Lisez-le

Publié le 28 Février 2008

Je ne peux que vous recommander de lire Tcherno et notamment, ce billet:

Je ne comprendrai jamais comment des gens qui se disent sinon nationalistes, du moins porteurs de la culture et des valeurs de l’Occident, peuvent s’approprier, même très partiellement, les idées sur lesquelles se sont fondés tous ceux qui souhaitaient voir l’Occident disparaître. Connaître Marx (ou la révolution française), c’est bien. En revendiquer l’héritage, ou déclarer explicitement qu’il est pertinent, c’est ni plus ni moins que se tirer une balle explosive et empoisonnée dans le pied.

A l’instar du vétérinaire de la mèmère au chien enragé, la droite nationale se rassure et tente de se persuader que le marxisme a du bon. Certes le caniche courra plus vite. Mais il vous empoisonnera à la moindre morsure. Certes, le marxisme peut rassurer quant à l’évolution de l’économie. Mais à la première occasion, c’est vous qu’il tuera, et non le capitalisme, car vous êtes une proie plus facile.

La “financiarisation” de l’économie est, sans aucun doute, préoccupante. Les dérives de la société de consommation le sont tout autant, de même que la pauvreté engendrée par le capitalisme. Mais est-il pour autant nécessaire de se référer à celui qui se considère comme votre ennemi ? Se référer au marxisme en matière d’économie est, pour la droite, aussi pertinent que se référer à l’islamisme en matière de mœurs : combien de fois a-t-on entendu des catholiques chanter les louanges de l’islam dur face au relâchement des mœurs et à la gaypridisation des esprits ?

Nous avons une culture multi-millénaire. De la Grèce à Rome, de Nazareth à Paris et jusqu’à Washington, l’humanisme fondamental de l’Occident a été forgé par plus de vingt-cinq siècles d’histoire. Nous n’avons pas besoin de Marx pour expliquer l’histoire. Nous n’avons pas besoin du Capital pour nous préserver de la “marchandisation” du monde. Connaître la culture occidentale, gréco-romano-judéo-chrétienne, en maîtriser les fondements, suffit largement pour se préserver non seulement de cette marchandisation, mais également du cancer marxiste et de la mainmise de l’Etat providence sur les esprits.


Ou encore sur l'affaire Fleury:

         Les étudiants ont annoncé qu’ils “perturberaient les cours du nouvel agrégé en lui rappelant à        chaque fois son passé”. Ils lui demandent “de renier ses engagements” passés au sein du GUD.

                                                                                                                                                    Source : le Monde.

 Oui, oui, vous avez bien lu : ça n’est ni plus ni moins qu’une séance d’autocritique que l’on demande à Benoît Fleury. Avec toutes les connotations historiques que cela comporte. Souvenons-nous de ce qu’a été en Chine la révolution culturelle : une histoire Fleury, puissance mille.

 

A inclure d'urgence dans votre lecteur de flux RSS.

 

 

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Entracte

Repost0
Commenter cet article

Bashô 04/03/2008 23:40

Peut-on lire et relire Marx sans être marxiste? Je crois bien que oui. Raymond Aron qui était libéral considérait Marx comme l'un des plus grands penseurs du XIX e siècle. A mon humble niveau, je partage son avis. Parfois, ses analyses sont extrêmement pénétrantes et plus que précieuses pour comprendre par exemple le fonctionnement des idéologies. Mais c'est vrai que je ne suis qu'un socialiste ;-)

Polydamas 04/03/2008 23:58

Il est évident que c'est un grand penseur, qu'il a proposé des concepts tout à fait pertinents, et réalisé des analyses très justes, mais qui ne sont pas toutes à prendre au pied de la lettre. Sauf qu'en ce qui concerne les solutions, je ne suis pas sûr qu'il faille l'écouter.Mais sinon, vous avez raison, faut que je songe à installer un pare-feu anti-socialiste... ;-)

Anastasie 03/03/2008 13:56

Tiens, à l'instant, dans la 2ème partie des "Grandes gueules " (RMC) un auditeur , Maxime ,vient d'intervenir sur le sujet ....et ,lui aussi a évoqué .....le "cas" Boudarel ;-) Les journalistes ont laissé dire ...mais pas développé ;-)...............

Anastasie 03/03/2008 11:55

Lu ce matin ,le "droit de réponse" de B.Fleury sur la page web de Libé .Je viens d'entendre une discussion" dans l"émission " Les Grandes gueules" de RMC avec interview d'un représentant des étudiants de Poitiers (à écouter sur le site ) ; ça vaut le détour .....Et soudain me revient en mémoire ;-) Boudarel ...,maître de conf. à Jussieu ,bénéficiant de la loi d'amnistie de juin 1966 .....Qui s'en est ému ,à l'époque ? Pourtant , l'"engagement " de M.Boudarel ...n'avait rien ,mais alors ,rien à voir !!!! avec ce qu' "ON" reproche à B.Fleury ......Voir l'excellente synthèse faite par " Hoplite" le 10/12/ 2006 sur le parcours de Boudarel ...

Dang 03/03/2008 11:23

L'affaire Fleury n'est pas sans rappeller l'affaire Boutang.Pierre Boutang, normalien, agrégé de philo, philosophe, auteur de nombreux ouvrages salués par la critique, était considéré comme un très grand intellectuel. Mais il était monarchiste, fondateur de l'hebdomadaire "La Nation Française". Je suppose qu'il avait dû soutenir Vichy puisque à la Libération il fut interdit d'enseignement. Rallié à de Gaulle en 1958 on aurait pu penser que ses ennuis étaient terminés, loin de là. Réintégré dans l'éducation nationale au début des années 60 après une décision du Conseil d'Etat, il fut nommé prof de philo aux lycées Marcel Roby et Claude Debussy. Il ne put jamais occuper son poste devant l'opposition militante des profs de ces deux lycées.

xyr 01/03/2008 10:59

C'est toujours la même chose, s'allier aux marxistes ou aux barbus pour améliorer les choses est un non-sens. Puisqu'une situation objectivement "meilleure", avec moins de consumérisme, moins de misère, n'aurait aucun intérêt dans un monde sans frontières ou dans une France de mosquées. Supprimer notre nation pour sauver son identité, c'est antinomique.