A voir

Présentation - Contact


Le suaire de Turin

Le cri silencieux



 



Le coin catholique:


Le coin des médias:
 

Flux Netvibes

27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 12:17

Après la Vie des Autres, voici un autre film sur les horreurs communistes, cette fois durant la seconde guerre mondiale. C'est la première fois, à ma connaissance, que le cinéma ose s'attaquer à cette icône que représente l'Armée Rouge de la Seconde Guerre Mondiale. Je n'ai pas encore trouvé de date de sortie en France. En attendant, voici la bande-annonce.




Voici l'article que le Monde a publié sur le sujet.
Ce film, le cinéaste polonais Andrzej Wajda l'appréhendait autant qu'il le désirait. Il s'était fait la promesse intime de le réaliser, il y a des années. A 81 ans, il vient enfin d'accomplir ce qu'il appelle "un devoir" : porter à l'écran l'histoire de sa vie et un pan de la mémoire polonaise contemporaine, le massacre de Katyn.

En septembre 1939, 22 000 officiers polonais sont faits prisonniers par l'Armée rouge, qui vient d'envahir la Pologne, en vertu du pacte de non-agression germano-soviétique Ribbentrop-Molotov. En mars 1940, Staline donne l'ordre de les fusiller : 4 410 d'entre eux disparaissent dans la forêt de Katyn, près de Smolensk, dans l'Ouest russe. D'autres charniers seront découverts ailleurs. Cette hécatombe à huis clos a longtemps été maintenue secrète.

Andrzej Wajda a dédié Katyn à ses parents. A son père, Jakub, capitaine au 72e régiment d'infanterie, mort à Katyn. A sa mère, Aniela, qui "s'est nourrie d'illusions jusqu'à sa mort, car le nom de mon père figurait avec un autre prénom sur la liste des officiers massacrés", a-t-il confié, mercredi 12 septembre, à l'avant-première de son film, à Varsovie. Pourtant, ce long métrage n'est "ni une quête personnelle de la vérité ni une bougie funéraire posée sur la tombe du capitaine Jakub Wajda", se défend le cinéaste. (C'est un point de vue que je trouve étonnant, comme si en faisant ce film, il ne souhaitait pas qu'on se rappelle de son père, j'ai un peu l'impression qu'il craint de remettre clairement en cause les communistes)

Le film s'ouvre la journée du 17 septembre 1939. Sur un pont, deux foules de civils polonais se croisent, s'entrechoquent en sens inverse : l'une fuit l'Armée rouge, l'autre la Wehrmacht. Dès les premiers plans, Andrzej Wajda donne le ton en cadrant une femme paniquée, à la recherche de son mari, un officier de l'armée polonaise.

Car, à la surprise générale, Katyn n'est pas un film sur les officiers, mais sur leurs épouses, leurs mères ou leurs soeurs restées en Pologne, coupées de la vérité puis soumises à la censure. Les personnages centraux ne sont pas à chercher parmi les gradés en uniforme, mais chez leurs femmes, à travers le drame qu'elles vivent dans leur foyer de Cracovie. D'ailleurs, Wajda n'a pas attribué de nom de famille à ses officiers. Le capitaine de cavalerie Andrzej, le lieutenant Jerzy, le lieutenant "Pilot" ne sont au final que des archétypes.

Le film est pétri de métaphores, qui portent la griffe d'Andrzej Wajda, celles qui l'ont fait connaître dès Kanal (1957) ou Cendres et diamants (1958) : un christ baroque couché à terre, parmi les blessés de guerre, et caché sous la cape d'un officier ; deux soldats de l'Armée rouge qui déchirent le drapeau national polonais bicolore et se servent de la moitié rouge en guise de fanion soviétique ; une plaque funéraire brisée pour avoir affiché l'indicible sous le régime communiste : "Tué à Katyn en avril 1940."

Il y a surtout cette scène finale, une apothéose de réalisme, détaillée sans jamais virer au pathos. On y voit l'exécution méthodique, à la chaîne, minutieusement orchestrée par le NKVD, la police secrète de Staline, des 4 410 officiers de l'armée polonaise en avril 1940, dans la forêt de Katyn. Des agents soviétiques tirent machinalement, à une cadence soutenue, une balle de revolver Walther dans la tête des officiers. Les victimes s'effondrent, leurs corps jetés dans les fosses communes. Puis vient le ballet des bulldozers qui défoncent le sol et recouvrent les cadavres.

Dans les salles polonaises à partir du 17 septembre, date toute symbolique - celle du début de l'invasion de la Pologne en 1939 par les troupes soviétiques, seize jours après la Wehrmacht -, la dernière oeuvre de Wajda est une première. Aucun metteur en scène polonais n'avait réussi à porter ce chapitre sombre de l'histoire à l'écran. Pour s'assurer du succès, Andrzej Wajda a confié les images à Pawel Edelman, chef opérateur du Pianiste, de Roman Polanski, et la musique au compositeur Krzysztof Penderecki. Le scénario s'appuie sur le roman d'Andrzej Mularczyk, Post mortem.

Salué par une grande partie de la presse, le dernier film de Wajda n'échappe pas à la critique. On lui reproche d'escamoter l'Histoire en ne faisant que survoler le destin des officiers polonais qui ont pu survivre à Katyn par la promesse, imagine-t-on, de servir la propagande soviétique. Il y a aussi la critique mordante de l'hebdomadaire Newsweek qui, dans son dernier numéro, fustige "la sortie la plus attendue de la saison" comme "la célébration d'un mythe national et un échec artistique".

Sans oublier la réaction d'un spectateur, mercredi lors de l'avant-première, apostrophant Andrzej Wajda : "Avec Katyn, vous laissez entendre que si vous n'aviez pas menti sur la mort de votre père à Katyn, vous n'auriez pas pu entrer à l'université sous le régime communiste et que l'école polonaise du film n'aurait jamais existé ?" Agacé, le cinéaste s'est dérobé. "Permettez, monsieur, que je confesse mes péchés plus tard, et devant une autre audience", a-t-il sèchement répondu.

Le film relance surtout le débat public sur le massacre des officiers, à un moment où la Pologne tente toujours de recomposer son passé. A ce jour, on ignore toujours le sort de 7 000 soldats et officiers polonais disparus après avoir été faits prisonniers par l'Armée rouge en 1939. L'Allemagne nazie avait mis au jour certains charniers après la rupture du pacte Ribbentrop-Molotov et l'invasion de l'URSS en 1941. Mais les noms des premiers officiers retrouvés dans le charnier de Katyn n'avaient pas été révélés avant 1943.

Quant au massacre lui-même, il avait été récupéré par la propagande nazie, qui accusait Moscou de ce massacre, puis par les Soviétiques, qui en rejetaient la faute sur Berlin. Il fournit l'occasion de rompre les relations diplomatiques de l'URSS avec le gouvernement polonais en exil à Londres.

Il a fallu attendre 1990 pour que le régime soviétique finissant admette, par la bouche de Mikhaïl Gorbatchev, sa responsabilité, tout en évitant de parler de "crime contre l'humanité, imprescriptible", comme le demandait Varsovie. En 1992, Boris Eltsine avait remis aux autorités polonaises un document d'archives prouvant formellement l'implication des autorités soviétiques dans le massacre. Aujourd'hui, le travail de mémoire est inachevé : il bute sur la décision, prise par Moscou, en 2005, d'interdire l'accès aux dossiers concernés.

De son côté, la Pologne aura attendu soixante-sept ans pour voir le massacre de Katyn porté à l'écran. "Ce film n'aurait pas pu voir le jour avant. Ni en Pologne communiste, soumise à la censure, ni à l'étranger, qui s'est désintéressé du sujet", a conclu le réalisateur.

Avec Andrzej Wajda, Katyn vient enfin de prendre place dans le septième art. "Ce n'est que le premier. D'autres films suivront", a prédit le metteur en scène.

On l'espère bien...

Partager cet article

Published by Polydamas - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Dang 28/09/2007

Oui on espère bien que tous les crimes et mensonges de l'époque soviétique seront un jour révélés, commentés. Je suis allé en Pologne du temps des communistes et il était impensable de parler de Katyn. Je n'aurais d'ailleurs pas imaginé à l'époque voir la chute du mur de Berlin et visiter un jour à Prague une exposition sur le goulag ou assister à une commémoration pour les victimes du communisme à Riga. Tout cela va dans le bon sens. Seule ombre au tableau : le durcissement, la crispation, constatés en Russie. J'ai vu une manif communiste à St Pétersbourg qui avait réuni moins de cent personnes. C'est rassurant, sauf que dans le même temps les gens recommencent à ne plus vouloir parler de cette période, et cela est un mauvais signe.

Anastasie 28/09/2007

Le film devrait bientôt sortir puisque cela fait quelque temps qu'il est annoncé ...Il faudra peut-être "corriger" quelques pages des manuels scolaires ....Un peu de "vérité" qui sort de l'ombre .....Bon signe !

http://milicz-wroclaw.skyblog.com 31/10/2007

J'ia hâte de voir ce film.Il sortira en France c'est sûr^^c'est déjà ça

jean noel 05/03/2008

Bravo pour cet articlePourquoi ce film ne sort-il pas en France? c'est invraissemblable, à l'heure ou la shoa ne se dissimule plus, à l'heure ou notre chef d'état veut faire porter le poids des milliers d'enfants juifs assassinés par le nazisme sur des épaules innocentes, à l'heure de cette nouvelle Europe qui se veut libre, y a t'il une censure? aurait-on encore peur de nos erreurs de jugements hatifs concernant la responsabilité allemande sur ce sujet (Nurenberg)S'agit-il juste d'un retard commercial ou d'une réelle volonté politique.....A quand le film en France! A quand!

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog