharistie, sans communion qui, dans ce cas, demeure une messe valide, ce qu'elle n'est pas, si on la prive de la consécration. L'eucharistie n'est que la conséquence de la consécration et n'est donc pas le moment le plus important de la messe. Avec le nouveau rit, le rôle de la consécration est considérablement amoindrie.

La messe, selon la doctrine catholique a quatre finalités:
- c'est un sacrifice de louange
- c'est un sacrifice eucharistique
- c'est un sacrifice propitiatoire et expiatoire, c'est à dire destiné à réparer nos fautes, et à nous rendre Dieu favorable.
- c'est un sacrifice impétratoire, c'est à dire destiné à présenter une demande

C'est la troisième finalité qui disparaît quasiment complètement dans le NOM. Cela se traduit par une formule de la consécration qui a été largement modifiée par rapport à la version originale. Seule subsiste une offrande du pain et du vin réduite à la portion congrue. En outre, les formules de louange sont également considérablement réduites.

En conséquence, il ne faut pas s'étonner si l'on constate que nombre de catholiques mettent en doute la transsubstantiation, qui est pourtant le centre de la messe, donc de la vie catholique. D'ailleurs, il est paradoxal qu'il ait été ajouté la phrase suivante, déclamée par l'assistance: "Nous annonçons ta mort, Seigneur Jesus, nous annonçons ta .....dans la gloire" alors que le Christ est  effectivement présent sur l'autel.

***

Il faut ajouter que la traduction française aggrave les choses. Par exemple, la fin du Notre Père est inexacte. Ainsi, on dit à la fin de celui-ci, "et ne nous soumettez pas à la tentation" (quand on ne tutoie pas Dieu purement et simplement). Cette phrase m'a toujours paru bizarre puisque, sur cette terre, selon la doctrine catholique, nous sommes TOUJOURS soumis à la tentation par le diable ou nos pulsions.

Il est donc inutile de demander à ce que cette soumission cesse. D'autant que Dieu n'est pas actif, il ne fait que la permettre, il ne peut pas en être à l'origine. C'est pour cela que l'ancienne traduction me paraît beaucoup plus pertinente: "et ne nous laissez pas succomber à la tentation". J'avais posé la question à un prêtre "moderniste", qui m'avait confié que c'était l'ancienne signification qu'il fallait comprendre sous la nouvelle formulation. Allez comprendre....

***

Autre exemple sur la dénaturation du sacré. Au moment de la paix des fidèles, en France, c'est une véritable anarchie, les jeunes mâles se précipitant pour saluer les jolies filles deux rangs plus loin, alors que ce moment se situe juste AVANT la communion. Ce n'est donc clairement pas le meilleur moyen de se préparer à celle-ci. J'ai pu constater, au Vietnam, que ce moment se constituait uniquement d'un signe de tête réalisé ensemble, devant et sur les côtés. Attitude de loin beaucoup plus digne. Là encore, cela n'a pas de rapport direct avec le NOM. Mais ça a indéniablement une influence sur la piété et le respect de la communion.

Il est nécessaire de souligner également que certains protestants se reconnaissent dans le NOM, tel qu'il est actuellement célébré. Luther avait écrit un nouveau rit qui ressemblait singulièrement au NOM, l'offertoire y était  alors réduit à son minimum. Si l'on est un tant soit peu attaché au particularisme des religions, cet élément ne manquera pas de susciter le trouble.

***

J'ai souvent dit sur ce blog que le latin était nécessaire car le sens n'était plus susceptible de modifications, cette langue étant figée à jamais. Cela permet de conserver le sens originel, tel qu'il a été fixé par le pape St Pie V. Or, il faut reconnaître que la traduction latine du NOM a, elle aussi, été largement modifiée et amputée. Le sens n'est clairement plus le même. Ce qui pourrait paraître pour des broutilles est plus important que cela n'en a l'air, sachant que l'on peut créer des hérésies sur un simple placement de virgule.

Toutes ces modifications vont donc bien au-delà du latin ou de la "mise en scène", de la façon de dire la messe. Elles ne peuvent pas ne pas avoir d'effet sur la croyance et sur les convictions des catholiques d'aujourd'hui. Evidemment, je tiens à préciser qu'une messe prononcée rigoureusement selon le NOM n'est pas condamnable. Il faut également signaler que le plus important n'est pas forcèment le missel utilisé, mais la foi des prêtres et leur volonté de faire respecter le Saint Mystère. Or du point de vue de la formation des prêtres, il y a également des problèmes gravissimes.

Ainsi l'introduction du NOM s'est faite avec un certain nombre de dérives qui ne devraient avoir cours dans aucune église sur cette planète. C'est là tout le problème, et ce n'est pas la désaffection constatée dans les églises qui viendra me contre-dire.

Le vieil adage lex orandi, lex credendi n'a rien perdu de sa pertinence. Il signifie, en gros, telle prière, telle croyance, ou encore, on croit de la même manière que l'on prie. A voir certaines messes,  proprement scandaleuses, il est donc légitime de se poser la question de la foi des fidèles qui y participent et donc, non moins légitime d'encourager tous les prêtres à reprendre le VOM, qui lui n'entretient aucune ambiguïté sur la foi catholique.

***
Pour des informations complémentaires, au cas où j'aurais éveillé votre curiosité, je vous recommande de vous reporter au Bref Examen Critique (13 pages tout de même) du Cardinal Ottaviani, rédigé pendant le Concile. Ou encore de vous reporter au Sacrifice de la Messe, ou même au lumineux fascicule, écrit par l'excellent Daniel Raffard de Brienne.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Argumentaires

Repost 0
Commenter cet article

Sandrine 10/10/2008 17:14

"si vous vous calmez je me calme"Mais j'ai toujours été d'un calme olympien, c'est vous qui ne l'êtes pas ! ...Et chose surprenante vous ne semblez pas connaître les textes classiques de Vatican II auxquels je me réfère ce qui vous amène à les  traiter de fumette...! La plupart des propos que j'ai tenus viennent de ces textes et non de moi...Je suis OK, et l'ai toujours été,  avec les derniers développements : c'est le prêtre qui offre le sacrifice, les fidèles aussi mais pas au même degré que le prêtre.Ok aussi pour dire que la messe est valide sans assistants mais je me pose la question : pourquoi la règle est-elle qu'il en faut toujours au moins un ?...

oscar 10/10/2008 07:56

bon, alors UDP, de tout coeur.Je sus d'accord avec vous : "les fidèles n'offrent pas le sacrifice au même titre que le prêtre" : mais ils l'offrent tout de même. "avec ou sans fidèles, la messe est valide", encore ok.

Polydamas 10/10/2008 09:41


Merci à vous.


Sandrine 09/10/2008 21:49

Bien ce que je disais : le sens de l'honneur (ou de la bonne éducation) est une chose qui s'est perdue, même chez les tradis !

Polydamas 09/10/2008 22:19


Si on peut même plus rigoler. Au fait, nous ne sommes pas en réception mondaine, vous êtes chez moi, j'y fais ce que je veux, et quand quelqu'un débarque avec l'amabilité d'un char russe, je me
réserve le droit de lui rentrer également dedans.

Rien à voir avec de la politesse, c'est de la polémique classique, comme d'habitude, il n'y a rien de personnel. Si vous vous calmez, je me calme, dans le cas inverse, faut pas s'étonner des
réactions...


oscar 09/10/2008 21:48

bon d'accord, polydamas est un malotru, mais pas tous les tradis ;)Si on veut chercher des gens dans l'Eglise qui ont fait des bêtises, on a pas fini de se rejeter la balle..."C'est pas moi c'est toi", ca va deux minutes, l'Europe se déchristianise complètement, c'est plus trop le moment de ce genre de querelles ; il y a bien mieux à faire, dans une unité qui sauvegarde la diversité. Et l'estime mutuelle, de bonne foi, sans suspecter l'autre d'hérésie. Avec des critiques constructives, comme il y en a parfois sur ce blog et ailleurs. Mais sans des propos qui vexent et froissent inutilement, ici et ailleurs. Déjà César disait qu'unie, la Gaule défierait le monde. C'est pareil pour les ktos. "je ne vois nulle part que le sacrifice soit offert par les fidèles" : c'est une blague ou pas ? Si on reconnaît que le prêtre offre un sacrifice (je suppose que vous êtes d'accord ;)), la phrase dit clairement que ce sacrifice est aussi celui des fidèles. Les deux offrent donc le sacrifice. Et qu'est-ce que ca veut dire y participer essentiellement ? Ce n'est pas, si je puis me permettre, très précis. On offre le sacrifice à notre manière. Si on offre tous les jours des sacrifices, pourquoi ne pourrions nous pas nous associer à celui là pour l'offrir ? Bien sûr, le prêtre a un rôle qui n'est pas seulement privilégié, qui est essentiellement différent. Il offre le sacrifice par lui-meme et indépendamment des fidèles, ok. Mais. N'ayez pas trop peur de cette notion. Elle est peut être déformée, mais elle est très belle. Vous ne répondez pas aux autres remarques précédentes. Vous aurais-je converti, ou suis-je inrécuppérable ? Dans le premier cas, je loue votre honnêteté intellectuelle. Dans le second, priez pour moi.

Polydamas 09/10/2008 21:57


Sur les bisbilles entre les cathos, tant que ça reste sur le net, ça va...



"je ne vois nulle part que le sacrifice soit offert par les fidèles" : c'est une blague ou pas ? Si on reconnaît que le prêtre offre un sacrifice (je suppose que vous êtes d'accord ;)), la phrase
dit clairement que ce sacrifice est aussi celui des fidèles. Les deux offrent donc le sacrifice.


 

Non, ils participent aux fruits du sacrifice, mais je ne suis pas sûr qu’ils l’offrent au même titre que le prêtre.

 


Et qu'est-ce que ca veut dire y participer essentiellement ? Ce n'est pas, si je puis me permettre, très précis.


 

Non, du fait des remarques dites auparavant. Avec ou sans fidèles, la messe est valide, c’est aussi simple que cela.

 


Vous ne répondez pas aux autres remarques précédentes. Vous aurais-je converti, ou suis-je inrécuppérable ?


 

Attendez, pour des commentaires aussi longs, il me faut du temps, j’ai une vie, aussi. Je sais c’est bizarre, mais c’est ainsi. D’autant que je commence à bien souffrir des doigts à force de taper
comme un bourrin sur le clavier.

 


Dans le second, priez pour moi.


 

Dans tous les cas, c'est sans problèmes. Mais n’oubliez pas de prier pour moi, je me suis pris une belle claque personnelle, ce soir. Rien à voir avec le blog, mais ça fait assez mal.





Sandrine 09/10/2008 21:12

"0ù est-ce que je vous vire de mon blog ?"!!!vous m'avez dit, oui ou non, d'aller fumer ailleurs ? Tranquillisez-vous, je vais me venger en disant partout que vous êtes un malotru comme hélas trop de tradis.

Polydamas 09/10/2008 21:13


Rooooooooooooooooooooohhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Ça me fait une belle jambe... :-D