Les flics ? Des fauteurs de trouble...

Publié le 3 Juin 2007

"Ce n'est pas un travail que nous faisons contre la police."

Heureusement qu'ils le précisent, on ne l'aurait pas cru...

La LDH, dont on ne présente plus les parti-pris, a rédigé un rapport sur les activités policières de 2004 à 2006. Les flics ne seraient rien d'autre qu'un nouveau facteur d'insécurité selon la ligue des droits de l'homme. Pourtant, les policiers n'agissent pas non plus la majorité du temps gratuitement. Leurs interventions ne proviennent pourtant pas venues de nulle part, des infractions ayant été à l'origine de toutes ces opérations...

On parle de "populations ciblées" et de "peur" dans les quartiers. En effet, les personnes ciblées semblent dans un état d'infraction manifeste. En outre, il faut tenir du compte du fait que la police doit intervenir dans des conditions des plus difficiles, avec un milieu on ne peut plus hostile. On imagine bien que certains policiers ne sont pas à prendre avec des pincettes, qu'ils ne sont pas exemplaires, que les abus de pouvoir et les erreurs sont légions. Mais cela mérite-t-il une telle charge de la part de la LDH ? Quelle est leur légitimité pour les traduire devant les tribunaux que sont devenus les médias ?

D'autant que la hiérarchie des policiers n'est pas la dernière à les laisse tomber lorsqu'ils sont eux-même victimes d'aggressions, comme on a pu le constater dans l'affaire de la foire du Trône. A n'en pas douter, les interprétations fallacieuses de la part de la LDH, qui retranscrit les propos des victimes sans réel recul, sont probablement nombreuses, dès qu'on creuse la situation, comme le prouve cet excellent billet de Riesling qui démonte une histoire parmi tant d'autres.

Et pendant ce temps-là, des policiers, coupables de rien, sont la proie de la machine judiciaire. Vous trouverez un compte-rendu détaillé de cette histoire surréaliste sur ce document. Et aucune association "indépendante" ne s'est levée pour le défendre. Y aurait-il des victimes plus égales que d'autres ?

Autant il est possible d'envisager que la police ne soit pas exemplaire, autant une telle charge contre les institutions de la part de ces associations "indépendantes", après de vigoureux appels à ne pas voter Sarkozy, ne démontre rien d'autre que le parti-pris politicien, et la volonté de se traduire en procureur, de la part d'associations, déçues de n'avoir pas vu leur candidats emporter la présidentielle.

Que l'IGS, la police des polices, fasse son travail, c'est la seule chose qu'il convient de souhaiter.

  

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0
Commenter cet article

Ren� FORTIN 21/06/2007 12:32

bonjour, le lien dont vous faite référence à été suspendu (ce document).Seul le liens "PROIE" fonctionne encore.Merci pour votre interet.

Polydamas 21/06/2007 14:27

Je viens de vérifier, tout semble fonctionner normalement. Les liens renvoient aux pages désirées sans problème.Le document est un fichier Word qui se charge automatiquement. Vous êtes sûr que vous n'avez pas un anti-popup ou un gestionnaire de téléchargements sur votre navigateur ?

Thibault 06/06/2007 13:07

la LDH avait quand même mis un 19 sur 20 au niveau du respect des droits de l'homme à monsieur Besancenot  

Polydamas 21/06/2007 14:27

En effet, c'est un modèle...

h16 03/06/2007 21:21

Eh oui, il n'est pas nouveau que la LDH est clairement du "côté obscur de la force". Et, cynisme sans bornes, avec nos sous...

Polydamas 03/06/2007 21:38

Et oui, on se fait tous avoir en beauté par l'institution DEMAERD SA.....