Le Cac prend une raclée

Publié le 17 Mai 2006

Ca a du faire trés mal dans les portefeuilles. Pour ceux d'entre vous à qui les marchés financiers sont totalement incompréhensibles, je résume en deux mots. L'indice phare des valeurs parisiennes, le Cac 40 s'est effondré de 3,8 % ! Une chute trés significative qu'on n'avait pas vu depuis 2003. Il était aux alentours de 5100 points en début de journée et tutoie désormais les 4920, soit 180 points perdus en une seule séance. C'est suffisamment impressionnant pour être signalé.

Quelle est la cause de ce massacre, qui a touché toute l'Europe (les indices européens ont tous chuté au minimum de 2%)? Comme d'hab, ce sont les Etats-Unis qui ont enclenché le mouvement. Ce qui permet de vérifier la pertinence du dicton boursier suivant: "Quand les Etats-Unis toussent, c'est le monde qui s'enrhume". On peut difficilement décrire plus précisément les comportements moutonniers des investisseurs mondiaux par rapport à la situation américaine.

Bon, venons-en au fait, que s'est-il passé aux States? A priori, pas grand-chose de trés significatif, juste un chiffre d'inflation en hausse, d'un petit 0,6%, le mois dernier. Or le problème est que nous avons un nouveau directeur, Ben Bernanke, à la Federal Reserve System, la Fed pour les intimes. Ce monsieur a épaté la galerie la semaine dernière en annoncant, contrairement à ce que supputaient doctement les analystes de tous poils, que l'évolution de sa politique monétaire dépendrait des données statistiques publiées jusqu'au 23 Juin, date de la prochaine réunion du comité directeur de la Fed, comité qui, soit dit en passant, détermine rien de moins que les taux d'intérêt de la première puissance économique mondiale, et donc, a un impact certain sur la croissance de ce pays, et plus largement, de la croissance mondiale.

Pourquoi a-t-il étonné tout son monde? Parceque cela fait déjà un bon moment que les taux d'intérêt sont augmentés tous les quatre matins aux Etats-Unis (vous me direz que vu le niveau d'où ils sont partis, il y en avait du chemin à faire!) et que les analystes escomptaient bien que Bernanke se calme un petit peu lors de la prochaine réunion. En français courant, qu'il ne fasse rien, et maintienne les taux au même niveau.

Oui, mais voilà, le petit Benou, il en a décidé autrement, prenant à contre-pied toutes les places financières mondiales. Et si il y a un truc que les investisseurs ne supportent pas (mais alors vraiment pas) c'est d'être pris par surprise!

Donc, observant aujourd'hui que l'inflation est en train de reprendre du poil de la bête, les investisseurs en tirent la conclusion somme toute trés logique, que le petit Benou va augmenter les taux le 23 Juin prochain. Estimant que ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'économie, les plus spéculateurs d'entre eux décident de larguer (vendre) leurs positions (actions), d'où la chute brutale des cours.

Les Européens, connaissant tous ces enjeux par coeur, s'empressent de suivre le mouvement et de l'exagérer. Car le Dow Jones ne perd qu'un faiblard 2% (qui manque un peu de tenue face à nos 3% perdus en 3 heures). Explication: les Européens ont toujours tendance à aggraver les mauvaises nouvelles américaines (c'est peut-être du à notre caractère latin) d'autant plus que l'on s'attend également à une hausse des taux de la BCE le mois prochain.

Cependant, que les détenteurs d'action se rassurent! Cette chute m'a plutôt l'air d'une correction face à une mauvaise nouvelle, mais ne me semble pas annoncer des lendemains qui déchantent. Je peux, bien sûr, me tromper, mais cette évolution est, selon moi (qu'est ce qui faut que je mette comme précautions oratoires pour pas avoir de procés!), qu'une réaction épidermique dans une période attentiste des indices. Car sur le long terme, les signaux demeurent largement positifs. Mais une petite inquiétude pointe sur les deux prochains mois et la décision de Benou.

En effet, cela fait maintenant un mois que, sur le Cac 40, la hausse se fait poussive, et une petite semaine que la baisse se fait carrément brutale (-7% en 5 jours). Aprés les niveaux que l'on avait atteint, (plus de 5300 points le 9 Mai, on n'a pas vu ça depuis Mai 2001, ça fait 5 ans!) il est normal d'assister à une chute des cours. Donc, pas encore de quoi paniquer, mais à surveiller!

Bien sûr, mon article, c'est pour ceux qui ont de l'argent investi, pour les autres, vous aurez eu l'étonnante satisfaction de lire un article qui vous parle autre chose que de Clearstream, Da Vinci Code ou immigration....



Quoique, pour ceux qui n'ont pas d'argent investi, c'est peut-être le moment d'acheter (à propos, j'espère que vous avez lu mon préambule), vu que la correction se fait sévère et qu'a priori, sur le long terme, la hausse va continuer. Enfin, je dis ça, mais vous en faites ce que vous voulez.....



Rédigé par Polydamas

Publié dans #Finance

Repost 0
Commenter cet article

Emmanuel 18/05/2006 10:37

C'est peu dire que ça a fait mal...A noter le très beau -6,44% de Crédit Agricole S.A. !
Ca baisse ; mais ça eut augmenté beaucoup avant... Et pas forcément de manière rationnelle. Pas d'affolement...
Sinon, je me suis mis sur SR Téléperformance récemment : bon choix ou too late ? Let's see.

Polydamas 18/05/2006 16:29

D'autant que CASA a annoncé des résultats en hausse.Comme quoi les marchés ne sont pas à une contradiction près.Bon et puis EADS qui surnage, alors qu'en ce moment, avec les licensiements et Clearstream, ils ne sont pas dans la meilleure situation possibleVa comprendre la bourse, aprés cela.