Quelques nouvelles

Publié le 7 Février 2009


Suite aux propos négationnistes de Mgr Williamson, des plaintes ont été déposées dans la majorité des pays européens, menaçant la bonne gestion des oeuvres de la fraternité St Pie X.

En Suède, par exemple, les diverses petites chapelles desservies par la fraternité ont été fermées. En France, centre vital de la fraternité, certains responsables ont été convoqués au ministère de l'Intérieur, ses institutions faisant désormais l'objet d'un contrôle régulier de la part des autorités.  Dans le même temps, l'abbé de Cacqueray, supérieur du district de France, a pris officiellement ses distances avec les propos de Mgr Williamson.

Par ailleurs, on a appris que le père Abrahamowicz a été expulsé de la fraternité pour les propos scandaleux qu'il avait tenus. On aimerait que ceux, et ils se reconnaitront, qui ont fait fait la publicité de ses propos, à la suite de la levée des excommunications, dans le but de salir la fraternité, fassent de même pour cette exclusion, s'ils sont amoureux de la justice, ils ne devraient pas avoir de mal à s'executer dans les mêmes proportions.

D'autant que des rumeurs insistantes font état d'une sanction prochaine de Mgr Williamson, de son retrait de toute responsabilité sur le séminaire américain de la fraternité St Pie X. On regardera avec attention la réaction des sceptiques.

En outre, il semblerait que les contacts entre Rome et la communauté juive reprennent. J'aime bien dans l'article, le passage suivant :

Les propos de Williamson et la décision du pape de lever l'excommunication qui le frappait ont été dénoncés par des survivants de l'holocauste, par des catholiques progressistes, par des membres du Congrès américain, par des dirigeants de la communauté juive allemande, par la chancelière allemande Angela Merkel et par l'écrivain juif et prix Nobel de la paix Elie Wiesel.

Et on oublie également la fraternité St Pie X qui n'a pas cessé de dire et redire que les propos de Mgr Williamson étaient scandaleux. Au fait, la lettre de soutien au pape a recueilli plus de 30 000 signatures. A comparer aux signatures de la pétition de la Vie...

PS : Pour ceux qui souhaiteraient tranquillement se documenter sur la question, il faut noter la grande qualité de l'émission de KTO sur le sujet. A voir et à revoir.

PS 2 : Mgr Williamson a été relevé de ses fonctions au sein de la fraternité St Pie X, et notamment de la direction du séminaire de Buenos Aires. Cette sanction est bienvenue et montre que la fraternité ne peut accepter les propos du prélat. Pour autant, je ne suis pas sûr que ce serait une bonne idée de l'exclure de la fraternité, il pourrait créer son "Eglise" parallèle, et recommencer un nouveau cycle de ruptures, qui serait cette fois, à caractère schismatique beaucoup plus prononcé que la fraternité St Pie X. Enfin, ce serait une bonne idée que tous les commentateurs en parlent autant qu'on a pu évoquer le silence de la fraternité, dans un souci de vérité, il me semble que ce serait la moindre des choses.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Actualité

Repost 0
Commenter cet article

Antoine 12/02/2009 19:25

Poly, je pense que, comme beaucoup de catholiques proches de la FSSPX, tu ignores totalement la véritable nature théologique de la papauté ! Sinon, tu ne ferais pas des remarques aussi absurdes...

Polydamas 13/02/2009 12:39


Nature théologique de la papauté qui ne l'empêche nullement de dire et de faire des choses en contradiction fondamentale avec la Tradition de l'Eglise. Que je sache, la chasse au rite tridentin a
bel et bien été une réalité, faudrait quand même voir à ne pas l'oublier. Et le seul responsable en était le pape.


Antoine 12/02/2009 16:10

"Arrête, sans les sacres, ça fait longtemps que la fraternité St Pierre, ou plutôt, les fidèles assistant au rite tridentin auraient disparu, bouffés par les évêques. La clé de la survie du rite tridentin a toujours été les évêques."T'as raison ! surtout, ne faisons pas confiance au Saint Esprit, ce serait une faiblesse humaine ! Heureusement que Mgr L. était là, car le Christ, en matière de conduite de son Eglise, Il n'était franchement pas au niveau !

Polydamas 12/02/2009 17:38



Ben, Paul VI avait clairement annoncé les choses. S'étant violemment opposé à lui, Mgr Lefebvre n'avait pas non plus confiance en JP II, vu comme le pape d'Assise. Et JP II n'a jamais souhaité
faire sacrer un prêtre dans le rite tradi, malgré les demandes répétées de Mgr Lefebvre.

Et puis, ce n'est pas parce que le Christ dirige l'Eglise, que la tête de l'Eglise ne peut pas avoir des initiatives regrettables, ne peut pas être corrompue. Faut pas être angélique non plus...



Dang 12/02/2009 11:05

Samuel Pruvot de "Famille chrétienne" et Gérard Leclerc de "France catholique" sont allés en Suisse rencontrer Mgr Fellay. Gérard Leclerc a tenu pendant cette période un intéressant journal de bord qu'il nous livre dans le N°3151 (6 février 2009) de "France catholique". On peut aussi le lire sur www.france-catholique.fr .

Gwynfrid 11/02/2009 19:51

"il y a désormais des évêques qui peuvent ordonner des prêtres disant la messe en latin": Là, vous anticipez un peu. Le Vatican a été clair là-dessus, les 4 évêques n'exercent licitement aucun ministère dans l'Eglise (voir le doc que j'ai cité plus haut). Mais, bon, l'exercice a bien pour but d'en arriver là, dès que possible.

Polydamas 12/02/2009 00:57


Pas de manière licite, certes, mais de manière valide, ça ne fait aucun doute. Et attendons de voir ce que le Vatican en dira.


Gwynfrid 11/02/2009 16:45

"Le Vatican rappelle juste que c'est illégitime, mais ne s'exprime pas sur cet état de nécessité." Il ne s'exprime pas parce que ce n'est pas la peine d'en rajouter: il confirme qu'il y a bien eu excommunication, sans perdre son temps à réfuter des arguties sans importance.Cette histoire de nécessité était pipeau depuis le début, parce qu'elle était en contradiction avec la volonté affichée de rester dans l'Eglise. La FSSPX pouvait se déclarer toujours membre de l'Eglise, mais alors il fallait accepter l'autorité du pape. Elle pouvait prétendre que l'excommunication n'avait pas eu lieu, mais alors elle rejetait par là même l'autorité de Jean-Paul II.Il en est de même aujourd'hui: Mgr Fellay et ses collègues acceptent par écrit de reconnaître l'autorité de Benoît XVI. Il ne peuvent pas en même temps continuer à parler de nécessité.Bref, si on veut vraiment se réconcilier, il faut commencer par éviter le double langage. Dans cet esprit, et puisque l'excommunication est maintenant levée, il y a une solution: considérons que cette controverse appartient au passé, et passons à autre chose. Je constate que Mgr Fellay, dans ses dernières interventions publiques, a eu la sagesse d'éviter le sujet.

Polydamas 11/02/2009 18:34


En même temps, effectivement, il n'y a plus de sujet, puisqu'il y a désormais des évêques qui peuvent ordonner des prêtres disant la messe en latin, garantie qui n'existait pas à l'époque, puisque
Mgr Lefebvre savait qu'il allait bientôt décéder.

On ne peut pas comprendre les sacres si on ne comprend pas que sans évêque, la fraternité et donc, la messe tridentine, était condamnée à plus ou moins long terme à disparaître. Le pape ayant fait
attendre Mgr Lefebvre à ce sujet, tout en lui interdisant formellement d'ordonner qui que ce soit, Mgr s'est retrouvé dans la position de choisir entre la désobéissance ou la préservation du rite
tridentin.