Encore du Cyrano....

Publié le 30 Mai 2006

Un des plus beaux dialogues de la pièce, juste aprés la tirade du nez:



LE VICOMTE
    (suffoque)
    Ces grands airs arrogants!
    Un hobereau qui. . .qui. . .n'a meme pas de gants!
    Et qui sort sans rubans, sans bouffettes, sans ganses!

CYRANO

    Moi, c'est moralement que j'ai mes elegances.
    Je ne m'attife pas ainsi qu'un freluquet,
    Mais je suis plus soigne si je suis moins coquet;
    Je ne sortirais pas avec, par negligence,
    Un affront pas tres bien lave, la conscience
    Jaune encor de sommeil dans le coin de son oeil,
    Un honneur chiffonne, des scrupules en deuil.
    Mais je marche sans rien sur moi qui ne reluise,
    Empanache d'independance et de franchise;
    Ce n'est pas une taille avantageuse, c'est
    Mon ame que je cambre ainsi qu'en un corset,
    Et tout couvert d'exploits qu'en rubans je m'attache,
    Retroussant mon esprit ainsi qu'une moustache,
    Je fais, en traversant les groupes et les ronds,
    Sonner les verites comme des eperons.

LE VICOMTE

    Mais, monsieur. . .

CYRANO

    Je n'ai pas de gants?. . .la belle affaire!
    Il m'en restait un seul. . .d'une tres vieille paire!
    --Lequel m'etait d'ailleurs encor fort importun
    Je l'ai laisse dans la figure de quelqu'un.

LE VICOMTE

    Maraud, faquin, butor de pied plat ridicule!

CYRANO
    (otant son chapeau et saluant comme si le vicomte venait de se
    presenter)
    Ah?. . .Et moi, Cyrano-Savinien-Hercule
    De Bergerac.


Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, 1897

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Littérature

Repost 0
Commenter cet article