Le Hezbollah montre les muscles

Publié le 11 Mai 2008

Le Hezbollah a remis les pendules à l'heure. Par son assaut sur les tous les moyens de communication du Courant du futur (parti de l'ancien ministre assassiné, Rafic Hariri), le parti de Dieu a brisé sa promesse, qui n'illusionnait personne, selon laquelle il ne tournerait pas ses armes contre des libanais. Ils ont parvenu à prendre le contrôle de l'Ouest de Beyrouth, avant de se retirer (voir carte ci-contre).

undefined Tout est parti de la volonté de l'Etat libanais de mieux contrôler le Hezbollah, sans qu'il en ait pour autant les moyens. Le gouvernement  a lancé deux enquêtes préliminaires sur un officier, proche du Hezbollah et responsable du contrôle de la sécurité de l'aéroport de Beyrouth, puis sur des émetteurs de telecommunication du parti chiite. Ces deux mesures, normales dans n'importe quel Etat souverain, a été vécue comme une véritable attaque par les miliciens. Le Hezbollah, qui ne cessait de se présenter comme un mouvement démocratique, a donc mis en place un véritable Etat dans l'Etat. Tenter de réduire son influence, même par le biais de deux enquêtes qui auraient été vite enterrées par la bureaucratie est donc synonyme d'une déclaration de guerre.

Face aux assauts des miliciens, à Beyrouth, l'armée libanaise s'est contentée de faire de la figuration, en montant la garde devant les institutions du pays (les principaux représentants du pays ont été bloqués à résidence). N'ayant pas les mêmes moyens que le Hezbollah, et surtout, victime de la diversité de sa composition, les chiites étant nombreux dans celle-ci, l'armée est à peine intervenue pour rétablir l'ordre, quand elle ne collaborait pas ouvertement avec les miliciens.

Le Hezbollah, pourrissant la vie politique libanaise depuis deux ans, cherche à ce que le Liban soit le fer de lance de la lutte anti-israelienne, et ce, aux côtés de la Syrie et de l'Iran. Deux ans après le départ des troupes syriennes, rien n'a changé ou presque, dans la situation libanaise, les miliciens continuant leur travail de sape de la légitimité du pouvoir libanais. Aux dernières nouvelles, alors que le Nord s'enflamme, probablement à cause des Syriens, l'armée a suspendu les enquêtes ouvertes, obligeant le gouvernement à se déjuger.

Les affrontements ont fait une cinquantaine de morts. Les quartiers chrétiens, à l'est de Beyrouth, n'ont pas été touchés par les combats.

Tout du moins, pour le moment.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Relations internationales

Repost 0
Commenter cet article

Dang 15/05/2008 12:28

De toute façon quel que soit le conflit au Liban ce sont toujours les chrétiens qui en font les frais.

Julius 14/05/2008 15:01

http://www.5-yearslater.com/index.php/Dossier-special-libansalut Polyon en fait une bonne grosse couve aussipronostics plutôt pessimistes pour l'heure

Fred 13/05/2008 11:41

La solution s'imposera d'elle-même par les ventres. Avec une natalité double des autres communautés, les chiites seront majoritaires dans quelques années. Fin du Liban bicommunautaire et normalisation religieuse. Imparable. Rien n'est plus prévisible que la démographie.

Paul-Emic 12/05/2008 20:24

il faut reconnaitre qu'à part la partition ou l'invasion par l'un des 2  voisins on ne voit pas de solution viable se profiler à l'horizon