Non, je n'en parlerais pas...

Publié le 18 Mars 2009

Je me contenterais d'une rapide revue de presse sur le sujet du Sida en Afrique.

Donc, je vous recommande la lecture de :
- Woland ainsi que de ce commentaires ici, ou du mien là, avec la réponse de B&F, qui vit sur place.
- du billet de Koztoujours, très complet, me semble-t-il sur  le sujet, sachant que les commentaires sont à lire, vu que des connaisseurs de la question y interviennent.
- des éléments donnés par le Cénacle Bistre*

Par ailleurs, l'évêque de Recife, dans la précédente affaire concernant l'IVG au Brésil, s'est exprimé dans un communiqué, venant confirmer mes suppositions sur l'affaire. Et Jeanne Smits en rajoute une couche qui vient clôturer l'affaire, à mon sens définitivement.

* Merci à l'auteur de la formule... :)


Rédigé par Polydamas

Publié dans #Actualité

Repost 0
Commenter cet article

L. Chéron 20/03/2009 19:03

Cessons les lamentations. Tout le monde (et le demi-monde) invective la pape ? Mais ne trouveriez-vous pas un peu suspect que la les zélus et leurs copains de la télévise installassent le vicaire du Christ en leur panthéon, entre le professeur Schwartzenberg et Nicolas Hulot ? Je me rappelle comment, vers 1980 je crois, tel commentateur s'inquiétait que les relations entre Rome et l'URSS se fussent dégradées... fichtre, m'étais-je dit, c'est le contraire qui aurait été inquiétant. Le Galiléen a envoyé ses disciples "comme des brebis au milieu des loups", avec la délicate consigne d'être "prudents comme de serpents et simples comme des colombes" (Mt, 10). Insistant lourdement, il a rappelé juste avant son arrestation, qu'à son image, ils étaient désormais "dans le monde" sans être "du monde" (Jn, 17). Il est donc normal  que l'Eglise prêche non seulement "à temps", mais aussi "à contre temps" (2 Tm), et c'est parfois quand elle est la plus faible qu'elle devient la plus forte (2 Cor). Nous évoquions Napoléon dans un récent échange. C'est prisonnier à Savone que le petit Pie VII-Chiaramonti  a fait trébucher le despote qui en resta tout étourdi. Il est vrai que l'épiscopat français, pourtant formaté à la moulinette impériale, avait été plutôt pas mal, sur ce coup là. 

Polydamas 20/03/2009 19:23


Tout à fait d'accord, c'est juste qu'après deux mois, je n'en peux plus, je suis par terre... :)


camille 20/03/2009 12:27

Eolas a fait son coming-out catholique en défendant Benoît XVI. J'ignorais totalement qu'il fût catho, du reste. http://maitre-eolas.fr/2009/03/18/1347-la-bonne-parole-est-a-la-defenseJe trouve son post courageux, surtout vu son lectorat, lectorat qui n'a 'dailleurs pas manqué de l'accabler.

Polydamas 20/03/2009 13:02


Oui, j'ai vu, j'y suis intervenu, d'ailleurs. Mais bon, généralement, il va plutôt clairement dans le sens du vent, même si je salue cet acte, bien sûr...

Je savais qu'il était catholique, mais effectivement, je trouvais qu'à part son soutien pour les clandestins, ça ne se voyait pas des masses.