Et si on parlait du réchauffement climatique ?

Publié le 19 Mai 2007

Tout le monde en parle, le sujet est d'importance.

Il FAUT faire quelque chose afin de prévenir le réchauffement climatique.

Cependant, dès qu'on aborde ce sujet, quelques petites choses coincent. On a un peu l'impression que le mécanisme à l'oeuvre est celui d'une fièvre généralisée.

En outre, tous ceux qui auraient l'outrecuidance d'aller à l'encontre des recommandations du GIEC (l'organisme international qui est la référence à ce sujet), d'affirmer que, peut-être, l'homme ne serait pas responsable de ce réchauffement, sont écartés, marginalisés et humiliés.

Des appels à la population sont lancés par toutes les bonnes âmes. Par exemple, un journaliste, Patrice de Plunkett, réputé chez les catholiques, a pris fait et cause pour cette action en publiant un billet sur ce sujet. Je le cite, à propos du réchauffement global et des efforts qu'il convient de faire pour y faire face:

(...) une nouvelle division risque de s’opérer parmi les catholiques :

- d’un côté ceux qui accueillent l’intégralité de la parole de l’Eglise, y compris ce qui les dérange dans leurs réflexes ;

- de l’autre, ceux qui n’écoutent l’Eglise que dans les domaines qui leur plaisent… et font la sourde oreille pour le reste. Ceux-là courent le risque de se couper, à la fois, du Magistère et du monde actuel. Réveillez-vous, les frères !

OK, ça a le mérite d'être clair. Vous êtes avec moi ou contre moi.

On a connu Patrice de Plunkett beaucoup mieux inspiré, notamment dans ses livres, remarquables, que je vous conseille, sur l'Opus Dei. Tous les catholiques, fort heureusement, ne partagent pas son point de vue, comme on peut le constater ici ou .

Ironie du sort, on risque de se couper du "monde actuel". La belle affaire, comme si être catholique n'était justement pas le signe d'une rupture avec le monde dans lequel on vit. En outre, en quoi l'Eglise, et a fortiori, Benoit XVI, seraient spécialistes en météorologie ou sur un autre sujet, qui me tient à coeur, en finance de marchés ? Que l'Eglise veuille donner des indications, rien de plus normal, qu'elle tente de prêcher sur des domaines qui ne sont pas les siens, j'ai quelques doutes sur sa légitimité. Cela dit, même des cardinaux se permettent de faire part de leur scepticisme. C'est donc qu'il est certainement possible de discuter.

Je ne connais rien au débat sur le réchauffement climatique. Qu'il me soit cependant permis de faire quelques remarques:

- les arguments des sceptiques paraissent suffisamment solides, d'un point de vue scientifique, pour éviter d'être écartés d'un revers de manche ou d'un simple argument d'autorité.

- il n'y a pas forcèment de raisons de paniquer, nous nous adapterons, c'est aussi simple que cela, la Terre, et les humains, en ont vu d'autres. Ce ne sera pas la première fois que l'humain devra faire face à des changements de grande ampleur.

- je ne tiens pas la position extrémiste qui voudrait que nous nous permettions de polluer à outrance. Les efforts portant sur les énergies renouvelables ou les économies de production doivent être réalisés. Mais que l'on n'en fasse pas l'alpha et l'omega de notre société, et que l'on ne juge pas toute politique énergétique qu'à cette aune.

- il semble, d'après les sceptiques, que l'hypothèse de la prépondérance des tâches solaires, dans l'évolution de la température, parait beaucoup plus fondée lorsque l'on connait la proportion infime de gaz à effet de serre dans notre atmosphère. En outre, cela pourrait expliquer également la hausse concommittente des températures observées sur la planète Mars...

Pour appuyer mes dires, je ne peux que vous recommander de regarder ce film d'une heure, qui tente de remettre les choses quelque peu en place.




Pour le voir en grand format, cliquez sur Google Vidéo, puis sur "Accéder à Google Vidéo".

Plusieurs remarques sur ce film.

C'est loin d'être un film à caractère négationniste ou schématique. Force est de constater que Al Gore a peut-être été surestimé, et que la manipulation ne se situe pas nécessaire à l'endroit que l'on évoquerait au prime abord.

L'un des scientifiques du film s'est cependant élevé contre la présentation tendancieuse de son point de vue. Il n'a pas approuvé que l'on montre sa réaction semblant accréditer l'hypothèse qu'un changement climatique ne puisse être analysé que sur une longue période. La réponse du réalisateur est . Comme je ne veux pas qu'on puisse me reprocher d'être partisan, je vous laisse faire votre opinion sur la polémique présentée par la page Wikipédia, ainsi que sur le film, le tout en anglais. Pour un scientifique qui se plaint, les autres n'ont pas l'air de s'être opposés, surtout lorsque l'on connait les diverses manipulations qui ont cours au sein du GIEC...

Autre argument qui revient régulièrement, ces scientifiques seraient payés en sous-mains par les compagnies pétrolières pour défendre ces discours. Outre le fait qu'il serait aisé de retourner l'argument, ce serait faire fi de leur volonté d'indépendance, et de leur mauvaise expérience avec les scientifiques climatiques spécialisés.

En plus de Wikipédia, pour approfondir le sujet vous trouverez nombre d'éléments du débat, ici, , ou même sur ce site, dont le webmaster gagnerait à refaire la mise en page. Voilà quelques éléments qui je l'éspère permettront de se faire une idée un peu plus juste de la véracité et la pertinence des débats en cours.

Enfin, ironie du sort, le meilleur moyen de promouvoir le développement durable, et de lutter contre le réchauffement climatique, est, en dehors de la prise de conscience générale, le marché financier, contre lequel Plunkett ne cesse de vitupérer, en oubliant que ce n'est qu'un moyen, rien de plus.

Merci à Ylyad et à Chartreu.

Rédigé par Polydamas

Publié dans #Société

Repost 0
Commenter cet article

henri 23/05/2007 00:37

Bravo pour l'article! J'appartiens au clan des sceptiques, non pas que l'avis des marchands de peur de l'écologie m'indiffère, mais parce que je suis sceptique de nature ;-)A propos de marchand de peur, il se murmure que peu de temps avant la sortie de son film, Al Gore aurait acheté des parts en bourse dans le domaine de l'écologie! Eolienne, solaire..... Je ne sais pas si l'information est exacte!

Polydamas 23/05/2007 01:11

Merci du compliment. Pour être assez proche des investissements dans le renouvelable, je peux affirmer qu'il y a une grosse bulle en ce moment dessus, c'est hyper risqué, mais si vous misez sur les bons chevaux, cela peut être rentable.Concernant Gore, je n'ai, moi non plus, aucune information. Mais ça ne serait guère étonnant, et même plutôt avisé de sa part.