Boutef, Libé et les Pays-Bas...

Publié le 19 Mai 2006

    Bouteflika remet ça. Il réitère son exigence d'excuses de la part des Français. J'arrête de m'énerver: ça n'en vaut pas la peine. On aura noté cette phrase:  "de la part d'une nation dont la devise révolutionnaire a de tout temps été liberté, égalité, fraternité". Perso, j'étais pas au courant que la devise révolutionnaire avait été "de tout temps" liberté, égalité, fraternité. Je pensais que ça faisait deux cents ans que cette devise avait été instaurée, mais bon, c'est probablement moi qui me plante.....

***

    Libé découvre, dans cet article, que des camps de Palestiniens occupent le Liban, qu'ils sont des zones de non-droit et qu'ils abriteraient un réservoir de terroristes en puissance. Toutes les organisations terroristes de la région y recrutent, s'étonne l'article.

    C'est pas trop tôt.

    Un peu d'histoire aurait appris au journal de la gauche caviar, que la guerre du Liban, commencée en 1975, avait été entamée à partir des camps de palestiniens, qui s'y étaient installés depuis 1970. En effet, en 1970, avait eu lieu le massacre de Septembre noir, durant lequel les compagnons de Yasser Arafat avaient été massacrés par l'armée jordanienne, suite à leur tentative de renversement du pouvoir jordanien.

    Aprés la Jordanie, pourquoi pas déstabiliser le Liban? Et c'est comme ça qu'a commencée la guerre de 15 ans qui a opposé les communautés libanaises entre elles. Le catalyseur en avait été les camps, des zones de non-droit où prospéraient déjà les terroristes islamistes. L'armée libanaise ne pouvait s'y rendre et avait donc laissé se développer les trafics en tout genre. Donc la situation que pointe Libé n'a strictement rien d'inconnu. Mais maintenant qu'Al-Qaeda est sur le devant de la scène, il faudrait s'en occuper? Oui, bien sûr qu'il faut qu'on s'en occupe. Mais Libé n'arrive-t-il pas un peu tard pour dénoncer cette situation?

***

    Ayaan Hirsi Ali s'exile aux Etats-Unis. Cette femme, d'origine somalienne était, aux Pays-Bas, le symbole du combat contre le fondamentalisme islamiste. Du fait de mensonges administratifs qu'elle avait réalisé au moment de son arrivée aux Pays-Bas, sa nationalité a été remise en question par la ministre de l'Integration néerlandaise. Ayaan Hirsi Ali était députée des Pays-Bas et était une amie de Theo Van Gogh, cinéaste qui avait été assassiné pour un film la mettant en scène, et qui dénonçait les conditions des femmes au sein des pays islamistes. Même si le parlement néerlandais la soutient, son exil semble définitif.

    Comme toujours avec les relations occidentalo-musulmances, ce ne sont pas les musulmans qui portent les coups les plus rudes, mais ceux qui sont censés défendre le pays dont ils ont la charge. Ah, la lâcheté de nos pays européens face aux propos de Boutef, ou à l'éviction d'Ayaan Hirsi Ali!

***

     Enfin, un article du Monde, sur le hidjab au Maroc: ce n'est pas fait pour rassurer...

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Relations internationales

Repost 0
Commenter cet article