Sondage sur le rite tridentin

Publié le 8 Octobre 2008

Dans un sondage CSA, commandé par Paix Liturgique, que votre serviteur a pu se procurer, on constate, qu'à l'inverse de ce que prétendent certains de nos évêques, la messe traditionnelle ne semble uniquement faite pour être réservée à un public d'élite. Alors, bien sûr, il s'agit d'un sondage, à prendre avec les réserves habituelles, mais tout de même, les résultats sont quelque peu en contradiction avec ce que l'on nous serine à longueur de jounée.

Ainsi, pour 61% des sondés se disant pratiquants réguliers, il est normal que les deux formes liturgiques, ordinaire et extraordinaire, soient célébrées dans les principales églises de leur diocèse. Dans le même sens, 42% des personnes interrogées se disent favorables à ce que la messe en latin soit célébrée tous les dimanches dans leur église. 

Visiblement, les fidèles ne comprennent pas le mot "extraordinaire" de la même manière qu'un évêque qui n'hésitait pas à dire que si la forme s'appelait "extraordinaire", c'était pour qu'elle reste rare ad vitam aeternam.

Enfin, le meilleur pour la fin.

34% des catholiques pratiquants se disent prêts à fréquenter régulièrement, c'est à dire au moins une fois par mois, le rite tridentin. Et 27% des personnes interrogées se disent prêts à s'y rendre de temps en temps, quelques fois dans l'année, 28% refusant de toute façon de s'y rendre.

Quelles conclusions tirer de cette étude ?

Elles sont simples.

Dans les paroisses, le gros des fidèles assistant aux nouvelles messes prévues par le Motu Proprio ne sont pas des habitués, ne sont pas des militants historiques de la fraternité St Pierre ou St Pie X, mais sont des fidèles lambda, pas impliqués du tout dans les querelles historiques.

Les chiffres mettent en évidence des populations interéssées par le rite tridentin sans commune mesure avec les qualificatifs usuellement plaqués aux communautés traditionnelles, "groupuscules", "minorités" et autres "petits nombres", que certains lecteurs (ou lectrices) de ce blog ne sont pas les derniers à utiliser...


Rédigé par Polydamas

Publié dans #Religion

Repost 0
Commenter cet article

Mad jurist 23/10/2008 00:02

...vivifier le terreau tradi...c'est pas ce qu'on appelle "poser une pêche dans la nature"....chez les scouts ....non ???

Sandrine 22/10/2008 22:51

Hé oui je vais vivifier le terreau tradi :en répétant qu'on ne désobéit pas à la tradition au nom de la tradition.On ne le répètera jamais assez : la tradition, c'est aussi d'obéir au Pape.rira bien qui rira le dernier.

Sandrine 22/10/2008 11:24

Oui Madjurist, tout à fait :  j'ai un mandat.Vvivifier le terreau traditionnel, peut-être, et même sûrement, c'est une bonne chose mais ... pas au détriment du magistère, pas contre lui. Le magistère actuel de l'Eglise, c'est aussi la Tradition...

Polydamas 22/10/2008 13:12


OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHH !!!!!

C'est vous qui allez vivifier le terreau traditionnel ? MORT DE RIRE.....


Mad jurist 20/10/2008 22:09

...ce que j'aime bien chez Sandrine c'est qu'elle parle au nom des autres....elle a un mandat ???

Sandrine 20/10/2008 21:00

Le combat mené par la FSSPX a été non seulement inutile, mais extrêmement nocif car la FSSPX a entrainé trop de gens dans son sillage.De plus ce combat erroné est responsable du rejet massif que font beaucoup de catholiques vis à vis de la FSSPX et autres tradis  et de tout ce qui s'y rapporte : car ils en ont marre de la rigidité, du formalisme tatillon qui éloigne de la vraie Foi, de la fermeture et de l'entêtement des partisans  de la FSSPX : et ces catholiques ont développé une allergie profonde et sans remède à leurs idées, mauvaises et mêmes (rarement) bonnes, et à leur esprit. C'est dommage pour tout le monde. Mgr Lefèbvre, s'il avait eu l'intelligence de rester dans l'Eglise, aurait pu y faire quelque chose...

Polydamas 21/10/2008 00:27


Ne projetez pas vos idées sur la FSSPX. Elle a formé beaucoup, beaucoup de traditionnalistes, et sa présence a permis de vivifier le terreau traditionnel en France, ce qui n'est pas rien. La
séparation d'avec le NOM a été faite bien avant la médiatisation et la visibilité de la FSSPX.