"A toi, qui n'es jamais né."

Publié le 30 Janvier 2008

J'ai été touché par ce texte qui, même si il a été écrit par quelqu'un qui se déclare toujours pro-choice, décrit extrêmement bien le choc de l'avortement. Et à côté de cette douleur, ce qui peut se passer à la Société Générale, on s'en fout pas mal.

Texte publié initialement chez Ladiesroom.

(...)

C’est mon bébé, je ne l’ai pas tué, je suis enceinte de 5 mois et maintenant c’est fini, je ne peux plus avorter, personne ne va me dire de tuer mon bébé. Et puis tout retombe d’un coup, parce que chéri, en moins de trois secondes, est sur Internet, pour voir quels pays pratiquent l’avortement à plus de cinq mois. Je le déteste.

(...)

Et je reviens dans l’hôtel, je me cache dans un des salons. Je vois tout le monde courir en bas pour me chercher dans la rue. Mon copain me trouve, il me gueule dessus. Qu’est-ce que je peux être gamine parfois qu’il me dit. J’ai dormi avec lui ce soir-là, et avec sa mère aussi, parce qu’elle ne connaît pas la mienne et veut rester avec son fils. Si seulement elles avaient su, toutes les deux, à quel point cette nuit-là j’aurais voulu pouvoir pleurer librement. Alors je pleure quand même, mais en silence, la main sur mon ventre, en chuchotant à mon bébé que tout ira bien.

(....)

Parce que je me rends compte que c’est dans la clinique de la mort que je me trouve. Où on ne tue pas que des bébés, mais aussi le dernier soupçon de bonheur que peuvent avoir toutes ces filles de mon âge. Qui pleurent elles aussi, avec une cigarette dans la main elles aussi, avec leurs parents stoïques à côté elles aussi. On me donne des cachets pour provoquer des contractions, je ne les prends pas. Je les recrache discrètement. Si je dois tuer mon bébé pour eux, au moins je ne les y aiderai pas.

(...)

On me dit que je peux, mais vite alors. Je cours dehors, je pleure, je supplie, je ne peux pas faire ça. Je le sens bouger, je veux rentrer à la maison, je trouverai un moyen. “C’est rater ta vie que tu veux ? Tu retournes là-bas et plus vite que ça”, qu’elle me dit. Je vois trouble, j’ai trop pleuré. Je regarde autour de moi. Personne ne me regarde, tout le monde pleure ici de toute façon. Alors j’y retoune, en tremblant, en serrant mon ventre aussi. On me fait me lever, on m’emmène au bloc. On me dit d’écarter les jambes, de compter jusqu’à trois.

Je me réveille. Je regarde mon ventre. Où est-ce qu’ils ont mis mon bébé? Il est où?

(....)

Mais je crois que le pire ce fût deux semaines plus tard, chez ma mère, dans la voiture. Qui me dit “Hier au marché, j’ai vu un nouveau-né. Et tu sais, même pour moi c’est dur de ne pas y penser”. Elle n’aurait pas été ma mère, je l’aurais tuée.

Trois ans plus tard, elle ne pleure plus. Mais moi, je ne peux toujours pas voir un nouveau-né sans penser au mien, qui ne naîtra jamais.

 
Edit:  A la demande de l'auteur, qui ne souhaitait pas voir son texte publié ici dans son intégralité, j'ai conservé les passages qui me semblaient les plus intéressants.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Pro-vie

Repost 0
Commenter cet article

Sandrine 14/02/2008 11:29

@Flo :Vous ne faites  pas dans la nuance. On a envie de vous demander pourquoi vous  n'aimez  ni la patrie, ni le travail, ni la famille...! si vraiment c'est le cas vous devez être plutôt malheureuse.A force de clichés on tombe dans l'absurde. mdrEt Flo,  cessez ce cliché éculé véhiculé par le planning, selon lequel on ne pourrait pas avoir un enfant et faire des études. C'est ridicule et archi faux.Il y a des femmes qui font des thèses avec des enfants en bas-âge fIgurez-vous.Je connais une fille qui a eu son bébé (non désiré) en mars et passé son bac S avec mention bien en juin.D'autre part je vois que Flo dit qu'un foetus ne peut pas hériter. Je lui conseille d'aller lire l'article 725 du code civil.Enfin il faut arrêter aussi avec les prétendues erreurs de pillule. Je vous le dis crûment (c'est tout ce que vous méritez) : si vous ne voulez pas d'enfant et que vous n'avez pas de contraception efficace, ne faites pas l'amour, surtout avec n'importe qui : c'est pas plus compliqué que ça ! ça vous évitera de verser après mais trop tard des déluges de larmes de crocodile.d'habitude je ne tiens pas cette sorte de langage mais là vous ne l'avez pas volé, désolée.A bon entendeur !...

Flo 08/02/2008 23:53

et désolée, mais les gens qui placent leur famille au dessus de tout, en y ajoutant des idées plutot conservatrices, ainsi qu'une passion pour leur patrie (c'est dans votre présentation..) me font penser a ce "slogan". oui je recoonais que c est abusé mais c'est comme ca

Polydamas 09/02/2008 02:45

En même temps, on peut aimer sa famille, sa patrie, et son travail, sans avoir envie de déporter les juifs, non ? Vous arrivez à faire cette nuance, ou pas ?

Flo 08/02/2008 23:45

ah, l'art de la mauvaise foi.. avant de critiquer, ayez au moins le bon sens de lire correctement..1- non, je ne parle pas uniquement de l'opposition à l'IVG pour des motifs religieux : jai envisagé l'option : "pour ceux, athées"..et meme si je reconnais qu'il y a effectivement de nombreux handicapés heureux, le simple fait qu'ils ne le soient pas tous ne mettent pas toujours la vie au dessus de tout... on ne donc justement pas dire que la vie est toujours preferable.. 2- oui, il existe des alternatives pour ne pas élever soi meme son enfant si on ne s'y sent pas prete... mais il ne faut pas oublier qu'il existe beaucoup d'enfants en attente d'adoption, et que rien ne garanti que le notre ne passera pas 18 ans dans un centre.. de plus, jai également parlé des changement subis par la grossesse : certaines femmes ne veulent pas etre enceinte,  l'adoption ne résout pas ce probleme.. qui se pose encore plus dans le cas de tres jeunes filles qui ont peur de la réaction familiale : on peut difficilement cacher longtemps un ventre de femme enceinte..   3- je parlais des sensations de l'embryon, non pas pour nier son droit a la vie, que je ne vous conteste pas, mais simplement parce que cet "argument" de la douleur de l'embryon est utilisé par les pro-vie pour culpabiliser les femmes.4-les priorités font partie de notre identité. tout le monde a les siennes, et celles de girli ne sont pas moins bonnes parce qu'elles ne sont pas conformes a votre facon de penser 

Polydamas 09/02/2008 02:40

Sur votre point 2, je n'envisage pas une seconde quelque chose sur l'avortement, sans une refonte complète des systèmes d'adoption. Et puis, à 4 ou 5 mois, dans le cadre des avortements tardifs, le ventre rond se voit également, ce n'est pas tout à fait un argument.Quant aux priorités que j'ai, oui, j'ai la faiblesse de croire que la formation, l'argent, ce n'est pas le plus important. Mais que voulez vous, je suis incorrigible...

girlizounette 08/02/2008 13:36

Je sais que vous êtes passé maitre dans l'art de lire entre les lignes, mais moi personnellement, je lis ce qui est écrit. Sachez ensuite que le code de la propriété intellectuelle s'applique à toutes les oeuvres de l'esprit, blog, journal, roman et peut importe quoi d'autre. Aucune distinction n'est faite, hormis pour les logiciels. Et depuis quand est ce que la pratique représente la loi? ils le font tous, ils sont tous hors la loi. Point final. Et c'est nous que l'on accuse de moutons....Vous ne faites pas une oeuvre et là est bien mon point. Les citations ne sont autorisées que si elles n'existent pas seulement par elle mêmes, mais font partie intégrante d'un autre texte, qui par ailleurs ne se base pas majoritairement sur des citations.Désolé mon cher Poly, appelez un avocat si vous ne me croyez pas, mais vous etes bel et bien hors la loi sur ce point. Quant à porter plainte, j'ai bien autre chose à faire. je me renseignerais tout de même pour votre information, ayant un professeur de droit justement spécialisé dans les droits d'auteur. Si il existe un moyen rapide de vous faire enlever ces citations, croyez bien que je le ferais. Je ne vous trainerais pas au tribunal, ne vous inquietez pas. Gardez juste en tête que je le pourrais, et que vous perdriez. Avoir tort et en plus se permettre de faire des petites blagues du genre "c'est beau l'innocence" je trouve, résume très bien votre attitude. Quand l'on ne sait pas de quoi l'on parle et que l'on est en plus dans le tort, eh bien... on devrait vraiment se taire.

Polydamas 08/02/2008 13:42

:-)

girlizounette 08/02/2008 12:19

2 choses. Premièrement, Poly, vous ne connaissez donc rien de rien au système d'adoption français, qui se fait sous couvert du secret de tous les partis. Une mère ne pourra jamais voir, obtenir les coordonnées ou une quelconque information sur la famille adoptante de l'enfant. Nous ne vivons pas aux Etats Unis, je vous rappelle.De 2 concernant ces fameuses citations....3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source :   a) Les analyses et courtes citations [3] justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées ;   b) Les revues de presse ;   c) La diffusion, même intégrale, par la voie de presse ou de télédiffusion, à titre d'information d'actualité, des discours destinés au public prononcés dans les assemblées politiques, administratives, judiciaires ou académiques, ainsi que dans les réunions publiques d'ordre politique et les cérémonies officielles ;   d) Les reproductions, intégrales ou partielles d'oeuvres d'art graphiques ou plastiques destinées à figurer dans le catalogue d'une vente judiciaire effectuée en France pour les exemplaires mis à la disposition du public avant la vente dans le seul but de décrire les oeuvres d'art mises en vente.[4]  e) La représentation ou la reproduction d'extraits d'œuvres, sous réserve des œuvres conçues à des fins pédagogiques, des partitions de musique et des œuvres réalisées pour une édition numérique de l'écrit, à des fins exclusives d'illustration dans le cadre de l'enseignement et de la recherche, à l'exclusion de toute activité ludique ou récréative, dès lors que le public auquel cette représentation ou cette reproduction est destinée est composé majoritairement d'élèves, d'étudiants, d'enseignants ou de chercheurs directement concernés, que l'utilisation de cette représentation ou cette reproduction ne donne lieu à aucune exploitation commerciale et qu'elle est compensée par une rémunération négociée sur une base forfaitaire sans préjudice de la cession du droit de reproduction par reprographie mentionnée à l'article L. 122-10. Je vous présente le code de la propriété intellectuelle. Vous rentrez dans le petit a) il me semble.Et je vous présente la courte citation dans le droit français: La citation doit être brève, tant par rapport à l'œuvre dont elle est extraite que par rapport au nouveau document dans laquelle elle s'insère. Ce qui veut donc dire que les citations doivent etre courte certes, mais courtes parrallèlement à ce dans quoi vous les insérez. Elle implique que le nom de l'auteur, son copyright et le nom de l'œuvre d'où elle est extraite soient cités, de façon à respecter le droit moral de l'auteur. Dans le cas d'un extrait de livre, le titre, l'éditeur, la date de publication doivent également être mentionnés.La citation ne doit pas concurrencer l'ouvrage original et doit être intégrée au sein d'une œuvre construite, pour illustrer un propos. La citation en outre doit plutôt inciter le lecteur à se rapporter à l'œuvre originelle.  Votre post, oeuvre construite? Il me semblait bien pourtant que ce n'était que mes citations acccompagnés de votre introduction.

Polydamas 08/02/2008 13:09

Concernant le système d'adoption, je parlais idéalement, bien évidemment que dans notre société, pour le moment, ce n'est pas possible, apprenez à lire entre les lignes.Et vous me parlez ici des règles s'appliquant au journalisme, pas aux blogueurs, dont les techniques sont différentes (allez voir un peu tout ce qui se fait sur les blogs, vous verrez que les brèves citations constituant l'essentiel d'un post sont monnaies courantes). Et jamais je n'ai dit que je faisais une "oeuvre", je ne fais que signaler à mes lecteurs ce texte qui vaut la peine d'être parcouru (si vous souhaitez vraiment qu'il apparaisse nulle part, il faut le supprimer de LR).C'est beau l'innocence... :-)