C'est de la faute aux spéculateurs.

Publié le 16 Octobre 2007

On va croire que je m'acharne, mais le dernier billet de Plunkett mérite d'être clarifié.

Patrice de Plunkett affirme la chose suivante, en citant cet article du Monde, et en soulignant tout les termes désignant les spéculateurs:

Comment (dys)fonctionne le système financier global

Les fondamentaux restent essentiels (sous-investissement créant des tensions sur l'offre, hausse de la demande, accroissement des coûts d'extraction, crises politiques, goulots d'étranglement dans les raffineries), mais la responsabilité des spéculateurs est croissante depuis que le pétrole est devenu un actif sur lequel ils se jettent goulûment ou qu'ils revendent rapidement.

Comment expliquer autrement que le baril soit tombé de 80 à 50 dollars entre août 2006 et janvier 2007 pour remonter à plus de 80 dollars aujourd'hui ? Ancien président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan reconnaît que, dès 2004, les fonds spécultatifs et les investisseurs institutionnels, persuadés que l'effet de ciseau entre le sous-investissement pétrolier et la hausse de la demande ferait flamber les cours, ont contribué au renchérissement des prix. Il est de plus en plus risqué de lire dans le marc de pétrole.

Au passage, on oublie de faire part que les spéculateurs n'ont pas attendu 2004 pour investir le marché des matières premières, que le décollage économique de la Chine, et surtout son impact sur ce marché s'est particulièrement accru et renforcé à ce moment-là. Mais bon, les spéculateurs sont la cible facile. Et pourtant, ils ne se lèvent pas chaque jour que Dieu fait, en se disant, "Tiens, je vais me faire le pétrole, je vais le faire chuter de 10%", ça ne marche tout simplement pas comme cela, ce n'est rien d'autre qu'un fantasme.

Concernant le second semestre 2006, il est très simple d'expliquer la baisse des cours du pétrole, par l'hiver 2006-2007, qui a été l'un des plus doux de ces cinquante dernières années, (Patrice de Plunkett devrait le savoir, lui qui a fait du réchauffement climatique, un de ses combats), et ce, dans tout l'hémisphère nord, et bien évidemment, aux Etats-Unis.

En fait, les compagnies pétrolières et energétiques, avaient anticipé, dans une stratégie de bon père de famille, un hiver froid, nécessitant de nombreux stocks de pétrole, ce qui avait tiré logiquement la demande, donc les prix. En effet, la consommation de pétrole à destination des voitures est à peu près stable tout au long de l'année, ce qui fait la différence en hiver, c'est le chauffage à destination des ménages (d'autant que la production électrique d'appoint, en cas de forte demande, turbine également au pétrole).

L'hiver arrivé, voyant que les stocks étaient pleins, et ne risquaient pas de baisser, la température hivernale étant très haute, le marché s'est naturellement orienté à la baisse, la consommation étant beaucoup moins forte que prévue. Aucun spéculateur, si gros soit-il, n'a la taille suffisante pour manipuler et emporter avec lui un marché de la taille de celui du pétrole, le plus gros marché de matière premières de la planète. Aujourd'hui, les cours sont à leur plus haut, ce qui se comprend aisément, vu que les tensions s'accumulent en Iran, et que les Russes commencent à montrer les dents.

Car ce que Plunkett, et les autres journalistes, oublient de signaler, ou plus probablement ne savent pas, c'est que le marché à terme (c'est à dire un contrat échangé sur une quantité donnée, pour un prix donné, pour une date donnée), est étroitement corrélé au marché spot, le marché entre les producteurs et les industriels (c'est à dire le pétrole qui change réellement de main toutes les secondes).

Les spéculateurs, sur les contrats à terme, contrats qui ne sont finalement rien d'autre que des promesses de vente ou d'achat, ne peuvent modifier les cours qu'à la marge, 5-6% tout au plus. Mais ils ne peuvent en AUCUN CAS, créer une tendance qui aboutit aux montagnes russes sur plusieurs mois, que l'on connait aujourd'hui avec le pétrole. On pourrait schématiser en disant que les spéculateurs ne font que surfer sur la vague, ils ne peuvent pas créer cette même vague.

On n'oubliera pas de noter que dans un autre article, le même journaliste du Monde, dans un article que Plunkett omet de citer, signale la chose suivante:

Les analystes, qui ont depuis des années sous-estimé la hausse des cours du pétrole (Le Monde du 16 octobre), n'hésitent plus à envisager un baril atteignant des pics de 100 dollars dans les prochains mois. Le baril devrait même être à ce niveau pour compenser la baisse du dollar, a récemment déclaré Abdallah Al-Attiyah, le ministre de l'énergie du Qatar.

En fait, même si les cours du pétrole ne cessent de flamber, en dollars constants (c'est à dire si l'on exclut l'impact de l'inflation), le prix du baril de pétrole reste inférieur à ce qu'il a été lors des deux chocs pétroliers, car dans le même temps, RAREMENT les cours du dollar n'ont été aussi faibles...

Ce qui veut dire que la hausse du pétrole n'est qu'un rattrapage de la valeur dollar. Ajoutez à cela les tensions géopolitiques à la frontière irako-turque, et vous pouvez oublier les vilains spéculateurs mangeurs d'enfants, comme cause principale de la flambée des prix du pétrole.

Conclusion: rien à signaler, le système fonctionne parfaitement, le prix ne fait rien d'autre que traduire, et anticiper, les forces en présence et les événements géopolitiques ou météorologiques.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Finance

Repost 0
Commenter cet article

Passant 03/01/2008 13:46

Hier Soi (Mercredi 2 Janvier), je zappais et je tombe sur le "Soir 3", avec un invité, un expert à moustache (ça vous pose un 'expert, une moustache).Pour lui, il n'y avait aucune réelle raison économique sérieuse qui justifie l'augmentation du prix du pétrole, et il a même ajouté que cette évolution dangereuse des cours était en bonne partie due à l'inaction de l'OPEP qui refusait de jouer son rôle de régulateur.Puis, autre sujet, un autre expert (rasé et sans moustache), qui nous parle avec le sourire de la "démocratie" au Pakistan.

Sampiero 18/10/2007 19:32

Autant pour moi, désolé pour le HS..;-)

Sampiero 18/10/2007 18:13

Au contraire, le "Georges" s'est très bien défendu, et phiconvers n'a pas tenu 3 posts.

Polydamas 18/10/2007 18:54

Je crois qu'Amelie parle de mon article, non pas des commentaires précédents...

amelichan 18/10/2007 10:33

ahahahah tu l'as bien tué ! j'adore.....très bon article!

phiconvers 17/10/2007 07:51

Tes dadas ne me posent aucun problème, au contraire ! A l'occasion, je débattrai d'ailleurs sur ces sujets avec toi.Je te disais, en fin de commentaire, que j'étais fatigué. De fait, j'ai oublié de te signaler le blog en question !http://stanechy.over-blog.comC'est à vomir de propos doucereux et dangereux.