La tolérance : une valeur de droite ?

Publié le 20 Octobre 2008


Via FDS et Paperblog, je suis tombé chez Discours Sauvage sur la modernité, un blog dont j'apprécie le ton. Et qu'il me parait intéressant de suivre. Témoin, ce billet sur la différence entre la tolérance auto-proclamée, privilège de la gauche s'il en est, et la tolérance effective, qu'on trouve bien plus souvent à droite. 

C'est la conclusion à laquelle arrive un chercheur venu de la gauche, Anne Muxel, dans Toi, moi et la politique, amour et conviction, paru le 9 octobre.

Anne Muxel, dans une émission de France Inter (pas franchement un bastion de la réaction non plus), manifestait d’ailleurs ce jeudi 2 octobre son étonnement à ce sujet. « Ca a été une surprise pour moi [de constater cette intransigeance des gens que se classent à gauche] quand j’ai commencé ce travail dans la mesure ou quand même les valeurs de tolérance, de respect de la différence, du respect de l’autre font partie d’une culture revendiquée par la gauche. C’est vrai qu’il y a une plus grande difficulté pour les gens qui se classent à gauche d’accepter les divergences politiques dans la sphère privée...» . Je vois ici le signe que la sociologie, comme d’autres sciences d’ailleurs, n’est jamais aussi intéressante que lorsqu’elle paraît penser contre elle-même.

Muxel redécouvre le fil à couper le beurre, il en'est un secret pour personne, surtout pour tous ceux qui fréquentent le web assidument, les gens de gauche sont globalement beaucoup plus agressifs et violents, que n'importe quel site positionné à droite. Les gens de droite, rejoignant une perspective essentiellement chrétienne, se contentent de faire avec ce qu'ils ont, avec le plus de pragmatisme possible, sans pour autant oublier les principes auxquels ils adhèrent.

Alors que le fondement du socialisme est complètement opposé, puisqu'il part de la table rase, de la reconstruction d'une société, d'une utopie, selon les principes idéologiques du parti. De facto, ceux qui ne partagent pas cet idéal de reconstruction ne peuvent donc prétendre à la pureté idéologique. Le projet de gauche étant globalement beaucoup plus impliquant, et donc, beaucoup plus discriminant.

Mais comment comprendre que ceux qui proclament haut et fort leur amour de la tolérance et leur respect de la différence supportent dans les faits moins bien celle-ci que ceux qui sont considérés a priori comme des conservateurs ou d’horribles défenseurs de l’ordre établi ? Il est sans doute difficile de donner une réponse définitive à cette question. Anne Muxel avance pour sa part l’idée selon laquelle la droite, en insistant sur la notion de liberté individuelle est elle aussi attachée à la tolérance, et pourrait-on dire, à l’idée d’une certaine indifférence des opinions politiques de chacun. Mais, au-delà des valeurs de chacun, n’y a-t-il pas là quelque chose qui met en jeu une notion que l’on pourrait appeler la morale dominante contemporaine ? Aujourd’hui puisque les valeurs de tolérance et de respect de l’autre sont des valeurs dominantes de la société (au moins au niveau du discours), et que ces valeurs sont considérées comme étant a priori mieux incarnées par la gauche, celle-ci est de facto considérée par l’ensemble de la société comme étant le camp du Bien, quand la droite, elle, manque nécessairement de ce point de vue, et de son propre point de vue, de pureté morale. Un homme ou une femme de droite, en acceptant l’idée de sa propre imperfection morale, serait ainsi mieux préparé qu’une femme ou un homme de gauche à accepter, même dans la sphère la plus intime, une opinion politique qui divergerait de la sienne.

On pourrait peut-être cependant avancer une autre explication, moins favorable à l’idée d’une tolérance essentiellement plus grande de la droite. La distinction essentielle pour la gauche est sans doute de nature idéologique. La gauche a une culture d’opposition qui l’amène à faire de la distinction entre ceux qui veulent changer le monde et ceux qui veulent le conserver une distinction essentielle. En ce sens la distinction entre la gauche et la droite est pour elle fondatrice et on comprend alors qu’il soit plus difficile pour une personne se situant à gauche de transiger sur les opinions politiques de son conjoint.

(...)

Ce qui est sûr c’est que l’on ne se débarrasse pas facilement, malgré les plus belles déclarations d’intention, du goût d’exclure et de retrouver entre soi.


Et comme d'habitude, pour que ce soit audible, il faut que ce soit quelqu'un de la gauche qui le dise, sinon, ce n'est pas crédible, ce n'est pas fiable. Lacher le culturel a vraiment été la plus grande erreur de la droite.
 

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0
Commenter cet article

L. Chéron 23/10/2008 08:48

Bien sûr que le peuple de Jérusalem, influencé par les élites juives d'alors, a fait condamner Jésus. C'est le mystère d'iniquité d'Israël que saint-Paul explicite dans la lettre aux Hébreux (XI, 41) : leur "chute" offre le salut au monde, comme en prémices la chute d'Adam est à l'origine de la rédemption (Bossuet : "Ô Felix culpa !..."). C'est aussi cela, le "salut par les Juifs". 

Mad jurist 22/10/2008 21:44

...d'un autre côté, c'est pas faux...et puis les Evangiles c'est quand même le récit de tous les coups fourrés des pharisiens pour mettre Jésus en défaut et le faire condamner par l'occupant romain et le Sanhédrin ...non ?? ...j'ai rien compris ?? ...on m'aurait induit en erreur ???

Mad jurist 21/10/2008 23:53

...au sujet de la tolérance, j'aime bien l'article "tolérance" du dictionnaire philosophique de Voltaire....je n'en dis pas plus parce que sinon Polydamas va encore me taper sur les doigts...

Polydamas 22/10/2008 11:09


Vous parlez de ça ? :-)

Effectivement, c'est violemment antisémite.


Robert Marchenoir 21/10/2008 13:42

Quand on est réac, ces considérations relèvent de l'évidence.

Polydamas 21/10/2008 17:14


Tout à fait, mais vous savez, il n'y a pas que des réacs, ici... :-)


L. Chéron 20/10/2008 19:03

"La gauche a une culture d’opposition qui l’amène à faire de la distinction entre ceux qui veulent changer le monde et ceux qui veulent le conserver une distinction essentielle." (On pourrait préciser : "changer le monde" par des moyens uniquement temporels). C'est un énoncé très intéressant, et qui aide à comprendre un fait connexe : dans le domaine artistique, l'homme de "droite" est aussi beaucoup plus tolérant. Ainsi, reconnaîtra-t-il les mérites littéraires d'Aragon quand l'homme de gauche interdira qu'on joue La reine de Césarée. C'est sans doute, si l'on suit votre référence, qu'à droite on conçoive qu'un auteur vaille pour autre chose que ses engagements politiques.Ajoutons que l'homme de droite profite (si l'on peut dire !) d'une longue habitude de la mise en minorité. Quand on vit dans l'opposition depuis 1789, on finit par être vacciné, et l'on hausse les épaules plus souvent qu'on ne vitupère.