Les Français ? Des souchiens.

Publié le 2 Juillet 2007

Houria Bouteldja, de l'organisation les Indigènes de la République s'exprime, dans l'émission de Vendredi dernier, Ce soir ou jamais, où elle est fréquemment reçue.



Des sous-chiens.

Vous avez bien entendu, pour la charmante Houria, nous sommes des souchiens.

Pour ceux qui auraient mal compris, je mets la transcription: ""Il faut rééduquer le reste de la société... La société occidentale (elle parle des Français non immigrés, NDRL)... Nous on les appelle les « sous-chiens » — parce qu'il faut bien leur donner un nomles blancs »."

Voici ce que les blancs, et a fortiori, les Français, sont pour les Indigènes de la République.

Des

Sous

Chiens

Répétons-le encore une fois afin de nous convancre de la médiocrité de notre condition.

Les Français sont des souchiens, ou des sous-chiens, peu importe comment vous l'écrivez.

Nous sommes des souchiens.

Imprégnons-nous de ce sentiment, de ce sentiment d'être plus bas que terre, car telle est le seul état que nous méritions.

N'oublions pas une chose, dans la culture arabe, mais surtout dans nos cités, le chien est l'animal le plus méprisé et le plus détesté. En effet, pour le Coran, le chien est l'animal le plus impur qui soit, et ce, même si dans certains pays arabes, il s'agit de l'animal familial par excellence.

En France, dans certains quartiers, le chien représente bien l'abomination de la désolation, un niveau plus bas que terre. Voilà donc ce que représente les Français pour Bouteldja, disons-le: des sous-merdes. Et en plus, il faut nous REEDUQUER, parceque nous n'avons pas compris dans quelle misérable condition nous évoluions.

Peut-être faut-il comprendre des "des souchiens" en référence aux Français de souche ? C'est certainement l'excuse que cette personne ne manquera pas de soulever.

Oui, et alors ?

Comment ne peuvent-ils pas voir la double interprétation qu'il est possible d'avoir d'un tel propos? Comment peut-on se permettre d'utiliser des termes pareils dans la France d'aujourd'hui, qui n'est-ce pas est tolérante et ouverte sur le métissage ?

En outre, nous savons que, selon les Indigènes de la République, la seule chose qui puisse définir un Français est sa carte d'identité, rien d'autre.

Culture ? Religion ? Mode de vie ? Habitudes ? Coutumes ? Traditions ? Sentiment d'appartenance ?

Que dalle !

Rien de tous cela n'existe, c'est aussi simple que cela.  Même l'histoire de France doit être revue selon ce nouveau paradigme. Pour Bouteldja, j'en avais parlé ici, il faut DENATIONALISER l'histoire de France.

Le grand rêve soviétique à l'ouvrage.

Rien ne justifie que l'on mette une culture particulière sur un piédestal. Les immigrés ont construit la France, les malheurs du monde viennent des Occidentaux, il serait temps que nous autres, Français, le regardions en face, et en demandions pardon à ces hommes, les vrais, eux, qui ont été suffisamment généreux pour nous prodiguer toutes leur largesses.

Inutile de rappeler que quiconque aurait tenu un langage similaire à base d'insultes racistes bien connues, à l'égard de ces communautés, ces chances pour la France, aurait été immédiatement trainé devant les tribunaux et aurait subi l'acharnement médiatique, comme il se doit. Devedjian s'est récemment officiellement excusé pour un propos grossier qu'il avait tenu devant caméra.

Mais dans le cas de Bouteldja, rien ou presque.

A nous, donc, de rétablir l'équilibre.

Faites passer la vidéo....

Merci à Hoplite

PS: A lire la réaction du journal Marianne.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost0
Commenter cet article

Louarn 27/10/2007 07:07

Sais-tu qui tu es toi qui te nommes Français ? Que veut dire Français face à l'histoire ? Pas la petit histoire ducon, l'Histoire, celle qui est discutable, emblématique, marginale, atroce, honteuse, .....quand la France se parera-t-elle des idéaux qu'elle idéalise et promeut ?

Polydamas 27/10/2007 13:30

Mais les idéaux de la France, je m'en fous complétement, ils n'ont aucune légitimité à mes yeux...

cilia 18/08/2007 23:24

"Il n'y a qu'une seule communauté qui compte, c'est la communauté nationale". Tu me parles d'un vaste complot, je n'ai pas la prétention de juger si tu as raison ou tort.Ce que je connais en revanche, c'est ce que j'ai vécu. J'ai grandi dans une cité de banlieue parisienne, ce n'était pas la pire, ce n'était pas la meilleure.Mais ça m'a forgé certaines convictions. Entre autres, que cet héritage que nous ont laissé des irresponsables à qui, je le confesse, dans mes moments d'excès, il m'est souvent arrivé de rêver pouvoir faire des procès pour crimes contre l'humanité, cet héritage donc, ne peut être refusé, et donc la situation s'arranger que si on est juste et lucide dans nos jugements et nos actions.Et sur ce sujet en particulier, j'ai, pour simplifier, l'impression que l'extrême gauche nous a foutu dedans, et l'extrême droite, in fine, nous y maintient.Je ne cherche en aucun cas à te convaincre, et peut-être même que je ça me touche trop pour que je sache bien m'exprimer.Le problème, c'est que, pendant que l'on passe tout ce temps à se battre entre un irréalisme et un autre, c'est la réalité qui trinque ! Et tous ceux qui hélas, n'ont pas le choix de vivre ailleurs qu'en son sein.

Polydamas 19/08/2007 01:40

Je ne te dis pas qu'il y a un complot, je pense juste qu'il y a unanimité sur la question, à savoir l'importance de la mixité culturelle, ce sur quoi j'ai un (gros) doute. La mixité culturelle, elle a produit des guerres civiles...Je pense sérieusement qu'il y a des populations plus assimilables que d'autres. Que l'immigration musulmane est d'une toute autre nature que celle que l'on a pu connaitre par le passé, que le djihad existe bien, et que les plus extrémistes emporteront le morceau et leurs frères avec eux.Je pense également qu'on n'a pas le droit de se laisser submerger par l'immigration, que la nationalité s'hérite ou se mérite, et que les clandestins doivent être renvoyés chez eux, par charters entiers. On peut et on doit poser des barrières autrement plus imperméables que les passoires qui nous servent de frontière.Parcequ'à ce rythme, la démographie des nouveaux arrivants étant généralement plus importante que celle des nationaux, il ne faudra pas beaucoup de temps avant que le pays n'ait plus grand rapport avec ce qu'il a été par le passé.

cilia 18/08/2007 00:29

@Polydamas,Les propos de cette femme me...Non, en fait, je n'ai même pas une minute à consacrer à cela...Et en plus, j'aime bien les chiens !En revanche, je suis intriguée de constater que tu ne parles pas de l'intervention de son contradicteur.En vrac : '" s'éduquer tous; il n'y a qu'une communauté qui compte, c'est la communauté nationale; agir pour passer de la spéculation à quelque chose de réel; le début détermine la fin; en simplifiant ça et en ramenant ça à des personnes, on enlève la complexité; la notion de débats contradictoires"Ce n'était peut-être pas de la grande littérature, mais, ça a raisonné en moi, comme un discours emprunt de pondération, d'intelligence et de réalisme.Je ne suis guère amatrice de rap. J'imagine donc que je n'aurai pas l'occasion d'entendre ses 'créations'. Mais, pourquoi ne pas du tout y avoir fait allusion ? Et pourquoi ce "dans le panneau mon brave" de spqr ?

Polydamas 18/08/2007 20:23

SPQR n'a pas tort.C'est l'éternet coup des deux flics dans les films policiers. Pour faire avouer un accusé, pour lui endormir sa méfiance, on fait paraitre deux flics, un hyper sadique et violent et un autre "gentil" qui va tirer les vers du nez de l'accusé, grace à la peur suscitée par le premier.Ici, c'est un peu la même chose, car le discours de Bouteldja n'est qu'une pilule pour faire passer celui du rappeur, même si aucun des deux n'en est probablement conscient.Car le discours du rappeur reste centré sur le multiculturalisme et l'égalitarisme, il n'y a pas de primauté de la culture du pays dans lequel il vit. Bouteldja veut détruire cette culture, le rappeur veut la transformer par la mixité culturelle. Désolé, mais aucune de ces deux options ne me convient...

CCRIDER 29/07/2007 17:07

Les sous-chiens aboient et la caravane passe...

Domy 10/07/2007 01:29

Je suis désolée, Bertrand, mais les "Français de souche", depuis deux mille ans, on les appelle Français. Pourquoi tout d'un coup ne seraient-ils plus Français que de souche ? Pour les différencier des Français d'origine arabe, africaine ou chinoise ?Leur haine pour les Français se traduit bien par le surnom insultant qu'ils leur ont donné : "souchiens",  jeu de mot avec "sous-chiens", qui traduit le racisme des gens soi-disant antiracistes, mais les plus racistes qui soient, et en plus totalitaires, ce qui amènera forcément une guerre civile ethnico-religieuse, car viendra un temps où les Français ne se laisseront plus faire et les expuseront pour retrouver la liberté de parole qu'ils n'ont plus à cause d'eux !