Miscellanées

Publié le 9 Avril 2008

- Comment peut-on être catholique et pro-européen ? Lorsqu'on constate les résolutions en passe d'être votées au Conseil de l'Europe (organisme  distinct de l'Union Européenne regroupant tous les pays européens), il me semble que les catholiques qui ont participé à l'édification de ces institutions, au travers de leur votes, pourraient, devraient même, s'interroger.

Cette recommandation pour mettre en place l'avortement dans tous les pays européens va être votée le 16 Avril prochain. A cet effet, il est possible pour ceux qui le souhaitent d'envoyer un mail à nos dignes représentants...


- On se marre. A propos de la profanation du cimetière catholique par des satanistes, le directeur départemental a osé affirmer, en comparant avec les profanations des tombes musulmanes à Arras:

"Ces faits n’ont pas la même connotation que ceux commis dans le cimetière militaire de Notre-Dame-de-Lorette près d’Arras. A Arras, c’est clairement orienté sur la religion. Ici, on est plutôt dans le satanique".

On se demande bien ce que peut être le satanisme si il n'est pas anti-religieux. Le procureur ayant annoncé la nouvelle n'avait pourtant pas fait cette distinction, il n'est donc peut-être pas illégitime de penser que le directeur départemental aurait une vision quelque peu biaisée des profanations de cimetières.


- Mon fou rire du moment. Et un deuxième, à peine moins bon. Je vais finir par regretter les communistes à l'ancienne.


- "Le Tibet au Tibétains", scandait hier la foule, lors du passage de la flamme. Mais alors, la France aux Français, quel racisme ! Et pendant, ce temps-là, à Mayotte....


PS: L'actualité ne manque pas de piquant. Entre Carla del Ponte, l'ancienne chasseuse de serbes, qui balance sur les trafics d'organe kosovars, l'acquittement d'une mère qui avait tué sa fille handicapée, le carré homosexuel à Copenhague, on ne sait plus où donner de la tête...


Rédigé par Polydamas

Publié dans #Actualité

Repost 0
Commenter cet article

gwynfrid 12/04/2008 17:57

"Au début, l'IVG n'était pas dans le programme de la République"... mais pas dans celui du traité de Rome non plus - et encore moins dans celui du Conseil de l'Europe.Par ailleurs, le Conseil de l'Europe fait des recommandations, pas des lois. Il n'a aucun pouvoir de rétorsion et l'adhésion à ses conventions est un acte volontaire de la part des gouvernements nationaux.

Polydamas 12/04/2008 19:04


Il n'y a plus de moyens de s'opposer aux décisions de la république autre que par le vote contestataire.

Alors que l'UE, il n'y a pas de problèmes, on peut parfaitement s'opposer à l'évolution institutionnelle pour protester des pressions que l'UE ne manque pas d'exercer sur les pays récalcitrants
(voir le traitement indigne de la Pologne à ce sujet). Il serait bien naïf de croire que ce qui n'est qu'une résolution ne devienne pas un outil de pression, une obligation à se mettre en
conformité avec les législations les plus progressistes. C'est pour cela que les cathos ont le devoir de s'opposer à l'évolution institutionnelle de l'Europe. Parce qu'on sait très bien sur quoi
elle va déboucher, l'IVG pour tous, même aux pays qui n'en veulent pas. Et là dessus, il me semble que ceux qui ne se sont pas opposés par leur vote portent une responsabilité passive et mineure,
mais une responsabilité tout de même.


gwynfrid 12/04/2008 04:27

Comment peut-on être catholique et pro-européen ? Ben... peut-être, par exemple, parce qu'on n'est pas obligé d'être d'accord avec tout ce qui se passe en Europe. De même, on peut être catholique et républicain, catholique et de droite, et même... catholique et de gauche (aaargh ;-)

Polydamas 12/04/2008 05:42


Le problème, c'est que l'Europe ne se cache pas, et qu'il n'est à mon avis pas possible d'être à la fois catholique et pro-avortement.. Alors qu'on peut dire qu'au début, l'IVG n'était pas dans le
programme de la république.

En outre, non seulement l'Europe vote pour l'IVG, mais beaucoup plus grave, elle va utiliser ses pouvoirs de rétortion envers les pays qui ne souhaiteront pas mettre en place l'IVG. Et ça, vous ne
pouvez pas ne pas le savoir, et ne pas choisir d'en tenir compte. En tant que catho, cela fait partie des points fondamentaux non négociables.


Christine 11/04/2008 14:56

Ecxellent ouvrage : "La marche irrésistible du nouvel ordre mondial" de Pierre Hillard.

Christine 10/04/2008 16:00

St Benoît : St Patron de l'Europe des Nations et pas de l' Europe artificielle et déracinée, pas de cette Europe fédérale.Nouveau plan prévu : bloc Euro-Amérique du Nord.

koz 10/04/2008 09:30

Comment peut-on être catholique et patriote ? L'avortement, cela fait 33 ans que la France l'a mis en place.Tu mets sur le dos de l'Europe ce que les pays font eux-mêmes. Signe que le problème est ailleurs.

Polydamas 10/04/2008 09:45


Non. Parce que je n'ai jamais soutenu, à un moment ou à un autre, un quelconque parti qui prônait l'avortement, parce que jamais je ne me suis reconnu dans une république qui a voté l'avortement,
etc. Et autant je suis patriote, autant je suis anti-républicain. Je ne confonds pas la France et la République.

De plus, il y a une différence majeure, c'est que l'avortement voté en France ne s'applique qu'ici. Or, ceux qui ont voté pour l'Europe sont en train de mettre en place une institution qui
promeuvra l'IVG dans les pays qui justement, n'en veulent pas. Donc, voter pour l'Europe implique également une responsabilité dans les futurs avortements qui auront lieu dans les pays où la
pression européenne aura vaincu les résistances locales...