Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A voir

Présentation - Contact


Le suaire de Turin

Le cri silencieux



 



Le coin catholique:


Le coin des médias:
 

Flux Netvibes

6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 12:27
Cette vidéo sur l'avortement est proprement insoutenable.

Ne laissez pas les personnes sensibles et les enfants  la regarder.

Mais le plus insupportable n'est pas cette vidéo, mais bien ce que l'on fait subir à ces bébés.




Les images compilées ici ne sont pas toutes françaises, mais montrent l'avortement dans ce qu'il a de plus crû, de plus réaliste partout sur la planète. Il est temps d'ouvrir les yeux sur cette boucherie...

Merci à Catholique TV et à Sam Lowry.
 

Partager cet article

Published by Polydamas - dans Argumentaires
commenter cet article

commentaires

anonyme 01/08/2009

et puis pinailler sur le fait que le bébé a 8 ou 24 semaines, franchement, qu'est-ce que ça change? qu'on vous massacre à 10 ans ou à 18, ou à 32, est-ce que vous êtes sûrs que c'est si différent? Le bébé de 6 semaines avec un cerveau moins formé, il a quand même assez de capteurs pour faire une psychose à 40 ans si sa mère a été agressée à cette période, ou si ses parents se sont séparés, la science aujourd'hui le prouve largement!en plus, en France, les bébés handicapés (et 95% des trisomiques) sont avortés jusqu'au 9ème mois, et même après la naissance si on a pas vu le handicap avant (véridique! ils font une piqûre dans le cordon dans les jours qui suivent, et ce n'est pas rarissime).Il y a des nazis qui n'auraient pas osé faire ce qu'on fait aujourd'hui!

Bernard 15/12/2009


Après ça, on peut dire qu'Auschwitz et Dachau ce n'est pas fini, cela se répète à une cadence infernale. Ces images sont comparables aux fosses de cadavres ouverts dans les camps de
concentration.
L'avortement est devenu aujourd'hui ce que l'esclavage était sous l'antiquité vu à notre regard: la honte de ce siècle.
Non, nous ne vivons pas dans une société juste, nous vivons dans une dictature, une dictature mondiale, où la mode et l'appétit de consommation et les idées reçue du dogmatisme socialistes sont
bien plus efficace qu'une simple répression.


Anonyme 20/12/2009


si l'avis d'une personne qui a avorté intéresse les pro-choice, moi au planning, ils avaient (à l'époque) l'obligation de m'informer de mes droits (notamment alloc de 3000F par mois (450 euros) +
alloc logement, etc) et ils ne l'ont pas fait, alors que je ne venais pas pour avorter; mais pour moi, le titre, ça voulait dire qu'ils aidaient à plannifier des trucs.
depuis, ils ont même obtenu de ne pas être obligés de nous informer de nos droits: si quelqu'un veut m'expliquer en quoi ca, ça nous aide à "choisir"!

Bref, je venais demander si j'étais enceinte et ce que je pouvais faire;
eux, (la psy) m'ont dit , textuellement, "Ah oui, vous êtres étudiante, vous ne pouvez pas le garder!", c'est tout, pas un mot de plus. C'était FAUX: je pouvais le garder, et ils le savaient, mais
je ne m'en rendais pas compte, je ne connaissais rien à l'aide sociale. Et puis après, on est sur des rails, on nous demande pas notre avis, à leurs yeux, on est rien.

Ce sont pas des pro-choice, ils ont déjà fait le choix A LA PLACE des filles, et c'est pour ça qu'ils empêchent les autres associations
d'être présentes, parce qu'ils ne veulent PAS que les filles gardent leurs bébés! Ils ne proposent rien d'autre. Ils sont dans leurs fantasmes à
eux, et ils croient qu'on est comme eux. C'est des malades, les gens qui travaillent dans ces centres, c'est tout des gens qui ont des problème avec leur identité, il faudrait faire des
enquêtes!
Et un mépris, c'est incroyable, quand on a fait tout ce qu'ils vous ont conseillé, ils vous regardent comme une pauvre conne!

Non, n'allez pas défendre ces gens là si vous ne les connaissez pas;
Laissez d'autres associations être en concurrence avec eux, laissez les filles être informées dès 15 ans des méthodes naturelles, il y en a qui ne veulent pas prendre la pillule pour coucher avec
un garçon une fois tous les 6 mois ... ou pas, ça se comprend! la méthode Billings, même si elle est mal employée, ça diminuerait déjà de 80% les grossesses non désirées, et ce serait toujours ça
de moins. Et puis aider les filles à dire non, quand elles ne veulent pas ou ne peuvent pas, sans avoir peur! En Afrique, les campagnes efficaces sont celles qui disent "un vrai homme sait
attendre", et "une vraie femme sait attendre et resister aux pressions" (sida passé à 6-7% au lieu de 15% dans les pays pro préservatifs): voilà le message qui peut nous aider, à 14 ans, pas de
dire "oh! tu n'as pas eu d'expériences? mais il faut absolument en avoir!" N'importe quoi!

Laissez les filles se gérer, mais donnez leur en les moyens, arrêtez de décider à leur place; Si on peut passer une année en Australie pour apprendre l'anglais, on peut aussi accueillir un bébé et
le confier à une nourrice chaque matin comme n'importe quelle personne qui travaille; j'ai 2 amies qui l'ont fait, elles ont mieux réussi leurs études que les autres de leur classe, parce que le
soir, elles étaient pas dans les bistrots à se bourrer la g. avec les copains, elles étaient chez elles, elles couchaient leur bébé et elles bossaient. C'est pas de la science fiction!

(je regarderai la vidéo une autre fois, mais merci infiniement de la mettre là; un copain m'avait parlé d'une vidéo comme ça et je voulais en voir une depuis longtemps, pour me rendre compte; je
crois que c'est nécessaire, je n'ai toujours pas retrouve la vie en moi, je suis toujours dans une sorte d'anesthésie,
...ça fait 25 ans!)


Florent 06/12/2010



Laissez moi rire, je sais pas ou vous avez tiré ca mais la medecine a évolué mes loulous, avec rangez votre sel de table !



Etrebil 29/12/2010



Bonsoir,


Ces prises de positions, pour ou contre l'avortement, me font dresser les cheveux sur la tête. Il n'y a pas, ni à être pour, ni à être contre. Il y a des circonstances. La vie elle même est une
circonstance.


Oui l'avortement dans bien des cas est ignoble, mais pas dans tous les cas et il faut bien distinguer un embryon d'un foetus, ce n'est pas du tout la même chose.


La vidéo ne fait pas cette distinction et montre le plus souvent des foetus.


Un foetus est un être complètement formé qui n'a plus qu'à grandir, tandis qu'un embryon est encore à l'état de cellules qui se multiplient.


Donc, l'avortement d'un embryon revient à tuer des cellules et non un être fini.


D'où le fait que dans notre pays, l'avortement est légal et encadré, tant qu'il s'agit d'un embryon et non d'un foetus pour lequel l'avortement devient illégal. Ce n'est pas pour rien et c'est
bien là la preuve qu'à un moment donné, des personnes se sont mises d'accord pour définir des limites. Et ces personnes ne sont pas des monstres, ce sont des personnes, comme vous et moi.


D'autre part, l'avortement ne date pas d'aujourd'hui et ce n'est pas un fait moderne. Avant qu'il ne soit toléré par un cadre légal, là on peut parler de vraie boucherie et pour les foetus et
pour les femmes. Combien de femmes ayant recours à des avortements clandestins en sont mortes dans des conditions épouvantables et combien en sont restées traumatisées. Faut-il rappeler qu'une
femme est un être humain complètement formé et libre de disposer de son corps ? La fécondation d'un ovule féminin peut être maîtrisé par la contraception, mais il y a des circonstances où cette
fécondation n'est toutefois pas maîtrisée, faut-il systématiquement qu'une femme la subisse ?


En Irlande, avez-vous vu le film, sister magdalena ? Horrible, révoltant et tout ça parce qu'en Irlande, l'avortement reste un délit.


Oui la vie est précieuse et il ne faut pas faire n'importe quoi avec. Il faut la respecter et l'honorer.


Oui, mettre un enfant au monde est la plus belle chose qui soit, quand la mère le désir, mais aussi quand la mère est capable de le supporter.


Quant aux cas particuliers du handicap, là encore, il s'agit de circonstances et c'est aux parents de savoir si en leur âme et conscience ils peuvent ou non prendre en charge le handicap. Et l'on
pourrait aussi définir un cadre légal et acceptable dans ces circonstances, qui ne laisse pas aux seuls médecins le poids de prendre telle ou telle décision.


Le tout est donc, non pas de se prononcer pour ou contre l'avortement de manière globale. Mais de définir un cadre légal, qui soit le plus acceptable, le moins monstrueux, pour pouvoir faire face
à des circonstances aussi diverses que variées, dans la limite de ce que chacun peut supporter, sachant que nous ne sommes pas tous égaux face à la souffrance de telle ou telle douleur, de telle
ou telle circonstance.


La vie c'est magique, mais parfois, il y a des circonstances malheureuses et dans ces cas-là, le moins que l'on puisse faire est de nous adapter au mieux et non au pire. Dire que l'on est pour ou
contre l'avortement brutalement et globalement n'est pas forcément faire au mieux. Notre histoire nous prouve à bien des égards que c'est souvent au pire. De la même manière, dire que l'on est
pour, ne conduit pas forcément au mieux non plus, cette vidéo en témoigne.


Mais ce ne sont pas des raisons suffisantes pour interdire l'avortement ou l'autoriser n'importe comment.


Il me semble donc qu'à cet égard, nous avons la chance de vivre dans un pays qui a probablement trouvé un bon équilibre concernant cette douloureuse question.